Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 1 / 219

Coucou toi, 23 ans, Paris
J'avoue que mon regard s'est posé par hasard sur le tien.
J'avoue que c'était magique car tu me dévorais des yeux.
J'avoue que j'étais en train de manger avec mon amie et elle n'a pas pu s'empêcher de se retourner pour voir ce qui détournait mon attention.
J'avoue qu'on n'a pas arrêté de s'échanger des regards timides, confus mais très insistants.
J'avoue que j'y pense encore.
J'avoue que ce moment où je me suis levé et passant près de toi, nous nous sommes encore regardés. Ce moment où je ne rêvais que d'une seule chose, te parler.
J'avoue que si tu te reconnaîs ici ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Seuleaccompagnée, 15 ans, Tulle
J'avoue avoir avouer à mes amies mon faible pour toi.
J'avoue avoir honte.
J'avoue ne pas savoir ce que toi tu ressens pour moi.
J'avoue espérer qu'un "nous" puisse être possible.
J'avoue me persuader t'avoir oublié.
J'avoue être jeune pour ça, et toi encore plus.
J'avoue rêver d'être encore dans tes bras malgré le fait que tu n'y apportes aucune signification.
J'avoue en avoir marre de tes bêtises mais que tu me manques.
J'avoue que j'aime tous tes défauts.
J'avoue ne pas vraiment croire en l'amour ni à ces soi-disant papillons dans le ventre.
J'avoue les ressentir en étant à tes côtés.
J'avoue vouloir de tes baisers.
J'avoue ne pas me sentir coupable de t'avoir embrassé lorsque tu dormais.
J'avoue que malgré tout, tu es celui que j'aime.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Alain, 41 ans, Suisse
J'avoue que je relis très souvent les histoires sur Javoue.com et je suis halluciné que certains en écrivant arrive à 'entrer' en contact avec la personne concernée !
Il faut croire que la personne se reconnait et c'est tant mieux pour celui qui écrit.

Du coup, disais-je, en relisant il y a 2 histoires, de personnes différentes, que je lis et relis et relis me disant que ça correspond énormément à une réponse à un de mes écrits. Donc pourquoi pas moi ? J'essaie mais je doute que ça soit possible que la femme qui hante toutes mes nuits et qui ruine ma vie sentimentale soit l'une d'elle !

Au fond j'aimerai tant que cela soit le cas !
Alors je me lance et si c'est le cas je ne saurai comment remercier javoue.com tellement cela serait merveilleux mais je ne me fais point d'illusion.
Alors
Marmotte_80, 30 ans, Suisse
ou
Rêveuse, 26 ans, Suisse


es-tu ma Jessica ?
Si oui s'il te plait écris-moi ici et sois sur que je viendrai immédiatement vers toi sans perdre une seconde.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Kerlane, 27 ans, Paris
Oh Julien, j'avoue tout, je t'aime ! Pas comme au premier jour. Pas plus. Pas moins non plus. Différemment surtout. Je t'aime pas comme il faut. Je t'aime mal. Et je t'aime pas sainement.
Mais je t'aime de la seule manière dont tu m'en as rendu capable... et ce n'est plus suffisant.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Boutdechou, 41 ans, Montpellier
J'avoue que tu me plais énormément, j'avoue que je pense à toi chaque seconde chaque minute de ma vie depuis longtemps mais que je n'aurai jamais le courage de te le dire même si je te le fais comprendre.
J'avoue que j'ai des penchants homosexuels peut-être l'as tu compris, peut-être pas je sais pas. J'ai énormément de mal à vivre avec ça ainsi que les difficultés de la vie qui se rajoutent. J'avoue que depuis quelques temps ça va mieux nous deux mais allez savoir pourquoi. C'est comme si on était collés l'une à l'autre. Inséparables nous sommes ! Abuses-tu de moi parfois ? De cet amour que j'ai pour toi ! Mille questions je me pose. J'arrive pas à t'exprimer tout cet amour que je ressens pour toi. C'est tellement fort !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Chimeroman, 22 ans, Clermont-Ferrand
J'avoue que j'aime beaucoup ce site. Super concept quand même au passage !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lia, 35 ans, Yvrac
J'avoue que je ne sais pas si il faut que j'aille plus loin ou pas... Une collègue et néanmoins amie me fait de l'effet c'est certain et certaines fois elle même fait des allusions et des fois c'est tout le contraire.

On est souvent ensemble avec d'autres personnes et je ne rêve que d'une chose quand je lui parle. Donc oui, j'avoue que j'ai très très envie de faire des bêtises avec elle.
Si au cas, tu te reconnais par ici et dans le plus grand des hasards si tu consultes ce site ça serait top car au final je pense que jamais je n'oserai te le demander en vrai... par contre ici peut-être que oui.
J'avoue, c'est merveilleux de pouvoir avouer ici...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Coeur insouciant, 21 ans, Languedoc
J'avoue que je n'en peux plus de toi !
J'avoue, t'aimer et à la fois te détester pour ce que tu nous a fait.
J'avoue que le pire dans tout ça, c'est qu'au lieu de me méfier des hommes, je reste persuadée que quelqu'un de bon est fait pour moi quelque part.
J'avoue que je garde confiance, et je me dis que ce n'est qu'une question de temps !

J'avoue que j'aimerais te voir ramper pour me supplier. J'aimerais que tu te rendes comptes que mes erreurs n'étaient que la conséquences des tiennes.
J'avoue que je ne te souhaite pas le meilleur du monde. J'avoue que je ne souhaite pas non plus le pire ! J'avoue que je te souhaite ce que tu mérites ! Bon ou mauvais !

J'avoue que tu n'es pas quelqu'un de bien ! J'avoue que je te trouve ingrat ! Tu n'es pas reconnaissant. J'avoue que je ne regrette pas pour autant tout le bien que j'ai pu t'offrir ! Car je l'ai fais par amour et que ma conscience est tranquille ! J'avoue que ça fait déjà 2 ans que je savais que tout était brisé.

J'avoue que je me suis mise à genou pour toi, je t'ai supplié de dire la vérité ! J'avoue que je pleurais la nuit dans mon lit quand je découvrais un mensonge de plus ! J'avoue que j'aurais préféré que ce soit des infidélités ! J'avoue que je me suis senti soulagé quand tout s'est terminé.

J'avoue que je sens parfois ton odeur et que ça me brise le cœur ! J'avoue que j'ai cru en notre histoire et en nos projet ! J'avoue que je suis un peu, voir trop naïve ! J'avoue que je te voyais comme le père de mes enfants. J'avoue que j'ai tout fais pour t'aider, j'ai même donné de ma santé. J'avoue que je n'aurais jamais dû accepter d'en arriver là !
J'avoue que j'aurais dû mettre un terme a notre histoire dès ton premier mensonge, malgré les preuves que je te mettais sous le nez !

J'avoue que je n'ai pas de regret ! J'avoue que je me sens beaucoup plus vulnérable, comme si je n'allais plus aimer si fort ! J'avoue que j'ai suspecté ton côté violent. J'avoue que j'ai cru que tu allais m'étrangler contre cette porte. J'avoue que j'ai eu peur. J'avoue que j'aurais préféré que tu agisses, pour me donner une raison supplémentaire de te quitter. J'avoue que je t'aime, et que ces 7 lettres me donnent envie de vomir.

J'avoue que j'ai l'intention de m'exhiber sous ton nez, sans te parler. J'avoue que j'ai également l'intention de te croiser "comme par hasard", uniquement pour te prouver que je vais bien mieux sans toi.

J'avoue que j'ai repris le sport, pour dessiner ce corps que tu aimais tant admirer. J'avoue que j'espère que tu viendras me parler pour t'excuser. J'avoue que si ce moment arrive, je te le ferais regretter. J'avoue que c'est puérile. J'avoue que je m'en contre fous !

J'avoue que j'espère que tu rêves encore de moi la nuit ! J'avoue que je veux te voir à genou à ton tour ! J'avoue que je croyais que quand tu pleurais pour moi c'était vrai. J'avoue que je me trompais sûrement ! Tu le sais, je suis si naïve, si douce, si bonne. J'avoue que je ne veux plus être celle là ! J'avoue que je ne veux pas faire payer à mon futur copain, les blessures que tu as causés.

J'avoue que ça demandera du temps avant que je sois prête. J'avoue que ça me fait peur. J'avoue que j'ai toujours pensé que je méritais mieux. J'avoue que j'ai souvent pris ma santé comme excuse, pour me persuader que tu étais gentil, patient, compréhensif ! J'avoue que je mettais toujours ces qualités en avant pour t'excuser ! J'avoue que ce n'est pas bien ! J'avoue que tu n'es sûrement pas le seul à être prêt à m'épauler dans la maladie ! J'avoue que dorénavant, je me respecterais plus ! J'avoue, mon cœur saigne, mais je continuerais d'avancer sans toi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
C, 25 ans, Gap
J'avoue que notre histoire a commencé sur un lit de rose;
On avait tout pour être heureuses, à commencer par de belles valeurs et l'envie de créer quelque chose de solide.
A croire que le monde nous rappelle chaque jour que le passé et ses blessures ressurgissent, ternissant de temps à autre notre entente et en transformant les sourires en larmes.
Malgré cela, sans crasse et avec une volonté naturelle, le monde semblait également comploter pour que nos sentiments, eux, restent intacts.
Ils le sont. Et comme pour tout jeu aléatoire, on perd souvent des vies avant de passer un niveau, nous poussant toujours à aller plus loin.
Alors on se bat, chaque jour, on tente de réparer les incompréhensions, discordes futiles et mauvaises interprétations.
On y est mon amour, tu venais de recevoir une nouvelle qui n'allait plus nous séparer de centaines de kilomètres à plus de quelques millimètres.
Nous sommes tous différents, et chaque personne, pour vivre avec une autre, doit justement accepter l'autre, sans s'oublier, sans manquer de respect.
Tu vois comment c'est dur mon amour ?
On a compris que pour être heureuses ensemble, il fallait éloigner les tentations, s'écouter tout en étant claires sur ce qu'on désirait, être amies, amantes et amour en même temps.
C'est comme ça qu'on a su ce qu'on représentait l'une pour l'autre, en suivant ce chemin qu'on avait choisi d'emprunter ensemble.
Aujourd'hui, bien qu'on ne puisse, je pense, jamais dire d'un couple qu'il est solide, nous sommes certaines que nous sommes l'une pour l'autre, cet Autre qui nous complète.
Alors nous avons arrêté de chercher, la séduction, l'attraction, nous nous sommes entièrement tournées l'une vers l'autre.
C'est comme cela que j'imaginais ma vie avec quelqu'un ; avec complicité et envie, l'envie d'être ensemble simplement.
L'ombre au tableau, deux caractères un peu trop noyés dans une eau trouble. Mais mon amour, nous ne sommes pas des poissons et devons de ce fait sortir la tête de l'eau et respirer.
Chacune de mes pensées est tournée vers toi et tu occupes ainsi toute place disponible dans chaque recoin de mon corps. On s'élève, on s'inspire, on se vaut.
Pourtant aujourd'hui, tu as décidé de faire ton chemin de ton côté. J'espère te retrouver avant que le temps gâche ces mots que je me dois de les refuser éternels. Je reste sobre pour ne pas perdre la face.
Tu as emporté avec toi une partie de moi et souhaiterais donc que tu veuilles bien me la rendre avec en tête, ces simples mots :
On a tellement de choses à vivre encore, pourquoi se gâcher.. Puisque "je t'aime" est encore loin de la vérité, je t'attends, parce que je n'ai pas le courage de me prendre une porte.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Alain, 40 ans, Suisse
Je ne sais pas si dire ici que quelqu'un nous manque terriblement veut finalement dire quelque chose. J'avoue que ce mot 'terriblement' n'a pas un sens aussi fort lorsque nous ne l'avons pas vécu. Ensuite ce mot est très très fort de sens, il est même terrible je dirai.
J'avoue que ce mot me fait pleurer comme une fillette et toujours a cause d'une femme qui a tout abandonné sur un coup de tête.
J'avoue que si j'écris ici c'est uniquement pour que cette personne lise une fois mes messages comme si elle lisait dans mes pensées, c'est pour elle l'occasion de savoir ce que je pense d'elle.

Pourquoi je n'arrive pas à me la sortir de la tête ? Dites-moi pourquoi svp. Je n'ai rien demandé, mais je pense qu'il y a des personnes sur cette planète qui sont faites pour ne plus se quitter coute que coute. C'est ça l'âme sœur ? Et si cette âme sœur est mariée et que moi aussi, doit-on attendre une vie prochaine pour se 'retrouver' si j'en étais certain de ce dernier point alors oui j'attendrai...Meilleure preuve d'amour que ça je peux pas... mais de tout ça je n'en suis pas certain et je dois par obligation la laisser vivre avec un autre homme avec qui elle partage son lit tous les soirs, quelle torture psychologique...
J'avoue que je ne souhaite qu'une chose qu'elle revienne vers moi ne serait-ce qu'un jour... un seul jour dans une vie c'est quoi.
J'avoue que ce seul jour me procurerai le bonheur pour toute une vie. Vous dire à quel point je l'aime beaucoup cette femme... Mais elle m'ignore. La vie n'est jamais tendre.

Que quelqu'un lui dise de lire j'avoue.com maintenant que vous connaissez la ville. Le prénom de cette femme commence par J. son nom de famille se termine par T et son nom de jeune fille se termine par o. Son deuxième prénom commence par B et se termine par E.
Je bénirai de toutes mes pensées l'inconnu qui l'aura dirigé sur ce site et elle se reconnaitra très facilement, elle saura qui écrit ce message.

Oui, j'avoue c'est un cri de désespoir car j'avoue que j'en ai marre marre marre de pleurer tous les soirs depuis plus de deux ans... et le pire c'est de pleurer intérieurement sans que personne ne le sache !
Qu'une puissance supérieure aident toutes les personnes dans le même cas que moi...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Loïs, 23 ans, Paris
J'avoue, ce soir j'ai envie de débarquer chez toi, de te dire ce que j'avoue ici.

J'avoue, je t'aime beaucoup "Clark", mais je ne peux plus te le dire.
Notre relation entretenue, pourtant interdite, toi étant marié et de 20 ans mon ainé, m'a emplie de bonheur... mais tout autant de douleur.
Je t'aimais et je t'aime toujours profondément mais jamais librement, et qu'est-ce que je n'aimais jouer le rôle de maîtresse...
Mais j'adorais être dans tes bras, serrée contre toi.

Pourtant j'ai dis stop, il y a plus de deux ans... Parce que trop jeune, trop inquiète et peut être trop amoureuse.
J'ai dis stop car je n'ai jamais pu te demander de choisir entre elle et moi.
J'aurais voulu tout quitter, recommencer ailleurs avec toi. Reprendre un truc à nous.
Tu as pourtant souffert, quand j'ai mis fin à notre histoire, tu l'as même dit à ta femme, mais je ne voulais pas recommencer une histoire cachée.

Tromper... je déteste, je n'avais aucune mauvaise intention pour personne.
Pourtant ce soir j'avoue, je voudrais me retrouver près de toi, dans tes bras, refaire l'amour avec toi et t'embrasser.
J'avoue j'aimerais que tu comprennes, que tu viennes. Mais le temps passe et nous écarte.
J'avoue, je t'aime. J'aimerais que tu me lises ici.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Undeperdu, 24 ans, Dijon
J'avoue être complètement paumé sans toi. J'ai fait probablement la pire erreur de mes 24 années en te quittant. Même si nous nous sommes disputés souvent et assez fortement, même si nos caractères ne sont pas très compatibles...

J'avoue t'attendre, et ne plus en pouvoir. J'avoue espérer que ton couple cassera, simplement pour retenter ma chance, et qui sait, ne plus me passer de toi. J'avoue avoir tout appris de ces deux ans et demi avec toi, j'avoue que cette séparation m'a permis de savoir à quel point tu comptes pour moi.

J'avoue que je ne peux pas aimer quelqu'un d'autre comme je t'aime toi, et que je reste avec ma copine seulement pour lui éviter de souffrir tant qu'il ne se passe rien. J'avoue ne pas du tout aimer le type que je suis, et encore moins depuis notre rupture.

J'avoue avoir besoin de toi, et seulement toi. J'avoue qu'après tout ça, j'espère au moins avoir la chance de pouvoir te le dire en face. J'avoue, Chloë, que quoiqu'il en soit je t'aime encore et toujours, et bien plus que tout ce que tu peux imaginer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lafillequisedeteste, 14 ans, Orléans
J'avoue je le trouve craquant. J'avoue que je prend hyper longtemps pour choisir mes vêtements et les laver. J'avoue que quand il est en face de moi en anglais, je ne fais que le regarder. J'avoue que je suis triste dès que je le vois embrasser sa petite amie surtout quand ce n'est pas la même. J'avoue qu'il peut paraître vraiment con parfois. Mais j'avoue surtout que je l'aime.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Amy, 35 ans, Paris
J'avoue que je n'aurais jamais cru vivre cela un jour...
Quand je t'ai vu, au début, je n'avais aucune once de sentiments pour toi. Ni amical, ni amoureux.
Le temps a passé et je t'ai reconnu, toi le seul et l'unique amour de ma vie.
Je ne pensais pas tomber amoureuse d'un homme tel que toi, l'opposé de mes critères physiques mais je me suis aperçue qu'avant d'aimer ton corps, j'ai aimé ton âme.
Tu es mon âme soeur et ce qui me tue c'est que tu ne sembles pas l'avoir compris.
Tout dans tes regards, tes gestes, ta voix tout transpire l'Amour.
Lorsque je t'ai tout dit de mes sentiments, j'avoue que je pensais que tu ressentais aussi cette magie...
Tu m'aimes beaucoup mais pas comme je le rêverais...
Je t'ai fais des crises de jalousie, je t'ai rembarré tant de fois devant audience et tu es toujours revenu... Pourquoi ?
Maintenant tu pars loin, longtemps et j'ai peur.
J'ai peur de mourir de chagrin tant la peine sera indicible.
Je ne pourrais rien laisser paraître car mon Amour pour toi est un lourd secret.
Je sais que tu m'oubliera mais sache que je ne t'oublierai jamais...
Tu es mon plus doux regret.
Les aubes sont navrantes...
Je t'attends là au cas où la vie voudrait bien avoir pitié de mon pauvre coeur.
Je t'aime de tout mon coeur... parce que c'est toi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Nantaise, 18 ans, Nantes
J'avoue aimer ce garçon que je vois tout les jours dans ma classe à qui je n'ai jamais adressé la parole. J'avoue ne pas savoir son ressenti à mon égard malgré quelques paroles via internet. J'avoue rêver de lui la nuit, il hante mes pensées mais ne le sait pas. J'avoue assister à un match de son équipe favorite juste pour qu'il le remarque, me remarque.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
M.o.w., 33 ans, Suisse
J'avoue qu'à 3 mois de notre mariage, tout le chemin parcouru jusqu'ici semble incroyablement difficile. Pourtant, il n'a jamais été aussi simple que depuis que tu es revenue dans ma vie. J'avoue que depuis 1 an et demi tu me surprends régulièrement, tu m'apportes plus que je n'aurais jamais pu l'imaginer et tu me rends heureux. J'avoue que je t'aime plus de jour en jour.

J'avoue qu'avec toi, T'ite Fleur, tout me semble évident.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Elsa, 19 ans, Marseille
J'avoue que je suis tombée amoureuse de lui, mais je ne le pensais pas assez bien pour moi.
Quelle conne j'ai fait. Il était si adorable avec moi, il aurait pu arracher son propre cœur pour me l'offrir sans même contester une seule seconde.
Il me faisait rire et nous partagions une complicités hors du commun.
Sauf que mon égoïste a pris le dessus et je l'ai laisser tomber pour un ami à lui.

J'avoue qu'il n'avait pas mérité ça même si c'est ce que j'ai essayer de lui faire croire. J'avoue qu'il m'a insulté à de nombreuses reprise avant même que je me mette en couple avec son ami mais il avait sans doute raison.

J'avoue qu'il commençait à faire preuve d'une certaine bipolarité avant que je ne largue. Mais tout cela n'excuse en rien ce que j'ai fait. Le truc c'est que cet ami aussi est génial. Il est si gentil et attentionnée avec moi. Il m'a présenté à toute sa famille et moi à la mienne.
Mais j'ai peur que tout cela ne soit juste dû au fait qu'il soit plus beau que l'ancien donc le fait que je l'exhibe soit juste une forme de narcissisme.

J'avoue penser à mon ancien copain par moments. J'avoue continuer lui parler en secret alors que mon nouvel amant me l'interdit formellement. J'avoue être amoureuse de ces deux homme sachant que je n'en mérite aucun.

J'avoue être perdue depuis que mon ancien copain refuse de me parler. J'avoue avoir le cœur brisé depuis qu'il m'ignore et se rapproche d'autre fille. J'avoue mériter cette douleur. J'avoue le fait qu'il me manque mais refuser de larguer mon nouveau copain pour lui.

J'avoue avoir peur d'être totalement perdue sans celui ci. J'avoue me détester mais afficher un faux sourire pour faire croire que je suis la fille la plus heureuse du monde.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Mysterieusemadone, 35 ans, Paris
J'avoue que je crois avoir enfin pris la décision que j'aurais dû prendre depuis des années, la bonne décision.
J'avoue que tu n'aurais plus dû faire partie de ma vie depuis longtemps.
J'avoue que je ne comprends pas pourquoi tu es revenu comme une fleur après 5 ans.
5 ans, c'est long... 5 ans pendant lesquels j'ai juste assisté à ma vie, j'ai été passive.
5 ans pendant lesquels je me suis posée une multitude de questions.
5 ans pendant lesquels j'ai dû apprendre à me reconstruire.
5 ans pendant lesquels je me suis isolée.
5 ans pendant lesquels j'ai été bloquée et au moment où je réapprenais à vivre sereinement, tu es revenu pour tout chambouler, sans rien me dire, comme si rien ne s'était passé.

J'avoue que je sais aujourd'hui que je n'aurais jamais de réponse sur ce passé douloureux et mensonger.
J'avoue que j'ai souffert pendant toutes ces années, j'ai souffert et j'ai appris à survivre.
Ca a toujours été unilatéral entre nous.

J'avoue que je pense que je conserverai toujours une rancœur envers toi, rancœur que je pensais avoir disparu quand on s'est revus parce que je me sentais en confiance les 3 premières fois et je me sentais complice et bien avec toi, j'avais l'impression qu'on s'était quittés il y a quelques mois.
Et puis, cette rancœur est vite revenue quand je me suis rendue compte que je n'étais qu'un "objet" pour toi, que tu venais quand tu le souhaitais, aucune nouvelle en dehors de tout ça.
J'avoue que j'ai fini par imaginer que tu revenais pour te déculpabiliser ou savoir si je t'en voulais pour ce passé ou pour me garder sous le coude au cas où.
Tu n'as pas cherché à savoir comment j'avais vécu tout ça ou ce qui se passait dans mon entourage, jamais intéressé au contexte extérieur ni par le passé ni par le présent.

J'avoue que tu es le seul homme que j'ai aimé à ce point et pour lequel j'aurais tout lâcher.
J'avoue avoir toujours pensé que c'était toi l'homme de ma vie mais je me suis trompée.

J'avoue que tout ce qui s'est passé il y a 5 ans m'a permis d'évoluer et d'être plus dure.
J'avoue que j'ai perdu la plupart de mes amis, mes repères à cause de toute cette histoire et j'ai perdu ma confiance en moi et envers les autres... En gros, j'ai tout perdu.
Heureusement que j'avais mon travail pour m'éviter de penser.

J'avoue que je n'aurais jamais dû répondre à ta demande de me revoir et mon erreur a été de te retrouver dans un endroit, seule avec toi, pensant que j'aurais des explications sur ce qu'il s'est passé ces 5 dernières années mais on peut toujours rêver.
J'avoue que j'aurais dû avoir le cran de te poser ces questions quand je t'ai revu mais j'ai été submergée par les émotions quand tu m'as embrassée. Pleurs (pensées incontrôlées du passé et de la douleur ressentie à l'époque)

J'avoue que je sais que pour avancer, il faut que tu partes de ma vie, toi, indécis et donnant l'impression de jouer.
J'avoue avoir peur de reperdre 5 ans de ma vie.

Je crois que c'est trop tard.
Quelque chose est cassé, ce n'est plus comme avant.
On ne pourra jamais être amis, ni amants.

J'avoue ne pas avoir besoin de ça dans ma vie.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Myrtille, 19 ans, Dijon
J'avoue, tu hantes mes pensées depuis que tu as posé tes yeux bleus sur moi.
J'avoue tu ne le mérites pas, tu ne mérites pas toute cette attention que je te porte, tu ne mérites pas que je souffre ainsi pour toi...
Tu t'es moqué de moi l'année passée, après notre première rencontre, et ne t'es pas gêné pour me le montrer. Cette année encore, tu m'a bien fait comprendre que tu ne voulais pas de moi.
Mais j'avoue que je ne peux m'empêcher de te désirer, ton caractère un peu immature, ton côté inaccessible, tout me conduit à penser à toi sans cesse.
Et j'avoue que j'en souffre énormément ... L'envie, le manque... La jalousie me ronge dès que je te vois discuter avec une autre, la regarder comme moi je te regarde, d'autant plus quand cette autre est l'une de mes amies...
Je me fais du mal à penser à toi de cette manière, toi qui n'en vaut pas la peine... Si seulement j'arrivais à m'en rendre vraiment compte.
J'avoue, tu me fais souffrir, et j'avoue jouir de cette souffrance.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Kerlane, 25 ans, Paris
J'avoue, j'ai fini par faire un choix. Il y a trois mois j'ai pris un peu de liberté dans mon couple et j'ai passé du temps avec J. Et je pensais déjà, à ce moment là, tout laisser tomber et reprendre ma vie avec lui... Et puis, je ne sais pas vraiment ce qu'il s'est passé, peut-être ce qu'on appelle un électrochoc ? Toujours est-il qu'au bout de deux jours, j'ai dû quitter définitivement J après ses dix années à le garder près de moi ; en prenant la décision de poursuivre ma vie avec M.

Trois mois se sont écoulés... Je pense à J vingt fois par jour, je ne peux m'empêcher d'imaginer ce qu'aurait été ma vie avec lui aujourd'hui.
Et pourtant, je continue de faire ma vie avec M, d'acheter une maison, de parler de bébés...

Je les aime. Tous les deux. Et je pense que se sera comme ça longtemps. Mais j'ai choisi celui qui me fera le moins souffrir et me rendra le plus heureuse (l'instinct de survie ?).

Pourtant, j'avoue, même si je suis vraiment heureuse avec M, je ne peux m'empêcher de penser qu'un jour ce bonheur s'en ira, et que J sera toujours là pour moi... Et que je finirais avec lui. Finalement, c'est ce que j'ai toujours pensé depuis ces 10 ans.
Seulement, je ne pense pas que ça marcherait pour nous aujourd'hui, alors je préfère risquer de le perdre à jamais, être heureuse avec un autre, et, qui sait, être heureuse avec lui plus tard pour le reste de nos vies.
Et j'aime penser que c'est pareil pour lui, qu'il finira par s'en remettre et être heureux sans moi, jusqu'à ce que se soit "notre temps".

J'avoue, ma perception de l'amour à bien changé depuis mes 15 ans, j'ai fini par comprendre qu'il n'y a pas qu'un seul amour dans une vie, mais qu'il faut savoir apprécier chacun d'eux en son temps, et saisir le prochain quand le précédent se meurt.

Je n'oublierais pas que c'est la souffrance qui nous permet de reconnaître et savourer le bonheur.
J'avoue, je vous aime tous les deux.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Paris by night !, 23 ans, Paris
J'avoue, incroyable nuit passée à tes côtés. Merci.
C'était imprévisible, intense, passionnel, fou...
J'espère que ce fut réciproque.

Bonne journée !
Je t'embrasse tendrement.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ecarlate, 17 ans, Genève
Je t'ai vu pour la première fois à cet arrêt de bus, cet air que tu affichais, ton style et ta prestance ne m'ont pas laissée de marbre. La neige faisait ressortir tes yeux verts.. Jamais de ma vie je n'avais autant aimé cette couleur. Mes yeux s'arrêtèrent à ce trou que tu avais dans ta chaussure gauche... Bizarrement j'ai aimé ça.
Sûrement parce que de nos jours, on en fait plus des gars comme toi !
J'avoue que tu m'obsèdes carrément, et que j'écris des histoires où je te mets en scène.
J'te connais pas, tu m'connais pas mais malgré ça j'ai la conviction que tu es une personne bien.
J'avoue que j'ai écrit des phrases exemples pour essayer de t'aborder.
J'avoue que j'ai fait des complots avec mes copines pour avoir ton numéro de téléphone.
J'avoue que je t'ai cherché pendant le festival Rock.
Je ne connais même pas ton prénom. Mais une chose est sûre ; je suis tombée sous ton charme.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ronchonou, 24 ans, Chalon sur saône
Presqu'un an est passé depuis mon départ, et les conclusions font mal. J'avoue essayer tant bien que mal d'assumer mes choix, et cette lourde erreur, mais j'aimerai tellement pouvoir revenir à ce 22 novembre 2014 pour tout rattraper.
J'avoue avoir eu un gros ras le bol de nos embrouilles et que ça a fortement contribué à me faire tomber sous le charme d'une autre personne. J'ai préféré te quitter plutôt que de te tromper. J'avoue que les deux fois où l'on s'est revu, je t'ai fait l'amour, car a aucun moment je ne t'ai désaimé.
Bien qu'étant toujours avec cette rencontre, j'avoue t'aimer encore et encore, en ayant l'impression que ça ne s'arrêtera jamais. J'avoue que malgré plusieurs relations avant toi, tu es définitivement mon premier amour.
J'espère que le temps passant nous permettra de nous retrouver, car je n'arrive pas à aimer quelqu'un d'autre autant que je peux t'aimer.
J'avoue savoir que tu as retrouvé quelqu'un, que je me réjouis de te savoir heureuse, même si j'espère qu'un jour je puisse avoir une seconde chance à tes côtés.
J'avoue ne pas pouvoir m'imaginer finir ma vie sans toi.
J'avoue savoir ce que je ferais si l'on se retrouve.
J'avoue me détester de plus en plus et avoir besoin de toi pour m'accepter.
J'avoue ne penser qu'à toi à chaque instant, n'oublier aucun moment vécu, ton rire, et être glacé quand je te réentends pleurer.
J'avoue être un idiot fini et mériter ce qu'il m'arrive.
Par pitié, une deuxième chance.
C...ë je t'aime bien plus qu'à notre premier baiser.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Clem57, 16 ans, Nancy
J'avoue que tu me manques... Je ne sais pas trop si je regrette d'avoir eu cette histoire avec toi. J'étais malheureuse mais je t'aimais. Je t'aimais tellement que j'étais incapable de te quitter. Mais toi tu l'as fait... Maintenant je me retrouve dans un situation où je n'arrive pas à oublier une personne qui m'a déjà oubliée depuis bien longtemps... Tu m'as fait tant de mal, et moi stupide que je suis, je t'aime encore... Je ne veux plus souffrir autant, j'en ai plus la force. C'est trop dur.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Andrea0000, 21 ans, Paris
J'avoue, il y a 5 ans, j'ai rencontré une fille sur un site de rencontre sans pour autant savoir qu'elle deviendrait l'amour de ma vie. Je n'attendais rien de ce site, j'étais ado, je voulais parler à des personnes comme ça qui ne pourraient pas me juger, du moins je m'en fichais.
Mais j'étais tombée sur le profil d'une fille, apparemment lesbienne donc à l'époque comme moi. Je me suis adressée à elle par un petit message privé. Mais comment vous dire ? A cet instant, qu'elle m'ait répondu j'ai compris de suite que c'était elle.
Ça peut paraître inconscient, immature et enfantin, mais c'en est rien !
On a fini par se téléphoner, sa voix était celle d'un ange, elle me faisait un effet que je n'avais ressenti auparavant. On se téléphonait tous les jours, après les cours. C'était notre rituel, mais on ne pouvait pas continuer comme ça. J'habitais la région parisienne, elle Strasbourg, elle était loin, j'étais loin, mais quel choix on avait ?

C'était trop tard on était tombées amoureuses l'une et l'autre. J'étais tombée amoureuse de ce qu'elle me faisait ressentir sans même l'avoir vu en vrai. On a décidé de se voir deux mois plus tard, pendant les vacances, c'était notre seul moyen, mais fallait surtout de l'argent, elle a tout fait pour en trouver. Je suis arrivée à la gare de Strasbourg à 21h53 le 25 octobre 2010. Imaginez le stress qui montait.

Je l'ai téléphoné pour savoir où elle se trouvait, j'avais pas pris la bonne sortie, mais au final je finis par la voir de loin, alors je lui demande de se retourner, et d'avancer, et là... Elle s'approche de plus en plus, avec le sourire aux lèvres, elle m'a serré dans ses bras et m'a embrassé, j'étais sur un nuage, émerveillée, elle était si belle. J'avais l'impression qu'on était seules au monde. Plus rien, pouvait m'atteindre. J'étais la plus heureuse. J'ai passé deux semaines de complicité, d'amour, de tendresse en sa présence.

J'ai rencontré ses parents la deuxième semaines, ils rentraient de vacances. Je tiens à préciser que je suis son premier amour et qu'elle a dû écrire une lettre à ses parents pour leur avouer son amour pour moi et qu'elle n'était pas hétéro, mais bel et bien homosexuelle. C'était une belle preuve d'amour. Le moment où on a dû se quitter sur le quai de la gare a été un des moments les plus difficiles de ma vie. Elle pleurait et moi qui essayait de retenir mes larmes pour ne pas rendre les choses plus difficile.

Même en prenant le train j'ai essayé de lui détourner le regard. On s'est revues deux mois après, après deux longs mois d'attente dans la tristesse et le manque. Cette fois c'est elle qui est venue chez moi, c'était pareil comme au premier jour, le cœur qui battait à 100 à l'heure. Toujours autant d'étoiles dans les yeux. J'étais émerveillé par sa présence qui me donnait tellement de vie.
3 jours plus tard, elle a du rentrer chez elle. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai su que je ne la reverrai plus jamais à ce moment précis. Et j'ai bien eu raison. Il y a eu des problèmes avec ses parents. Ils voyaient que son amour pour moi prenait trop d'ampleur sur ses études. Et puis elle était à l'approche du bac. Sa mère avait rompu tout contact pour qu'on ne puisse plus se joindre. Téléphone confisqué, Facebook désactivé, j'étais au plus bas. Je n'étais plus rien. Pour moi tout était fini.

Mais deux jours plus tard je reçus une lettre venant d'elle, me disant que ce n'était pas elle qui avait voulu rompre tout contact, qu'elle m'aimait plus que tout, et qu'elle souffrait terriblement de la situation. Qu'elle voulait être avec moi et que je lui manquais. Je me suis sentis impuissante. J'avais l'impression de ne servir à rien. Je ne savais plus quoi faire. Du coup je me suis dit que je devrais tout faire pour la faire partir, qu'elle m'oublie pour qu'elle ne souffre plus.

Je jouais avec son cœur en lui disant que je la trompais, que je l'aimais plus et j'en passe. Elle ne voulait pas y croire, mais j'ai fini vraiment par lui faire croire et à force elle a décidé de partir... Ça m'a complètement anéantie même si je sais que ce n'étais pas dans mon attention. Ce n'était pas ce que je voulais... Alors j'ai commencé à sortir avec mes amis, à des soirées, boîtes, pub... J'ai commencé à boire, jusqu'à ne plus en pouvoir. Je me saoulais presque tous les soirs. Je ne mangeais plus. J'étais constamment avec mes amis, car je ne pouvais pas rester seule. Peur de sombrer. Mais j'ai sombré autrement, et dans l'alcool, je me nourrissais plus. J'avais perdu du poids en peu de temps. J'étais à bout de force, et j'ai fini par faire un malaise.

J'ai eu des coups de fils d'elle pendant les soirées très tard dans la nuit. Pendant que moi je m'amusais pour oublier. J'essayais de trouver d'autres filles ou du moins de faire semblant. Elle pleurait au téléphone sans dire un mot. ( sûrement que je lui manquais, qu'elle n'arrivait pas à m'oublier ) quelque temps après, une amie a décidé de l'appeler sans mon accord pour qu'on puisse se remettre ensemble car elle savait qu'on s'aimait. Et on s'est eues au téléphone et elle l'avouait qu'elle n'a jamais réussi à m'oublier. Je lui disais que moi aussi, mais j'ai recommencé à la refaire souffrir.

Pendant quelque mois plus de nouvelles... Et puis un jour elle m'envoie un message en disant que sa grand mère était décédée ( je l'avais connu quand j'étais allée la voir à Strasbourg), elle s'était confiée à moi je pense parce que j'avais vécu la même chose 2 ans plus tôt... Ensuite plus de nouvelles, et un soir, le 25 octobre 2011, je reçois un message, et c'était elle.. Un message d'amour, en disant que le 25 octobre 2010 c'était le plus jour de sa vie, que j'étais l'amour de sa vie, que j'étais la plus belle fille qu'elle avait rencontré, que je resterai à jamais à gravé dans son cœur.
Et après je lui ai répondu mais j'ai étais méchante avec elle en lui disant que j'avais oublié tout ça que c'était du passé et elle avait très mal pris. Jusqu'à dire que je pouvais crever.

Alors j'ai compris sa douleur mais en même temps elle revenait comme ça... J'étais mal. Je me suis rendue malade à cause de son absence, j'étais même jusqu'à prendre de la drogue dure alors que je m'étais toujours dit que je toucherai jamais à cette merde.
Depuis janvier 2012 je n'ai plus jamais eu de ses nouvelles. A l'époque on était ensemble, elle devait partir en Chine y faire ses études, ce pays l'avait toujours fasciné, mais elle ne voulait plus y partir pour nous deux. Aujourd'hui je sais qu'elle y est, mais je lui en veux tellement d'avoir voulu couper tout contact parce qu'elle voulait plus souffrir, que je lui avais fait trop de mal.

Elle était avec une autre fille et cette fille était dégueulasse avec moi. Je pense qu'elle en était jalouse. Aujourd'hui elles sont plus ensemble, mais elle est avec une autre, une chinoise.
Mais comment oublier ses yeux verts, sa blondeur, et ses beaux cheveux bouclés et la fille qu'elle était ? Je ne sais pas si je dois la haïr ou l'aimer. Mais je comprends pas comment elle fait pour vivre sa vie comme si rien n'avait jamais existé. Et moi j'ai essayé de refaire ma vie et ça toujours été un échec car elle me hantait toujours. Aujourd'hui je suis avec un garçon, je ne voulais plus d'autres filles car je me rendais compte que personne ne pourrait la remplacer. Je suis bien avec ce garçon, il m'aime je l'aime, mais je ne me sentirai jamais aussi comblée et heureuse car je sais qu'il me manquera toujours ce truc qu'elle savait me donner.

Ça fait presque 3 ans que je suis en couple maintenant, et parfois je m'en veux d'aimer toujours une personne alors que je suis avec quelqu'un d'autre. Mais fallait bien que je refasse ma vie. J'ai le droit au bonheur. Mais il ne sera jamais réellement atteint. Même si le garçon avec qui je suis est un homme merveilleux et je ne veux pas le perdre car il m'apporte une stabilité et il a vécu ma séparation avec cette fille.

Alors Lucie, j'aimerai enfin dire un jour que je peux enfin vivre sans toi, et que je suis libre de cet amour qui me méprisait. Je te hais sûrement car tu m'as laissé et sans que je puisse te rattraper. Même si c'était en partie de ma faute.
J'aimerai une fois pour toutes, vivre en paix.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2017 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou