Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 1 / 221

Andrea, 18 ans, Arnage
Chère madame,

Je voulais vous dire que je vous aime au plus profond de moi, je sais que vous êtes ma prof mais je ne peux pas m'empêcher de vous aimer comme une maman.

Même si vous m'avez déçue je voudrais vous revoir bientôt car vous me manquez beaucoup et c'est très dur. J'ai vécue 2 bonnes années avec vous et je ne vous oublierai jamais, vous êtes très belle avec vos yeux bleus qui me font perdre mes moyens, vos beaux cheveux et vos belles tenues qui vous mettent en valeur. Vous m'avez beaucoup aidé et je vous remercierai jamais assez de votre aide pour ces 2 ans.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
émotive en cours d'amélioration, 27 ans, Rennes
Je me sens perdue.
Il m'a posé un ultimatum. Il m'a dit que je le blesse. Il dit que je suis plus désagréable avec lui qu'avec les autres. Il dit que je le fais tout le temps passer pour quelqu'un de mauvais à ses yeux. Je gâche les moments que nous passons ensemble. Il me dit que je me fâche pour rien.
Il m'a dit et redit que je lui donne envie de me quitter et d'aller voir ailleurs.

Il n'a rien vu de mes tentatives de changement.
Il ne voit pas mes efforts. Il continue de dire, de redire que je ne fais rien, aucun effort. Je reste dans mon confort. Cela fait des années qu'il se répète, qu'il me dit ce que je ne dois plus faire. Mais je continue.

Je suis découragée.
J'ai essayé pas mal de choses.
Il m'a dit que toutes mes tentatives étaient mauvaises.
Je n'ai plus d'inspiration
Je ne sais plus quoi tenter.

J'ai trouvé la respiration pour maîtriser mes émotions, toutefois, la respiration n'est pas une interaction, une communication.

Il fait pleuvoir sur moi des reproches véridiques, il attend une discussion ensuite. Mais je suis sidérée par la douleur.
Je lui dis qu'il a raison, il me dit que ça lui fait une belle jambe. Il veut du changement. Immédiatement.

Je dois annuler la douleur pour qu'elle ne me sidère plus.

Du coup, j'ai décidé de me ficher de tous les détails qui me chagrinent, de me persuader que c'est dans ma tête, c'est moi qui me blesse en interprétant mal.
Je respire, la douleur s'apaise.
Je range mes sentiments au placard, car ce n'est pas le moment.
Il veut que je change pour le retenir, je suis désespérée.

C'est avec les épreuves que l'on s'améliore, c'est ma seule consolation.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
M, 30 ans, Paris
J'avoue, j'ai complètement flashé sur toi. Je n'arrive même pas à l'expliquer. C'est la première fois que je ressens ça. Je ne mange plus, je ne dors plus. Je n'ai que ton image en tête. Ça me terrifie en même temps de perdre autant le contrôle de moi-même.
J'ai l'impression que tu as ressenti la même chose quand nous nous sommes regardés droit dans les yeux. Mais est-ce que je suis folle de le penser ? Nous allons bientôt nous revoir et je serais fixée. J'ai hâte et en même temps je redoute ce moment.
J'ai peur d'avoir le cœur brisé.
J'avoue que je me souviens du moindre détail, la couleur de tes yeux, le son de ta voix, ton sourire si envoûtant. Tellement de charme. Et je suis conquise par ta personnalité, tu as l'air de quelqu'un d'investi, humble, doux.
J'ai envie de parler de toi à tout le monde toute la journée. Mais je passerais juste pour une folle. Alors je préfère avouer ici.
Je me sens tellement bien et tellement mal en même temps. Je ne sais pas comment faire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lolo, 23 ans, Montpellier
J'avoue le fond de ma pensée.

Eloïse.
Je sais que je ce que suis en train de faire n'est pas la meilleure des manières de te dire à quel point tu compte dans ma vie et à quel point je t'aime. Je sais que je vais avoir l'air d'un malade mental quand tu lira ce texte... Mais je ne cherche pas à te donner une bonne image de moi. Je veux juste vider mon sac. Je veux t'avouer la force de mon amour. Et puis même si ce n'est pas réciproque, au moins je te l'aurai avoué.

Je n'ai pas de mots pour décrire la force de l'amour que je ressens pour toi. On pourrait dire que c'est de l'attachement mais je t'assure qu'il n'en est rien. Je n'ai jamais ressenti quelque chose de la sorte. Je n'ai jamais à la fois autant aimé et autant souffert de ma vie.
Tu joues un rôle capital dans mon existence, tu es la personne qui m'a purgé de mes souffrances, qui m'a fait mûrir, grandir, réussir...

Je ne sais pas comment tu vas réagir à la lecture de ce message. Peut-être que tu vas mal réagir, et que tu vas avoir peur, parce que l'amour est une chose effrayante. Peut-être que tu vas pleurer : de joie, d'amour, de reconnaissance ... parce qu'il est difficile de se confier, de dire aux personnes qu'on aime qui on est vraiment. Ou peut-être que tu vas simplement ignorer ce message, parce que la vie est impitoyable, et que nous devons être plus dur qu'elle pour survivre dans ce monde.

Je voudrais commencer par te dire : Merci ! Merci d'avoir croisé mon chemin, merci d'avoir eu la curiosité de intéresser à moi, merci d'avoir sacrifié une partie de ta vie pour moi, merci d'avoir été près de moi, merci de m'avoir donné des défis à relever, merci de m'avoir mis dans la difficulté, merci d'avoir eu les forces que je n'ai pas eue, merci d'avoir été forte et dure quand j'en avais besoin, merci de m'avoir donné ton amour inconditionnel, merci de m'avoir admiré, merci d'être qui tu es, merci d'exister...

A travers toutes mes crises et mes difficultés, à travers toute ma haine et ma peur, je renferme un amour infini, un amour que je protège, un amour que j'entretiens, un amour que je chéris. Cet amour c'est le tient.
Ta force de caractère m'a fait comprendre que l'amour est beaucoup plus important que n'importe quelle autre chose dans la vie. Et j'ai compris que je veux vivre pour toi. Réussir ma vie pour réussir avec toi...

Aujourd'hui, grâce à toi je n'ai plus peur de rien. Je n'ai plus peur de rater mes études, de ne pas avoir de travail, de ne pas avoir de logement, de ne pas avoir à manger... J'ai compris que la seule peur qui m'anime et celle pour laquelle je vais évoluer toute ma vie, c'est la peur de ne plus être aimé, et de ne plus aimer.
Tu m'as fait me rendre compte à quel point je suis une personne matérialiste, et finalement tu m'a fait changer. Tu m'as fait me rendre compte que l'amour est le plus important. Et qu'à la fin de ma vie la seule chose que je pleurerai c'est la souffrance que je vais faire aux personnes qui m'aiment et que j'aime.
Mais pourquoi il faut que je me rende compte de tout ça au moment ou tu n'es plus là ? Sois rassuré, je ne t'en veux pas du tout d'être partie faire tes études, au contraire, je suis vraiment heureux que tu puisse te construire une vie, un avenir. Avant que tu t'en aille, j'étais une personne égoïste, je n'en voulais que pour moi et ma personne. Mais par la force des choses tu m'as appris à être heureux pour les autres, même quand ça ne va pas pour sois-même.
Alors crois-moi je ressens du bonheur et de l'espoir pour ta réussite future, même si le chemin est encore long, et même si je ne te le montre pas au quotidien.
Je ressens tellement de choses différentes pour toi. Et ce qui me fait souffrir c'est de ne pas savoir pourquoi je les ressens. De ne pas pouvoir les maîtriser, d'être obligé de me laisser aller à mes émotions. C'est encore quelque chose que tu m'a appris.
Quand tu m'a connu, tu m'as dit que j'avais la maturité d'une personne de 40 ans. En deux ans tu m'as encore fait gagner 20 ans mon cœur. Grâce à toi je suis en avance sur mon temps, et bientôt je serai prêt à affronter les choses les plus difficiles que l'on peut. Et finalement, je trouverai le bonheur et la sérénité à l'intérieur de moi. Je te le promet. Tu finiras par t'en rendre compte...
Si je devais résumer notre relation en un mot, ce serait : grandir. Et je sais que tu es d'accord avec moi. En deux ans, j'ai découvert la vie. J'ai compris un million de choses, j'ai vécu un million de douleurs, de plaisirs, d'expériences... Plus que je n'aurais jamais pu en vivre seul.
Tu as joué un rôle fondamental dans ma vie. Dans mon existence. Tu as fait de moi un autre homme. Tu as fait de moi un homme.

Je n'ai pas envie de m'arrêter d'écrire parce que dans le fond j'ai tellement de belles choses à te dire. Mais je vais finalement de dire une seule chose. Merci.

Merci d'avoir été qui tu es. Dans ta beauté, ta joie, ton intelligence, ton ignorance, ta colère, tes problèmes de santé, ta confiance en toi, en la vie, tes objectifs, ta vision du monde, ton amour. Tu as été la personne qui me fallait. Et tu m'as fait plus grandir que quiconque sur cette terre.
Et en retour de tout ce que tu as fait pour moi, de tout ce que tu m'as donné, moi j'ai développé de l'amour. L'amour inconditionnel, l'amour avec un grand A, celui qui fait que tu ne veux plus vivre que pour la personne que tu aimes. Celui qui fait que tu veux plus que tout au monde, protéger la personne que tu aime, tu veux la chérir, tu veux l'élever, tu veux faire d'elle une princesse, une reine, la femme la plus heureuse du monde. Et si tu le pouvais, tu donnerais ta vie pour elle, pour qu'elle soit heureuse, tu décrocherais la Lune pour elle. Parce tu as une dette envers elle, une dette infinie...
Voilà mon amour ce que j'ai sur le cœur. Je te dis des choses que je pense et que je cache profondément au fond de moi. Aujourd'hui c'est facile pour moi de te les dire, tu me l'a dit toi aussi, j'ai besoin de vider mon sac. Alors je te montre la part qui te revient.
A mes yeux tu es la femme de ma vie. Je donnerai toutes les forces que j'ai pour toi, je serais prêt à n'importe quoi pour toi. Je suis là, je te protège. Mais tu as le contrôle total sur moi, parce que je te dois l'infini.

Dans le bonheur comme dans la souffrance tu m'as fait grandir. Je ne l'oublierai jamais, tu es devenu ma raison d'exister.
Pour toi je décrocherai l'infini, parce que l'amour n'a pas de prix.
Je t'aime... à la vie et à la mort.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Mysterieuse, 38 ans, Nice
J'avoue avoir besoin de parler puisque je ne peux rien raconter autour de moi.
J'avoue avoir essayé d'enterrer tout ce que je ressentais pour toi.
J'avoue avoir pensé que tu m'utilisais, que tu te servais de moi et j'avoue que ça m'a profondément blessée.
J'avoue qu'il a fallu que je ravale ma fierté quand je suis venue te demander ce papier qui m'aiderait.
J'avoue avoir été très étonnée que tu me le fasses, moi qui pensais n'être qu'une chose à tes yeux.
J'avoue avoir été très touchée quand tu as demandé un appui pour moi.
J'avoue que tu m'as dégoûtée dès le début que tu as commencé à t'approcher de moi car je pensais aux tiens.
J'avoue avoir été très très touchée et agréablement surprise que tu m'appelles le jour de ma soutenance pour savoir comment tout s'était passé.
J'avoue avoir changé totalement d'opinion suite à ça.
Ça m'a fait beaucoup de bien de voir ton visage s'illuminer à l'annonce de la bonne nouvelle que je t'annonçais, vraiment !
J'avoue t'aimer malgré ce que je montre quand je te vois.
J'avoue penser être amoureuse de toi.
A chaque fois que tu t'approches de moi, que tu m'embrasses ou que tu me touches, j'ai l'impression qu'on a 18 ans.
Je ressens enfin les sensations que tu me décrivais il y a 1,5 an.
J'avoue essayer de garder le contrôle à chaque fois parce que j'en souffre et je sais que si je cède, je souffrirais encore plus et probablement toi aussi.
J'avoue m'être retenue cette semaine, de ne pas te dire ce que je pensais : dommage qu'on ne se soit pas rencontrés avant.
Tu m'as dit que j'étais un amour, tu t'es excusé, j'ai fait l'idiote mais toi aussi, tu es un amour, tu es même merveilleux avec moi mais je ne peux pas, on ne peut pas ni toi, ni moi.
J'avoue que depuis que tu m'as fait ce papier, je me lâche, tous mes doutes concernant la potentielle manipulation que j'imaginais de toi, sont partis.

J'avoue penser à toi souvent.
J'avoue que tu ne corresponds pas à du tout à mes critères physiques et n'imaginais même pas que ce qui arrive puisse m'arriver.
J'avoue espérer que tu ne te rends pas compte de mes sentiments même si je crois que si... Je crois qu'on ressent la même chose.
J'avoue que moi non plus, je n'arrive pas à te laisser partir.

J'avoue vraiment regretter de ne pas t'avoir connu avant.
J'avoue ressentir de la jalousie quand tu parles des collègues en les décrivant physiquement.

J'avoue avoir contacté mon ex dans le but qu'il me détourne de toi et de cette passion qui nous anime.
J'avoue me demander si je suis normale de ressentir ces sensations bizarres, qu'on ressent quand on est amoureux, je suis attirée vers toi comme un aimant, j'aime quand tu me sers contre toi, quand tu m'embrasses, quand je sens ton souffle sur ma nuque, c'est délicieux.
J'avoue penser tout le temps à arrêter et j'imagine comment on se comportera après, j'espère que ce sera simple.

J'avoue ne rien attendre car je ne veux rien changer à nous ou à vous, surtout pas.
J'avoue malgré moi que je pense toujours à comment ça se serait passé si ton statut marital n'était pas le même et que je t'avais connue avant.

Ça me fait du bien d'avouer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Coeurdartoutchaud, 22 ans, Toulon
Je ne sais pas par quoi commencer.
L. J'avoue t'aimer infiniment, les événements on l'air tellement de nous précipiter dans les bras l'un de l'autre.
Le fait que on arrête quasi-simultanément nos relations respective de 4 ans, que on se comprenne si bien...
Tu me dis que tu ne veux pas de relation maintenant, que tu as besoin d'amis... Je te comprends et te respecte, mais comment ne pas avoir d'attentes après ce week-end ?
Tu étais si douce, tout coulait de manière si simple.
J'avoue avoir adoré t'attacher, te frustrer, cette façon que tu as de t'abandonner à moi.
L, je t'aime, et je te laisse dans ton entière liberté, tu as le droit de voir qui tu veux, te faire tout ce que tu veux.
J'avoue que je crois avoir un peu peur au fond de moi que tu m'abandonnes.
J'ai peur d'être comme tous les autres gars que tu as connu, de t'imposer un cadre que tu ne désires pas, de te limiter et de ne pas être à ton écoute...
Ne laisse personne te prendre ta liberté, pas même moi.
Soit la lumière et la paix.
J'ai encore envie de toi, j'ai soif de toi.
Je t'aime, je t'adore, ma meilleure amie, mon amante, mon amour.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Wesley, 45 ans, La Roche-sur-Yon
J'avoue que ce matin, quand tu étais en face de moi, très belle comme d'habitude, je t'admirais et j'avais envie d'éjaculer dans ta bouche... J'ai aussi envie que tu jouisses dans mes bras. J'aime fantasmer sur toi car je ne t'aurai jamais, il faut que je fasse avec mais je suis dingue de toi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Scorpion15, 36 ans, Paris
Mon Zorro,
Si tu tombes sur cet aveu, saches que je t'aime encore malgré les années qui passent. Malgré que je sois mariée et malgré le fait d'avoir deux enfants.
Je pense à toi si souvent et notre amour a été inachevé.
J'attends un signe de toi, je l'espère et le souhaite secrètement.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Scorpion, 34 ans, Paris
Mon Zorro, j'avoue que je ne t'ai jamais oublié malgré les années qui passent.
Tu as fait ta vie, j ai fait la mienne mais je rêve secrètement du jour où l'on se retrouvera.
La nostalgie est séductrice dit-on, dans mon cas, elle m'a littéralement encerclée.
Il m'arrive de rêver de toi et pourtant je suis mariée.
Appelle-moi, parce que moi je n'aurai jamais le courage de le faire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Fixette, 38 ans, Paris
J avoue que la première fois qu'on s est rencontré, ben... Il ne s'est rien passé ! Puis quand on s'est revu, il y a si longtemps, j ai su que je t'aimerai jusqu'à la fin de ma vie. J'avoue qu'on a jamais su se coordonner. J avoue enfin que c'est peut être mieux comme ça finalement, tu auras été ma plus belle pas histoire d'amour.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ptite pomme, 17 ans, Paris
J'avoue que tu me rends malheureuse. Je sais que ce n'est pas de ta faute, que tu n'y es pour rien et que tu ne dois même pas t'en douter ne serait-ce qu'un peu, mais tu me fais souffrir comme on m'a rarement fait souffrir.
Je pensais pas m'attacher autant à toi. C'est bête je sais, on ne connait pas plus que ça, mais au fil du temps j'ai commencé à développer des sentiments pour toi. Je sais que ce n'est pas réciproque et que tu ne t'intéresseras jamais à moi, de toute manière, tu ne regardes même pas les filles comme moi.
Tu me rends malheureuse car je sais que tu ne veux pas me faire de mal. Mais je sais aussi que je n'ai pas autant d'importance dans ton coeur que tu en as dans le mien. Je sais que je ne suis qu'une vague connaissance, une fille sympa parmi tant d'autres, que tu oublieras aussitôt que le lycée sera terminé. Mais toi, pour moi, tu es bien plus que ça. Tu m'obsèdes, je pense à toi tout le temps, et je ne sais pas quoi faire. Je souffre tellement, je n'ai jamais vécu ça. Je veux juste que tu sortes de ma tête. Je déprime à cause de toi tu sais ? Non, tu ne le sais sans doute pas.
Te doutes-tu au moins que j'ai des sentiments pour toi ? Est ce que ça se voit à la manière dont je te regarde ? Tu me diras, tu me regardes si peu que tu ne l'auras sans doute jamais remarqué. Après tout, tu ne me considères pas même comme une de tes amies. Je suis juste une fille sympa. Ou peut-être que tu ne me trouves pas sympa en fin de compte ?
Ça m'est égal, tout ce que je sais, c'est que tu ne m'aimes pas comme je t'aime. Tu t'en fous de moi. Le lycée est bientôt fini et tous les jours j'attends ce moment où tu m'enverras ce long message où tu me déclares tes sentiments, en vain. Tu continues juste à me sourire vaguement de l'autre bout du couloir lorsque tu me croises.
J'avoue que je te hais Léo. Je te déteste de me faire ressentir des choses pareilles à ton égard alors que toi, tu vis tranquillement ta vie sans te soucier de moi.
J'avoue que je te déteste pour m'avoir dit que j'étais jolie ce jour là sans te douter de l'effet que ça a pu me faire.
J'avoue que je te déteste de ne pas d'être douté de ô combien j'ai pleuré le jour où j'ai su que tu t'étais remis avec elle.
J'avoue que je me suis bêtement attachée à toi, toi et ton sourire, ton intelligence, ton charisme naturel. Moi qui était pourtant si difficile en amour.
Maintenant je veux juste t'oublier. Pourquoi est-ce si difficile ?
Plus que trois mois à tenir avant la fin du lycée. Peut-être qu'après ça, tu sortiras de ma vie pour de bon. Peut-être...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Carton, 27 ans, Paris
J'avoue que je l'aime toujours, que malgré le mal qu'il a pu me faire, malgré le fait que ça fasse un an que tout s'est arrêté, je ne cesse de me dire qu'il était le seul.
Il était mon homme de très très longtemps...
Il me manque énormément. Et le pire dans tout ça, c'est que je sais que jamais nous ne serons à nouveau ensemble et ça me fait mal.
J'avoue que jamais je n'oublierais ce que j'ai pu vivre avec lui.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lola, 16 ans, Paris
J'avoue que j'ai cru pendant longtemps que tu m'aimais et que toi tu pouvais voir la beauté en moi malgré mon masque. J'avoue que j'ai espéré que tu viennes me parler, me dire que tout ira bien et qu'il ne voient simplement pas cette beauté comme tu la vois. J'avoue que j'ai espéré que tu sois mon sauveur et qu'ensembles on soit heureux, j'avoue avoir eu le cœur brisé quand j'ai su que c'était ma sœur que tu voulais.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Luimoinous, 45 ans, Saint Étienne
J'avoue que je suis amoureuse de toi.
J'avoue que je ne devrais pas.
J'avoue que c'est dur de ne pas se dire que nous nous aimons alors que nous nous aimons physiquement, mentalement, avec le cœur, c'est tellement évident.
J'avoue que nous avons transgressÉ toutes les règles, surtout les tiennes,
mais avoue que ça vaut la peine de s'aimer comme ça.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Chuuuttt, 45 ans, Montbrison
Je suis mariée...
Et je suis folle amoureuse d'un autre, folle amoureuse je crois...
Et je crois que lui aussi...
J'aime faire l'amour avec lui, il est si doux, si tendre, si fou..
J'ai envie de jouer avec lui...
J'ai envie de dormir dans ses bras...
Vendredi je vais le voir.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Idiote, 21 ans, Istanbul
J'avoue, je suis retournée en Turquie pour les beaux yeux d'un homme qui jurait m'aimer pour l'éternité.
J'avoue, je me suis faite avoir par les supplications d'un bourreau des cœurs que ce jeu amuse.
J'avoue, je l'aime encore, si fort que je ne peux passer une minute sans penser à lui.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Louise, 21 ans, Istanbul
J'avoue avoir été cette fille sur le sable qui contemple la mer pour ne pas avoir à te regarder dans les yeux. Mais j'avoue aussi que je n'aurai pas dû te tourner le dos. Je ne savais pas encore, comme tu m'as dit les mots précieux, que je t'aimais moi aussi, alors j'ai choisi de t'ignorer, de refuser un bonheur qui pourrait être mien aujourd'hui sous prétexte que je n'étais pas sûre.

J'avoue que dans mes rêves les plus fous, tu m'aimes encore, et tu te déclareras, encore, lorsque le temps sera venu. Dans certains rêves même, je traverse le temps pour te regarder enfin, et voir dans tes yeux tout cet amour que je cherche aujourd'hui.

J'avoue que je ne suis pas prête à faire le premier pas, et que je ne sais pas si je pourrais un jour le faire. Je ne suis pas cette femme forte que j'aime donner à voir, j'ai peur tout au fond de moi, peur de te perdre, certes, mais encore d'avantage peur d'être déçue ! Je ne te l'ai jamais dit, ce passé qui me hante, mais il est bien là, et il m'annihile.

J'ai peur, autant que je l'aime sans doute, de ce fossé culturel qui nous sépare et qui ferait de notre route un chemin accidenté.
Alors j'avoue, je suis dans l'inaction, dans l'attente, et la souffrance, à cause du passé, je me refuse un futur. Mais malgré tout j'espère que tu pourras être heureux, où que tu sois, avec qui que tu sois, et qu'il te resteras toujours une petite place dans le cœur pour accueillir l'idiote que je suis.
Je t'aime
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Nico83610, 19 ans, Hannut
Jill,
il y a deux ans, lorsque nous nous sommes rencontrés à Paris, je ne pensais pas en arriver là. En effet, j'ai d'abord pensé que tu étais une personne hautaine qui ne pensait qu'à soit... Mais au fil du temps j'ai découvert quelqu'un de formidable avec tant de qualité et quelques petits défauts tout aussi attachant.
Au début, je ne voulais pas m'attacher à toi mais lorsque j'ai vu cette photo, j'ai eu un déclic, c'était toi... Oui c'était toi qu'il me fallait pour être heureux et rien ne pouvait me faire changer d'avis !
Depuis, la vie a continuée et notre relation est restée simple, amicale, avec des hauts et des bas de temps en temps.
Mais sache que depuis c'est deux années où j'ai appris à te connaitre, mes sentiments, eux, n'ont pas changer, je suis toujours autant amoureux de toi que ce soir du 10 mai 2015 lorsque tu m'as envoyé cette photo, tu es partout en moi, j'arrive à t'entendre quand tu ne parles pas et à te voir lorsque tu n'es pas là.
Chaque seconde qui passe me rend plus malheureux de ne pas être au près de toi.
Je donnerais tout pour toi, pour tes yeux, ton sourire, pour ton coeur.
Sache que je serai toujours là pour toi, je t'attendrai, je ne changerai jamais !
Malgré toutes ces belles paroles, je suis incapable de t'avouer mes sentiments, j'ai peur de tout détruire, de te perdre un peu plus.
Je chéri ce jour où je trouverai la force de te dire tout ce que j'ai sur le coeur, de t'avouer mon amour !
En attendant, j'écris ces lignes pour toi, pour que le Monde garde une trace de moi, de toi...
Alors Jill, pour finir, je ne dirai qu'une chose:
Je suis amoureux de toi Jill !

Nico
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Als, 42 ans, Suisse
J'avoue que je trouve hyper sexy une fille de mon étage au travail. Il est très difficile de savoir ce qu'elle pense car elle cache bien ses sentiments même si ils pourraient être uniquement sexuels ! En effet, elle est mariée et moi aussi mais j'avoue vraiment que j'imagine souvent dans ma tête des scénarios avec elle uniquement pour le plaisir...
Et elle a de putains de jolis yeux.
Il faut qu'elle arrête de venir avec des habits très léger qui donne encore plus envie ! Si un soir elle restait plus tard au travail et que moi aussi... franchement ça serait difficile de résister à lever sa petite jupette et baisser sa culotte... ça serait tellement intense et vite fait... Même au travail après une certaine heure, il n'y a plus personne.
J'avoue que j'aimerai bien qu'elle tombe sur ce site... et qu'elle me réponde ça serait le TOP.
J'ai envie d'elle et elle aurait elle envie ?
Si tu me lis ici merci de me répondre S...
Ça fait du bien de pouvoir le dire quelque part. Merci javoue.com !!!
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lostcat, 50 ans, Paris
J'avoue que j'aime mon cousin.
J'avoue que je suis sa maîtresse depuis deux ans.
J'avoue que s'il le demandait, je plaquerais tout pour vivre avec lui.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Pndrcl, 19 ans, Bordeaux
J'avoue que tu me plais énormément, quand on s'est vu la première fois je pensais pas que plus tard il y allait avoir cette énorme complicité entre nous.
Aujourd'hui on ne se parle plus trop mais on reste comme même en grand contact, et tout les deux savons que nous voulons rester proche comme avant mais nous n'en avons plus les moyens en ce moment et attendons tout simplement d'être dans le même lycée comme tu me demande si souvent. "Bon tu te décides, tu vas dans quel lycée ?".

Chaque fois, tu me poses cette question, je te jure que tu me manque terriblement j'ai jamais connu une personne comme toi je pense, on a rigolé ensemble par messages snap, toujours tu venais commencer la discussions et moi je courrais voir de qui venait le message sur mon téléphone et quand je voyais ton prénom je sautais de bonne humeur !

On se parle plus autant aujourd'hui mais je t'assure que je vois ma vie avec toi ! Toutes tes phrases du genre : "je t'aime, je veux faire ma vie avec toi", tu disais ça pour rire mais je t'assure que je prenais ça au sérieux en riant enfin, je ne sais pas trop comment décrire ça, bref je prie pour que nous deux on commence la plus belle des histoires et que nous la terminions parfaitement bien, Je t'aime. e. ♥
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Nataska, 29 ans, Neuchâtel
J'avoue, que de choses ont changées. Je suis maman. Je suis mariée. J'ai un amant.
Je te trompe avec ton frère. Mais c'est plus que ça. Je pensais t'aimer... je ne savais pas ce que c'était qu'aimer. J'ai trouvé mon âme-soeur. C'est ton frère. quelle dommage. Quel gâchis.
Je l'aime. Je ne me suis jamais sentie aussi bien avec toi que ce que je sens quand je suis avec lui.
Il est au chômage, ça rend nos rencontre plus faciles.
J'avoue que j'aimerais qu'il trouve un bon boulot, que je puisse envisager de te quitter... mais quoi qu'il arrive ma lâcheté est toujours là. En serais-je capable ? Et puis il y a les enfants...

Je regrette de ne pas t'avoir quitter plus tôt. J'aurais pu faire ma vie différemment.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Nico, 18 ans, Liège
Jill, je t'aime, je ne peux pas vivre sans toi, j'ai besoin de toi au près de moi. S'il te plaît, comprend tout l'amour que j'ai pour toi, je n'en peux plus de te le cacher !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Tristounet, 40 ans, Bordeaux
J'avoue que je t'ai aimé durant 6 ans.
J'avoue que je t'aime aujourd'hui plus que tout.
J'avoue que je ne comprends pas tout ce qui se passe.
J'avoue que mes nuits sont horribles depuis que les tiennes se passent avec d'autres.
J'avoue que je suis déçu que tu m'aies menti.
J'avoue que j'ai tout donné pour nos enfants et aussi les tiens.
J'avoue que je ne comprends pas pourquoi tu as laissé faire.
J'avoue que tu m'as fait beaucoup de mal à tuer mon autorité, avoue que ce n'est pas normal.
J'avoue que tu m'as manqué de respect.
J'avoue que je ne sais pas si tu le sais.
J'avoue que je ne sais pas si tu t'en fou.
J'avoue que j'ai mal de m'être fait insulté.
J'avoue que ce fameux jour où tu étais de dos face à moi, j'espérai te revoir.
J'avoue qu'au départ j'ai eu du mal à t'aimer.
J'avoue que certaines fois je me suis mal comporté.
J'avoue que j'aurai du te prendre un peu plus dans mes bras.
J'avoue que j'aimerai un signe de toi.
J'avoue que je ne supporte pas quand tu me parles comme un chien.
J'avoue que oui, je fais vraiment tout ce que je peux pour toi.
J'avoue que j'en fais trop.
J'avoue que j'ai compris que tu ne te rends pas compte que tu as de la chance que je sois là.
J'avoue que tu me manques horriblement.
J'avoue que je pleure en te pensant dans les bras d'un autre.
J'avoue que je suis déçu que tu ne réagisses pas
J'avoue que je ne comprends pas pourquoi je n'ai jamais un encouragement de ta part.
J'avoue que je suis dépité quand tu me dis que je ne te manquerai pas.
J'avoue que tu étais la femme de ma vie.
J'avoue que je ne pensais pas que tu serais capable de faire tant de chose qui me font si mal.
J'avoue que ça me déçoit de comprendre le sens de tes rencontres.
J'avoue que j'ai mal que tu sois devenue comme ça.
J'avoue que même si j'ai commis des erreurs, je n'ai jamais commis celles que tu penses.
J'avoue que je me rends compte que nous avons tous les 2 des torts.
J'avoue que j'aimerai que tu me le dise aussi.
J'avoue que j'aimerai une fois, que tu aies un geste de tendresse envers moi.
J'avoue que j'aurai aimé finir ma vie dans tes bras.
J'avoue que je te regarde dormir quand je suis là.
J'avoue que je souffre de tes proches qui me détestent et que tu n'ai rien fait pour me défendre.
J'avoue que je suis déçu que tu aies cru les autres.
J'avoue que j'aimerai que tu me respecte davantage.
J'avoue que je suis en colère et que je ne veux pas te le faire payer le jour où ça sera trop.
J'avoue que j'aimerai que tu réagisses.
J'avoue que je t'ai donné beaucoup plus que tu ne veux le voir ou l'admettre.
J'avoue que j'ai fait beaucoup plus que tu ne le sais.
J'avoue que je suis pas si mal que ça.
J'avoue que j'en tombe malade.
J'avoue que je ne comprends plus rien.
J'avoue que chaque minute avec toi est un supplice autant qu'un bonheur.
J'avoue que chaque minute dure une heure.
J'avoue que tu m'as fait passer après beaucoup de choses et que tu refuses de le voir.
J'avoue que je souffre quand je vois ce que tu me fais et que tu ne te rends pas compte ou que tu ne veux pas te rendre compte.
J'avoue que j'ai mal à en crever.
J'avoue que tous ces connards vont te faire du mal et que tu crois en un rêve impossible.
J'avoue que tu ne te rends même plus compte que tu fais n'importe quoi
J'avoue que ta façon de faire et tes petits mensonges sur ton aventure et ta rencontre me déçoit.
J'avoue que je sais et que je suis certain que tu ne l'a pas rencontré de cette façon.
J'avoue que je te regarde différemment et que je ne te pensais pas capable de faire ça.
J'avoue que tu t'entoure de gens pas fait pour toi.
J'avoue que je pense qu'un jour tu vas te retrouver seule ou mal accompagnée.
J'avoue que ce jour-là je ne pourrai pas laisser faire.
J'avoue que ce sont les autres qui nous ont conduis là.
J'avoue qu'ils ont réussi.
J'avoue que vous me manquez.
Mais j'avoue surtout que je t'aime.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Sorb, 25 ans, Paris
Te souviens-tu de nos dimanches
Dans cette chambre hors du temps
Chaude et sombre aux volets fermés
Où plus rien n'avait d'importance
Petite mort mais pourtant si vivants
Nos regards et nos étreintes passionnés

Aujourd'hui si loin de nous
Ces souvenirs malgré tout
Je les gardes tout prêt de moi
Car tu les avait jeté
Et pour ce jour où tu reviendra
Pour toi je les aurais conservés
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2020 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou