Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 3 / 119

Music, 40 ans, Périgueux
J'avoue que j'en ai marre des tire au flanc (au féminin) qui prennent 2 mois de congé maladie (c'est le terme adapté congé) aux frais de la sécu et de la collectivité. Pour les idiotes comme moi qui bossent, c'est une vraie plaie, et une interrogation permanente. Nous prennent-elles pour des connes ? La réponse est OUI.
Et le pire c'est que lorsqu'elles reprennent le travail, il faut faire comme si de rien n'était, et les ménager pour qu'elles ne repartent pas en congé maladie, autrement dit qu'elles aillent buller chez elles. En vérité je vous le dis, l'enfer existe et il est dans les bureaux au service des usagers.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Uc3, 31 ans, Paris
J'avoue que j'ai envie de tout laisser tomber. J'avoue que j'attends impatiemment une réponse de mon nouvel employeur pour changer de boîte. J'avoue que si je ne suis pas pris je serai bien mal...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ange_ou_demon, 23 ans, Paris
J'avoue que ce monde me dégoûte.
Que plus aucun homme ne sait ce que sont : le respect, les valeurs, l'intégrité, la vérité.
Les transports en commun sont le meilleur moyen pour s'en rendre compte. Aujourd'hui j'ai atteint le sommet de ma lassitude et de mon énervement, en me faisant mordre car je me suis interposée entre 2 filles se battant pour une place.
Je n'en peux plus de ce monde qui n'est "qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fanges" (cf. A. de Musset).
Aujourd'hui mon corps reflète mon esprit. Il est mutilé et anéanti de fatigue.
J'ai tellement de colère, je ne crois plus en rien. Tellement déchu en amour, en famille, en amitié ou simplement en société. A seulement 23 ans... j'ai peur des années à venir.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Perdu, 16 ans, Canada
J'avoue que je souhaiterais que tu partes très loin de moi parce que j'en ai ras le bol des problèmes que tu me racontes à chaque jour. Ma vie serait tellement mieux sans toi, même si tu penses que je suis ton amie.
J'avoue que chaque soir, je pleure parce tu n'es pas la avec moi. Tu me manques terriblement même si tu me m'as jamais vu. Tu es comme une soeur pour moi mais je ne te verrai que dans 6 ans. 6 ans c'est long. Serais-je capable d'attendre ?
J'avoue que je ne suis pas une bonne amie. Les personnes que je veux vraiment dans ma vie ne m'aiment pas comme je les aime. Au contraire, ma meilleure amie m'aime beaucoup et croit que je suis sincère avec elle. Au contraire, je lui cache tous mes plus grands secrets.
J'avoue que je suis parfois jalouse, impatiente et énervante, mais j'ai de très bonnes raisons pour expliquer cela. Que ça soit parce que des gens me manquent ou que je veux que des gens disparaissent.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Manon, 29 ans, Cannes
J'avoue que j'ai rêvée de devenir maman depuis toujours. Maintenant que je suis enceinte j'ai peur de l'être.
J'avoue être effrayée à l'idée de mal éduquer mon enfant. Quand je vois mes demi soeurs, j'ai peur que ma fille ne devienne comme.ça. Profiteuse, insolente, flemmarde. Qui n'aide pas sa mère dans la maison, qui lui répond, qui ne connait pas la valeur des choses.

J'ai peur je l'avoue !

J'avoue que j'aurais préféré être fille unique. Je ne m'entends pas avec mes demi soeurs.
J'ai honte de penser ça je l'avoue. Mais c'est comme ça.

J'avoue que j'ai honte de ne pas avoir passé mon permis avant. J'avoue que j'ai détesté mon adolescence. Je gardais mes petites soeurs. Je les gardais tellement qu'elles pensaient que j'étais leur mère. Je me suis rebellée à l'age de 18 ans. Non pas parce que j'étais majeure, mais parce que je n'en pouvais plus. J'étouffais. J'avais besoin de liberté.

Aujourd'hui ses mêmes sœurs me parlent mal et me manquent de respect... et leurs parents les laissent faire.
J'avoue regretter le jour où j'ai accepté de leur changer la 1ere couche, de leur donner le biberon, le bain, le 1er petit pot.
Je regrette chaque sortie avec elles, chaque aller et chaque retour de l'école. Je regrette tout ce que j'ai fais pour elles. De les avoir couvert auprès des parents quand elles faisaient des bêtises, d'avoir négocier leurs sorties et leur argent de poche.

J'avoue regrette beaucoup de choses.

J'avoue avoir été triste d'avoir une petite fille. Je voulais un garçon. Au moins avec un petit mec, je n'aurais pas été si paniquée.
J'avoue que je déteste une bonne partie de ma vie et j'ai peur du lendemain.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Marion, 28 ans, Marseille
Je sais que même si ils disent le contraire, les parents n'aiment pas tous leurs enfants de la même manière. Ils ont toujours un préféré.
Mon père est décédé lorsque j'étais enfant. Mon beau père préfère sa 1ere fille. Ma mère la dernière. Et moi dans tout ça ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Mugcake, 27 ans, Rouen
J'avoue que ca fait même pas quatre semaines qu'on est ensemble, et déjà... déjà, de un, tu me manques, mais aussi, tu réponds pas à mes messages, je me pète le c^^ pour toi ce matin avec ton plombier et... je n'ai eu qu'un "merciii :)" aujourd'hui... tu aurais pu faire mieux... tu aurais vraiment pu faire mieux...

A cause de toi, je suis là à 2h et demie du matin, je regarde Little Miss Sunshine, je mange un mugcake alors que je viens déjà de reprendre trois kilos, je sors d'une séance de psy ou je me suis jurée de tout faire pour te garder...

Sérieusement, tu vas m'écrire demain, ou je vais continuer à guetter mon téléphone pour rien ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Bloggy25, 30 ans, Paris
J'avoue que j'en ai marre que tout aille bien pour les autres et jamais pour moi.
J'avoue que j'ai eu un mariage pourri.
J'avoue qu'ils ont été odieux, alors que ce couple là, je l'ai porté à bout de bras, à en perdre le souffle tellement c'était des "je t'aime moi non plus". J'avoue que j'aimerai entendre que leur mariage a été catastrophique, une boucherie.

Mais je sais que c'est pas le cas. Et que je suis maladivement jalouse, que je voudrais qu'il leur arrive que des merdes. Mais que c'est contraire à mes croyances...

Sauf que si je pouvais faire en sorte que tout capote pour ces deux cons en gardant bonne conscience, je le ferai. Mais ma conscience me dit merde...

J'avoue que j'ai envie de tout plaquer, de tout oublier de partir, de dire adieu, et de gifler tous ceux qui me font du mal, qui me comprennent pas, qui me donnent des conseils à deux balles, qui me laissent dans ma misère, et ces hommes de Dieu qui me laissent plus misérable quand je les quitte que quand je les rencontre.

Marre de tout, de ce monde, des engueulades, de me sentir seule. Marre d'être la bonne poire, de sourire quand j'ai envie de mordre, de devoir bénir...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Choupixey, 17 ans, Paris
J'avoue, j'ai beau être jeune, en bonne santé, amoureuse et sans trop de soucis, je n'arrive pas a être heureuse.
J'ai très peu d'amis et une vie bien différente des adolescents "normaux". Mais le problème c'est que je ne supporte plus de rester chez moi.
Mes parents ont beaucoup de soucis (argent, santé..) ainsi que mon petit frère et soeur.
Je ne supporte pas de les voir malheureux, je ne le supporte plus.

J'ai beau essayer de faire de mon mieux, j'ai l'impression que rien ne change et que jamais la roue ne tournera. Je travail régulièrement au black pour ramener de l'argent et me payer mes affaires moi même, j'essaie d'aider ma mère un maximum dans toutes ces tâches pour l'aider à préserver sa santé, j'essaie de renouer avec ma petite soeur que j'ai perdu depuis des années et d'être présente pour mon petit frère comme une bonne et grande soeur normal.

Je suis même allé dans une filière scientifique pour faire plaisir a ma famille, pour qu'ils soient fiers, et pour qu'ils aient une petite dose de bonheur pour continuer. Mais à chaque fois que je suis là-bas, je vois constamment la douleur dans les yeux de ma mère, la détresse dans ceux de ma soeur. Mon père je ne sais pas trop ce qu'il en pense, mais je sais qu'il n'est pas bien lui non plus. Mon petit frère lui essaie de faire de son mieux, mais ça me dégoute de voir dans quel milieu il grandit alors que moi j'ai eu le droit à une enfance tellement géniale. Depuis que tout ça a commencé, je consomme régulièrement du cannabis, cela fait maintenant 4 ans. Ça me permet de moins réfléchir, j'arrive à rigoler, à m'exprimer et à être "normal". Il y a aussi mon petit ami avec qui je suis depuis quelques année qui m'aide beaucoup, quand je suis avec lui, je ne pense plus a tous ça, mais juste à nous deux. Nous avons récemment pris un appartement, mais si j'ai prévu d'emménager avec lui que d'ici septembre. Mais avant ça j'aimerais tellement trouver quelque chose qui aiderait ma famille, juste quelque temps de répit.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Circé13, 20 ans, Paris
J'avoue, je ne peux plus supporter cette discrimination sur les rondes.
Petit à petit, elles arrivent à ne plus être pointées du doigt mais je trouve ça dégueulasse qu'encore aujourd'hui être mince est signe de perfection.
Encore aujourd'hui en boutique tous les plus beau articles sont jusqu'au 40... youhou !
Difficile de se sentir valorisée quand les seuls vêtements susceptibles d'être mis part une taille 46 sont à 100€ et dépourvu de "style".
Ronde ne veut pas dire qu'on veux pas être sexy ou glamour !
N'importe qu'elle morphologie devrait être un atout !
Mince, ronde mettez nous toute sur le même piédestal !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Bourbon kid, 28 ans, Paris
J'avoue que tu m'as quitté et que notre histoire était un vaste mensonge auquel j'ai cru. J'avoue que malgré ma sincérité, j'ai préféré couper les ponts avec tout ce qui t'entourait.
J'avoue que j'en ai marre des histoires et que notre histoire en était pleine. J'avoue que nos différences n'auraient jamais pu s'accorder, ni se compléter, je préférais être et toi, paraître.
J'avoue que je me fous de ce que tu répands sur mon dos, je suis trop loin pour être atteint et ceux qui te croiront n'en vaudront pas la peine.
J'avoue, j'ai rencontré quelqu'un, un peu vite pour ne pas sombrer dans la tristesse.
J'avoue que c'est quelqu'un de bien, de patient et de simple avec qui aucune prise de tête est possible. J'avoue que ça me fait peur, je pourrais blesser cette personne avec les séquelles de ce que j'ai vécu et elle ne le mérite pas.
J'avoue ne pas vouloir me prendre la tête, ni chercher à plaire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Chou, 21 ans, Avignon
J'avoue que j'en ai marre de toi. Tu es tellement égocentrique... Personne ne le voit, tout le monde t'apprécie, et moi la première. Mais tu ne penses qu'à toi. Tout le temps. Et je marche. Je te déteste mais tu es tout ce qu'il me reste. Alors je t'aime quand même mais par moments je voudrais que tu t'en prennes plein la gueule, à défaut de penser à moi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Quetzalcoatl, 25 ans, Orléans
J'avoue que je l'aime, que je l'aime plus que tout, et que la patience dont je fais en ce moment preuve me fait l'effet de multiples lames de rasoir dans l'estomac. J'avoue que j'ai peur, peur de la perdre, peur de la voir s'envoler parce que notre relation lui semblerait soudain dénuée de sens. J'ai peur de me réveiller un jour en me disant que je ne la verrai plus sourire, que mes mains ne pourront plus jouer avec les siennes, que nos regards, vides de plaisir, n'auront pas vaincu le temps.
En ce moment j'ai peur C ; et il n'y a que ces belles journées passées ensemble qui alimentent mon espoir de te retrouver telle que tu étais quand je t'ai laissée : belle et souriante.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Sandrine, 45 ans, Carcassonne
Ras le bol des pimbèches et des blondes qui réussissent tout dans la vie, qui ont les hommes à leur pieds comme des chiens soumis, alors qu'elles n'ont aucune gentillesse, et sont mercantiles. Ras le bol des hommes qui se laissent manipuler par ce genre de femme.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Jambonette, 21 ans, Québec
Je pourrais le placer dans la catégorie interdit tellement c'est ainsi chez moi. À la maison, il faut fermer les yeux, fermer sa gueule sur des sujets qui, quand mon frère, ma soeur et moi en parlons à nos amis, ils sont complètement bouche bées et nous offrent même, plus de 20 fois cette année, leur hospitalité. Ma mère est alcoolique et prend au minimum 2 verres de vin rouge par soir.

Elle est complètement une autre personne quand elle boit et se permet de nous insulter, insulter nos chums, blondes, nos amis et nous dire des choses qui sont complètement sorties de nul part qui nous font foudroyer sur place tellement ça devient ridicule et stressant. C'est ainsi depuis quelques années et ça affecte beaucoup mes notes et mes parents ne sont pas au courant puisque je ne peux jamais rien dire à ma mère compte tenu des réactions aux moindres petites choses. J'avoue, j'étouffe.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Adèle, 20 ans, Paris
J'avoue qu'en ce vendredi 13 :
- j'ai la batterie de mon téléphone qui s'est vidée en une matinée
- je devais faire un dîner de Noël avec mes amis avant de partir au ski, le restaurant était fermé à 21h alors qu'on m'avait dit qu'il ouvrait jusqu'à 23h
- je me suis acheté une canette de cidre de poire, je l'ai oubliée à la caisse
- je devais aller voir Casse-tête chinois au cinéma, la séance a été annulée car la seule salle qui le diffusait a pris l'eau.
Et pour couronner le tout, j'ai perdu au loto !
J'étais pas du tout superstitieuse, mais là, je commence sérieusement à m'interroger...
-> Meilleur aveu 2020-07-06 Meilleur Aveu <-
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Yenamarre, 19 ans, Paris
Tu es ma meilleure amie depuis plus de 15 ans, on a grandi comme des sœurs jusqu'à ton déménagement à l'autre bout de la France.
J'avoue penser très fort que tu t'es transformé en pét**** vulgaire !
J'ai pratiquement plus envie de te voir et j'espère sincèrement que tu vas te prendre une grosse claque dans la tronche, comme ça, ça te remettra les idées en place !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Clochette85, 28 ans, Oslo
J'avoue, j'étais folle amoureuse de toi, je ne voyais pas ma vie sans toi et je rêvais d'un futur. J'avoue que c'est pour ça que je me suis mariée avec toi. J'avoue en avoir rêvé, de cette vie à deux, avoir cru en nos projets et en tes belles paroles.
Mais voilà, ta mère a ruiné le mariage et tu n'as rien fait pour arranger les choses.

Partir le lendemain avec elle en clamant qu'entre elle et moi tu la choisirais toujours elle ?
J'ai encaissé.

M'insulter, me jeter ton alliance à la figure en me disant à quel point tu regrettes ce mariage ?
J'ai encaissé.

Ton alcoolisation constante au retour du mariage ?
J'ai fermé les yeux.

Mais voilà, ça fait maintenant deux mois que je baisse la tête, supporte tes sautes d'humeur et le fait que tu n'en branle pas une à la maison. Cela fait deux mois que nous sommes mariés et deux mois que je suis la plus malheureuse car, au fond, tu n'es qu'un adolescent. Incapable de te lever le matin, de travailler, de prendre soin de ta femme - qui elle travaille - et de ta maison.

Tu n'es qu'un égoïste, nombriliste. Et en plus, tu t'es permis de lever la main sur moi.
Je n'avais jamais aimé quelqu'un comme je t'ai aimé, mais personne ne m'a jamais autant répugné. Car oui, tu es répugnant.
Et tu sais quoi ? Cet enfant, là, dans mon ventre ? Et bien je vais tout faire pour que tu n'ai aucun contact avec lui. Parce qu'un alcoolique, drogué et mythomane ne mérite pas d'être père. Et que je pense qu'il vaut mieux ne pas avoir de père plutôt que de t'avoir toi dans la vie.
J'avoue, tu me dégoutes.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Labohème, 34 ans, Burlington
J'avoue que l'être humain est trop souvent pathétique. Lorsque je regarde autour de moi, je me dis que l'espèce humaine n'avancera jamais, que tout sera encore et encore, que misère...
Suis-je une personne trop tolérante ? Trop pacifique ? Peut-être !
J'en ai ma claque des préjugés, des jugements et des jugeurs. J'en ai ma claque de la faiblesse des gens, camouflée en méchanceté et lâcheté et qui, s'octroient le droit de "la ramener" sur tout et pour tout mais surtout pour rien ! On dit souvent qu'il n'y a pas plus stupide que celui qui s'ignore ! Nombreux sont ceux qui s'ignorent totalement...
J'ai conscience que mes lignes n'y changeront rien mais j'avoue que le fait de simplement les écrire, à un effet sur moi, libérateur...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Unmec, 20 ans, Caen
Ma sœur et son mec sont à la maison familiale ce weekend. Pour tout dire j'aime pas beaucoup ma sœur. Ni son copain en fait.
En plus, ils empiètent sur mon confort dominicain, alors que je comptais sur ce weekend pour me remettre d'aplomb. Bref, ce soir je descend de ma chambre et me rend compte que tous mes proches sont chacun sur un écran.

Outré par tout cet individualisme, je suis remonté et j'ai, je l'avoue, complètement défoncé les paramètres réseau de la box.

Tout le monde avait perdu la connexion sauf moi.
J'avoue qu'entendre mon insupportable sœur se plaindre de l'instabilité du réseau était particulièrement jubilatoire. Je ne suis pas spécialement manipulateur ou méchant, mais j'avoue c'est la première fois de ma vie que je suis aussi content de suivre des études en informatique.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Alivia, 22 ans, Paris
J'avoue ne pas comprendre cette génération.
Est-ce un manque de maturité ? D'éducation ? De respect ? D'honnêteté ?
On a passé des moments sympas ensemble. On a bien rigolé. On s'est rapproché.
Apprécié... Ou alors tout était réellement de mon imagination.
J'ai accepté de passé la nuit chez toi. Et puis après ignorance totale.
Je n'étais même pas la fille chiante à envoyer des messages. Un seul message envoyé 4 jours après notre weekend, même pas pour te dire « on se revoit quand » simplement une blague envoyé. Pas de réponse.
J'avoue avoir du mal à comprendre ce qui est normal ou non en termes de relation. Mes 18 mois à Miami m'ont totalement déconnecté de la réalité je pense.
Je ne te demandais rien. Moi non plus je ne cherche pas l'engagement pour le moment, passer des moments agréables ensemble à rigoler, parler de n'importe quoi et s'amuser chez toi me suffisait amplement.

Si tu ne voulais plus de ça entre nous l'honnêteté m'aurait suffi. L'ignorance c'est de la lâcheté et j'ai beaucoup trop donné dans le passé à cause de ça.
Le pire je pense c'est que cette histoire me donne encore raison... j'avoue que j'espère réellement qu'un jour on me prouvera tort. Et pourtant mes potes m'avaient dit « c'est un gars bien, réellement ! » Ok c'est noté.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Désespérée, 49 ans, Israël
J'en ai marre d'être esclave de l'ordinateur et de négliger mon ménage.
Je voudrais retourner dans le passé ou tout était plus simple. Je voudrais une vie réelle et non virtuelle.
Mais c'est trop tard, je suis dépendante de la technologie.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
P'tite fille, 23 ans, Paris
J'avoue que les exs sont vraiment des emmerdeuses.
J'avoue qu'elles me font peur.
J'avoue que je ne me sens pas à la hauteur.
J'avoue que je me suis tellement attachée à toi que ça me fait peur... J'ai peur que tu retournes avec elle.
Tu me dis avoir coupé les ponts avec elle pour me faire plaisir, mais ça devrait venir de toi, tu devrais te rendre compte tout seul, que oui, désolé, c'est une amie mais tu ne pourras plus jamais avoir la même relation avec elle, car tu es resté deux ans de ta vie avec elle.

J'ai quoi moi à t'offrir à côté de ça ? J'ai rien, pas de voiture, pas d'appart, pas de job, j'étudie toujours... J'ai peur, parce que tu me dis que mon amour suffit, mais j'ai vu par le passé qu'en matière d'ex, l'amour que je peux porter tout le monde s'en branle..
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Holydowie, 18 ans, Paris
J'avoue avoir craqué et englouti deux cordons bleus. C'est craignos un peu, non ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Fanny.beee, 26 ans, Saguenay
J'avoue que j'en ai ras le bol,
J'avoue que je suis tannée de te voir dormir
J'avoue que j'en ai marre de te traiter comme un bébé
J'avoue que je suis tannée de te voir relaxer avec tes amis pendant que je cours comme une dinde, à bout de souffle
J'avoue que je ne sais plus quoi dire aux enfants qui me demande "Outépapaouté"
J'avoue que j'ai déjà trop attendu longtemps
J'avoue que j'en suis déjà soulagée.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Page Précedente Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2020 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou