Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 1 / 218

Myrtille, 19 ans, Dijon
J'avoue, tu hantes mes pensées depuis que tu as posé tes yeux bleus sur moi.
J'avoue tu ne le mérites pas, tu ne mérites pas toute cette attention que je te porte, tu ne mérites pas que je souffre ainsi pour toi...
Tu t'es moqué de moi l'année passée, après notre première rencontre, et ne t'es pas gêné pour me le montrer. Cette année encore, tu m'a bien fait comprendre que tu ne voulais pas de moi.
Mais j'avoue que je ne peux m'empêcher de te désirer, ton caractère un peu immature, ton côté inaccessible, tout me conduit à penser à toi sans cesse.
Et j'avoue que j'en souffre énormément ... L'envie, le manque... La jalousie me ronge dès que je te vois discuter avec une autre, la regarder comme moi je te regarde, d'autant plus quand cette autre est l'une de mes amies...
Je me fais du mal à penser à toi de cette manière, toi qui n'en vaut pas la peine... Si seulement j'arrivais à m'en rendre vraiment compte.
J'avoue, tu me fais souffrir, et j'avoue jouir de cette souffrance.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Kerlane, 25 ans, Paris
J'avoue, j'ai fini par faire un choix. Il y a trois mois j'ai pris un peu de liberté dans mon couple et j'ai passé du temps avec J. Et je pensais déjà, à ce moment là, tout laisser tomber et reprendre ma vie avec lui... Et puis, je ne sais pas vraiment ce qu'il s'est passé, peut-être ce qu'on appelle un électrochoc ? Toujours est-il qu'au bout de deux jours, j'ai dû quitter définitivement J après ses dix années à le garder près de moi ; en prenant la décision de poursuivre ma vie avec M.

Trois mois se sont écoulés... Je pense à J vingt fois par jour, je ne peux m'empêcher d'imaginer ce qu'aurait été ma vie avec lui aujourd'hui.
Et pourtant, je continue de faire ma vie avec M, d'acheter une maison, de parler de bébés...

Je les aime. Tous les deux. Et je pense que se sera comme ça longtemps. Mais j'ai choisi celui qui me fera le moins souffrir et me rendra le plus heureuse (l'instinct de survie ?).

Pourtant, j'avoue, même si je suis vraiment heureuse avec M, je ne peux m'empêcher de penser qu'un jour ce bonheur s'en ira, et que J sera toujours là pour moi... Et que je finirais avec lui. Finalement, c'est ce que j'ai toujours pensé depuis ces 10 ans.
Seulement, je ne pense pas que ça marcherait pour nous aujourd'hui, alors je préfère risquer de le perdre à jamais, être heureuse avec un autre, et, qui sait, être heureuse avec lui plus tard pour le reste de nos vies.
Et j'aime penser que c'est pareil pour lui, qu'il finira par s'en remettre et être heureux sans moi, jusqu'à ce que se soit "notre temps".

J'avoue, ma perception de l'amour à bien changé depuis mes 15 ans, j'ai fini par comprendre qu'il n'y a pas qu'un seul amour dans une vie, mais qu'il faut savoir apprécier chacun d'eux en son temps, et saisir le prochain quand le précédent se meurt.

Je n'oublierais pas que c'est la souffrance qui nous permet de reconnaître et savourer le bonheur.
J'avoue, je vous aime tous les deux.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Paris by night !, 23 ans, Paris
J'avoue, incroyable nuit passée à tes côtés. Merci.
C'était imprévisible, intense, passionnel, fou...
J'espère que ce fut réciproque.

Bonne journée !
Je t'embrasse tendrement.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ecarlate, 17 ans, Genève
Je t'ai vu pour la première fois à cet arrêt de bus, cet air que tu affichais, ton style et ta prestance ne m'ont pas laissée de marbre. La neige faisait ressortir tes yeux verts.. Jamais de ma vie je n'avais autant aimé cette couleur. Mes yeux s'arrêtèrent à ce trou que tu avais dans ta chaussure gauche... Bizarrement j'ai aimé ça.
Sûrement parce que de nos jours, on en fait plus des gars comme toi !
J'avoue que tu m'obsèdes carrément, et que j'écris des histoires où je te mets en scène.
J'te connais pas, tu m'connais pas mais malgré ça j'ai la conviction que tu es une personne bien.
J'avoue que j'ai écrit des phrases exemples pour essayer de t'aborder.
J'avoue que j'ai fait des complots avec mes copines pour avoir ton numéro de téléphone.
J'avoue que je t'ai cherché pendant le festival Rock.
Je ne connais même pas ton prénom. Mais une chose est sûre ; je suis tombée sous ton charme.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ronchonou, 24 ans, Chalon sur saône
Presqu'un an est passé depuis mon départ, et les conclusions font mal. J'avoue essayer tant bien que mal d'assumer mes choix, et cette lourde erreur, mais j'aimerai tellement pouvoir revenir à ce 22 novembre 2014 pour tout rattraper.
J'avoue avoir eu un gros ras le bol de nos embrouilles et que ça a fortement contribué à me faire tomber sous le charme d'une autre personne. J'ai préféré te quitter plutôt que de te tromper. J'avoue que les deux fois où l'on s'est revu, je t'ai fait l'amour, car a aucun moment je ne t'ai désaimé.
Bien qu'étant toujours avec cette rencontre, j'avoue t'aimer encore et encore, en ayant l'impression que ça ne s'arrêtera jamais. J'avoue que malgré plusieurs relations avant toi, tu es définitivement mon premier amour.
J'espère que le temps passant nous permettra de nous retrouver, car je n'arrive pas à aimer quelqu'un d'autre autant que je peux t'aimer.
J'avoue savoir que tu as retrouvé quelqu'un, que je me réjouis de te savoir heureuse, même si j'espère qu'un jour je puisse avoir une seconde chance à tes côtés.
J'avoue ne pas pouvoir m'imaginer finir ma vie sans toi.
J'avoue savoir ce que je ferais si l'on se retrouve.
J'avoue me détester de plus en plus et avoir besoin de toi pour m'accepter.
J'avoue ne penser qu'à toi à chaque instant, n'oublier aucun moment vécu, ton rire, et être glacé quand je te réentends pleurer.
J'avoue être un idiot fini et mériter ce qu'il m'arrive.
Par pitié, une deuxième chance.
C...ë je t'aime bien plus qu'à notre premier baiser.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Clem57, 16 ans, Nancy
J'avoue que tu me manques... Je ne sais pas trop si je regrette d'avoir eu cette histoire avec toi. J'étais malheureuse mais je t'aimais. Je t'aimais tellement que j'étais incapable de te quitter. Mais toi tu l'as fait... Maintenant je me retrouve dans un situation où je n'arrive pas à oublier une personne qui m'a déjà oubliée depuis bien longtemps... Tu m'as fait tant de mal, et moi stupide que je suis, je t'aime encore... Je ne veux plus souffrir autant, j'en ai plus la force. C'est trop dur.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Andrea0000, 21 ans, Paris
J'avoue, il y a 5 ans, j'ai rencontré une fille sur un site de rencontre sans pour autant savoir qu'elle deviendrait l'amour de ma vie. Je n'attendais rien de ce site, j'étais ado, je voulais parler à des personnes comme ça qui ne pourraient pas me juger, du moins je m'en fichais.
Mais j'étais tombée sur le profil d'une fille, apparemment lesbienne donc à l'époque comme moi. Je me suis adressée à elle par un petit message privé. Mais comment vous dire ? A cet instant, qu'elle m'ait répondu j'ai compris de suite que c'était elle.
Ça peut paraître inconscient, immature et enfantin, mais c'en est rien !
On a fini par se téléphoner, sa voix était celle d'un ange, elle me faisait un effet que je n'avais ressenti auparavant. On se téléphonait tous les jours, après les cours. C'était notre rituel, mais on ne pouvait pas continuer comme ça. J'habitais la région parisienne, elle Strasbourg, elle était loin, j'étais loin, mais quel choix on avait ?

C'était trop tard on était tombées amoureuses l'une et l'autre. J'étais tombée amoureuse de ce qu'elle me faisait ressentir sans même l'avoir vu en vrai. On a décidé de se voir deux mois plus tard, pendant les vacances, c'était notre seul moyen, mais fallait surtout de l'argent, elle a tout fait pour en trouver. Je suis arrivée à la gare de Strasbourg à 21h53 le 25 octobre 2010. Imaginez le stress qui montait.

Je l'ai téléphoné pour savoir où elle se trouvait, j'avais pas pris la bonne sortie, mais au final je finis par la voir de loin, alors je lui demande de se retourner, et d'avancer, et là... Elle s'approche de plus en plus, avec le sourire aux lèvres, elle m'a serré dans ses bras et m'a embrassé, j'étais sur un nuage, émerveillée, elle était si belle. J'avais l'impression qu'on était seules au monde. Plus rien, pouvait m'atteindre. J'étais la plus heureuse. J'ai passé deux semaines de complicité, d'amour, de tendresse en sa présence.

J'ai rencontré ses parents la deuxième semaines, ils rentraient de vacances. Je tiens à préciser que je suis son premier amour et qu'elle a dû écrire une lettre à ses parents pour leur avouer son amour pour moi et qu'elle n'était pas hétéro, mais bel et bien homosexuelle. C'était une belle preuve d'amour. Le moment où on a dû se quitter sur le quai de la gare a été un des moments les plus difficiles de ma vie. Elle pleurait et moi qui essayait de retenir mes larmes pour ne pas rendre les choses plus difficile.

Même en prenant le train j'ai essayé de lui détourner le regard. On s'est revues deux mois après, après deux longs mois d'attente dans la tristesse et le manque. Cette fois c'est elle qui est venue chez moi, c'était pareil comme au premier jour, le cœur qui battait à 100 à l'heure. Toujours autant d'étoiles dans les yeux. J'étais émerveillé par sa présence qui me donnait tellement de vie.
3 jours plus tard, elle a du rentrer chez elle. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai su que je ne la reverrai plus jamais à ce moment précis. Et j'ai bien eu raison. Il y a eu des problèmes avec ses parents. Ils voyaient que son amour pour moi prenait trop d'ampleur sur ses études. Et puis elle était à l'approche du bac. Sa mère avait rompu tout contact pour qu'on ne puisse plus se joindre. Téléphone confisqué, Facebook désactivé, j'étais au plus bas. Je n'étais plus rien. Pour moi tout était fini.

Mais deux jours plus tard je reçus une lettre venant d'elle, me disant que ce n'était pas elle qui avait voulu rompre tout contact, qu'elle m'aimait plus que tout, et qu'elle souffrait terriblement de la situation. Qu'elle voulait être avec moi et que je lui manquais. Je me suis sentis impuissante. J'avais l'impression de ne servir à rien. Je ne savais plus quoi faire. Du coup je me suis dit que je devrais tout faire pour la faire partir, qu'elle m'oublie pour qu'elle ne souffre plus.

Je jouais avec son cœur en lui disant que je la trompais, que je l'aimais plus et j'en passe. Elle ne voulait pas y croire, mais j'ai fini vraiment par lui faire croire et à force elle a décidé de partir... Ça m'a complètement anéantie même si je sais que ce n'étais pas dans mon attention. Ce n'était pas ce que je voulais... Alors j'ai commencé à sortir avec mes amis, à des soirées, boîtes, pub... J'ai commencé à boire, jusqu'à ne plus en pouvoir. Je me saoulais presque tous les soirs. Je ne mangeais plus. J'étais constamment avec mes amis, car je ne pouvais pas rester seule. Peur de sombrer. Mais j'ai sombré autrement, et dans l'alcool, je me nourrissais plus. J'avais perdu du poids en peu de temps. J'étais à bout de force, et j'ai fini par faire un malaise.

J'ai eu des coups de fils d'elle pendant les soirées très tard dans la nuit. Pendant que moi je m'amusais pour oublier. J'essayais de trouver d'autres filles ou du moins de faire semblant. Elle pleurait au téléphone sans dire un mot. ( sûrement que je lui manquais, qu'elle n'arrivait pas à m'oublier ) quelque temps après, une amie a décidé de l'appeler sans mon accord pour qu'on puisse se remettre ensemble car elle savait qu'on s'aimait. Et on s'est eues au téléphone et elle l'avouait qu'elle n'a jamais réussi à m'oublier. Je lui disais que moi aussi, mais j'ai recommencé à la refaire souffrir.

Pendant quelque mois plus de nouvelles... Et puis un jour elle m'envoie un message en disant que sa grand mère était décédée ( je l'avais connu quand j'étais allée la voir à Strasbourg), elle s'était confiée à moi je pense parce que j'avais vécu la même chose 2 ans plus tôt... Ensuite plus de nouvelles, et un soir, le 25 octobre 2011, je reçois un message, et c'était elle.. Un message d'amour, en disant que le 25 octobre 2010 c'était le plus jour de sa vie, que j'étais l'amour de sa vie, que j'étais la plus belle fille qu'elle avait rencontré, que je resterai à jamais à gravé dans son cœur.
Et après je lui ai répondu mais j'ai étais méchante avec elle en lui disant que j'avais oublié tout ça que c'était du passé et elle avait très mal pris. Jusqu'à dire que je pouvais crever.

Alors j'ai compris sa douleur mais en même temps elle revenait comme ça... J'étais mal. Je me suis rendue malade à cause de son absence, j'étais même jusqu'à prendre de la drogue dure alors que je m'étais toujours dit que je toucherai jamais à cette merde.
Depuis janvier 2012 je n'ai plus jamais eu de ses nouvelles. A l'époque on était ensemble, elle devait partir en Chine y faire ses études, ce pays l'avait toujours fasciné, mais elle ne voulait plus y partir pour nous deux. Aujourd'hui je sais qu'elle y est, mais je lui en veux tellement d'avoir voulu couper tout contact parce qu'elle voulait plus souffrir, que je lui avais fait trop de mal.

Elle était avec une autre fille et cette fille était dégueulasse avec moi. Je pense qu'elle en était jalouse. Aujourd'hui elles sont plus ensemble, mais elle est avec une autre, une chinoise.
Mais comment oublier ses yeux verts, sa blondeur, et ses beaux cheveux bouclés et la fille qu'elle était ? Je ne sais pas si je dois la haïr ou l'aimer. Mais je comprends pas comment elle fait pour vivre sa vie comme si rien n'avait jamais existé. Et moi j'ai essayé de refaire ma vie et ça toujours été un échec car elle me hantait toujours. Aujourd'hui je suis avec un garçon, je ne voulais plus d'autres filles car je me rendais compte que personne ne pourrait la remplacer. Je suis bien avec ce garçon, il m'aime je l'aime, mais je ne me sentirai jamais aussi comblée et heureuse car je sais qu'il me manquera toujours ce truc qu'elle savait me donner.

Ça fait presque 3 ans que je suis en couple maintenant, et parfois je m'en veux d'aimer toujours une personne alors que je suis avec quelqu'un d'autre. Mais fallait bien que je refasse ma vie. J'ai le droit au bonheur. Mais il ne sera jamais réellement atteint. Même si le garçon avec qui je suis est un homme merveilleux et je ne veux pas le perdre car il m'apporte une stabilité et il a vécu ma séparation avec cette fille.

Alors Lucie, j'aimerai enfin dire un jour que je peux enfin vivre sans toi, et que je suis libre de cet amour qui me méprisait. Je te hais sûrement car tu m'as laissé et sans que je puisse te rattraper. Même si c'était en partie de ma faute.
J'aimerai une fois pour toutes, vivre en paix.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Stephanie, 39 ans, Paris
J'avoue que j'ai été froide avec toi car je ne supportais pas cette complicité que tu avais avec cette collègue hypocrite avec moi.

J'avoue être certaine que cette femme a une dent contre moi même si elle joue remarquablement bien la comédie face aux autres.

J'avoue n'avoir pas supporté la façon dont elle se comportait en te charmant alors qu'elle est mariée et mère de 2 enfants.

J'avoue ne pas avoir supporté sa copine qui est dans le même bureau, qui était de mèche avec elle et qui lançait des messages subliminaux que tous le bureaux entendait du matin au soir vis à vis de vous deux.

J'avoue ne pas supporter cette femme car elle te tourne autour même si elle prétend chaque fois que tu tentes un jeu de séduction qu'elle est mariée et mère de 2 enfants.

J'avoue t'en vouloir d'avoir été si faible vis à vis d'elle.

J'avoue ne pas supporter son horrible voix quand elle minaude devant toi.

J'avoue ne pas supporter ses tenues flashies rouges, jupes moulantes et chevelure telle une midinette toujours pour te séduire.

J'avoue qu'elle m'insupporte à 44 ans avec son comportement d'ado attardé.

J'avoue que je vais quitter ce service à cause de ces deux vipères.

J'avoue ne pas supporter l'idée d'avoir été ton second choix et de t'entendre la draguer alors que tu me fais ton jeu de séduction hors champs de vision de cette commère.

J'avoue que tu es mon acte manqué mais ma fierté n'a pas de prix.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lorenzo, 32 ans, Paris
J'avoue que nous étions sur l'auto route en direction de Paris à bord d'une superbe décapotable de luxe.
Le moment était des plus appréciables, cheveux aux vents, du bon son dans les oreilles.
Elles, dans ce coupé cabriolet gris Peugeot 207.
J'avoue, tu m'as regardé impassible... et je t'ai fait un coucou mais tu n'as pas réagi puis on vous a dépassé.
J'avoue que je pensais m'être pris un bon râteau jusqu'à ce que vous nous rattrapiez.
J'avoue que c'était surréaliste. Roulant à notre hauteur pendant plusieurs kilomètres, ta copilote s'est soudainement déridée et prenait des photos de nous.
J'avoue que j'étais agréablement surpris.
Et c'est parti pour un jeu de séduction sur l'autoroute.
Toi, la blonde avec une queue de cheval et tes lunettes rondes à la façon de Daria. Ce petit côté intello, avec des airs de Supergirl m'a fait craqué, j'avoue !
Puis vous nous avez dépassé et j'ai levé les mains en l'air pour profiter de l'instant. Et tu en as fais de même, mon ami au volant à fait la même chose et ton amie aussi.

J'avoue que je n'oublierai jamais ce moment où nous avions tous, les quatre mains en l'air. Nous roulions heureux, insouciants, amoureux vers l'horizon.
Et nous continuons à vous faire coucou, et vous réciproquement. Puis nous fûmes séparés à Noisiel sur l'A104.
J'avoue que cette séparation nous fit ressentir comme ces adolescents qui viennent de vivre un amour d'été et qui pour les raisons les plus iniques de la vie, doit s'arrêter !
J'avoue Supergirl, si tu te reconnais, écris-moi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Melle_printemps, 24 ans, Paris
J'avoue que j'ai toujours autant de sentiments pour toi, peu importe ce qu'il s'est passé. J'avoue que malgré ça, je continuerai toujours de croire en nous car je trouve ça magnifique et tellement rare...
J'avoue j'ai envie de pleurer tellement je trouve ça magique quand on est ensemble.
On a beaucoup changé depuis qu'on se connait, surtout moi.

J'ai beaucoup grandi, évolué. Je sais ce que je veux vraiment aujourd'hui. Et ce que je ne veux plus. Et j'avoue ne pas cesser d'espérer.

J'avoue que quoiqu'il arrive, tu es et tu resteras celui que j'aime incontestablement.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ludo, 45 ans, Paris
J'avoue avoir été idiot de ne pas avoir demandé ton numéro avant de quitter la boîte.
J'avoue avoir eu peur de me prendre un râteau.
J'avoue avoir été bête de ne pas avoir provoqué une discussion entre toi et moi.
J'avoue avoir été nul de ne pas t'avoir invité à prendre une pause café pour te parler.

J'avoue que tu seras mon acte manqué...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Sud de france, 40 ans, Avignon
J'avoue que tu me plais que je fantasme sur toi, j'avoue que j'aimerai être avec toi.
J'avoue que je t'aime mais tu te fous des sentiments que j'ai pour toi. J'irai pas décrocher la lune pour toi mais presque.
J'avoue que je suis bête de t'aimer autant mais que puis-je y faire au plus j'essaie de t'oublier au plus je pense à toi. Ma tête dit non et mon cœur n'en peut plus tellement il déborde d'amour pour toi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Andromad, 32 ans, Saint Omer
J'avoue que chaque mois d'août, qu'en septembre et que nos dates approchent, mon corps par ses spasmes me demande de te ramener à moi. J'éprouve un mal être depuis plus de huit ans quand j'ai fais cette bêtise de te quitter. J'ai refait ma vie, j'ai trois beaux enfants, formidables, mais je t'aime et tu me manques tant ticoeur. Caroline, Guillaume, nous ne formions qu'un et d'une décision ridicule, j'ai balayé le bonheur de ma vie... Reviens-moi ...

Je t'aime mon amour, merci pour tout ce que tu m'as donné, j'espère que tout va bien pour toi et que tu as réussi à être heureuse...

Je pense et je ne cesserai de penser à toi...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Unemaguette..., 29 ans, Lyon
J'avoue que j'ai eu un coup de foudre pour la 1ère fois de ma vie, en voyant ce Gars en photo par hasard sur ce site.

J'avoue que je ne m'attendais pas du tout à Le rencontrer en vrai au cours d'une soirée, et que je pensais encore moins pouvoir L'intéresser... J'avoue que c'est pourtant ce qui semble s'être passé, et que tous les textos échangés puis la nuit qu'on a passé ensemble étaient d'une douceur qui me trouble encore aujourd'hui... J'avoue que je n'en ai pourtant pas assez profité car je me posais beaucoup trop de question pour la suite, suite qui n'a finalement pas existé car Il s'est rendu compte qu'Il n'était pas prêt... Maudite confiance en moi qui me fait défaut, maudit cerveau incapable de se déconnecter !

J'avoue que via une nana de ce même site, j'ai rencontré un autre gars avec qui je m'entends vraiment bien surtout au plan intellectuel. J'avoue que j'ai accepté de sortir avec lui malgré ma vie compliquée et mes incertitudes actuelles. J'avoue que je ne sais pas si j'ai bien fait, mais cette fois je ne voulais pas passer à côté et regretter de ne pas avoir osé...

J'avoue cela fait 2 ans depuis mes derniers aveux. J'avoue que mes aveux blessés passés ne sont pas encore de lointains souvenirs comme je l'espérais, mais j'avoue aussi que jamais je n'aurais pensé que tout ceci m'arriverait. J'avoue, finalement, c'est bon de se tromper et d'être surprise...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Amourdétruit, 35 ans, Paris
J'avoue ne jamais t'avoir jamais oublié et espéré pendant très longtemps que tu reviennes.
Après toutes ces années perdues, sans contact, tu refais surface et reviens comme une fleur.
J'avoue avoir accepté de te revoir uniquement parce que je pensais que tu allais me parler du passé et de ce qui nous avais séparé.
J'avoue avoir été déçue qu'après une rencontre, 2, rien ne vienne, aucune explication.
Tu ne sais même pas comment j'ai vécu toutes ces années, comment j'ai survécu à tout ça. Tu ne t'y es même pas intéressé.
J'avoue avoir de la rancoeur par rapport à tout ça, par rapport au fait que tu reviennes comme ça, sans aucune explication
J'avoue avoir un malaise quand je suis avec toi. J'aime être avec toi mais je ne suis pas moi parce que j'ai un blocage par rapport à tout ça.
J'avoue ne pas comprendre pourquoi tu veux me revoir, ni l'intêret qu'on se voit. On ne sera jamais amis.
J'avoue penser que tu m'as invitée chez toi pour me montrer que tu es seul mais je m'en fous.

J'avoue que si j'avais une explication sur tout ce passé, ce serait différent et je n'aurais pas pleuré je pense quand tu m'as embrassée.
Pleurs dûs à des émotions du passé, j'ai enfoui tous mes sentiments pour toi par cette rupture brutale.
J'avoue que depuis que tu es revenu, je suis plus anxieuse qu'avant, j'avais réussi à tirer un trait sut toi.
J'avoue être plus sereine quand on ne se contacte pas.
J'avoue que je pense ne rien vouloir avec toi.
J'avoue que je ne pourrais te refaire confiance une 2e fois, je n'y arriverais pas, pas avec ce que j'ai traversé.

J'avoue penser préférer que tu me laisses tranquille malgré la magnifique histoire que nous avons eue.
Ce fut la plus belle, la plus intense mais aussi la plus destructrice pour moi. Traumatisante même...
Ce n'est certainement pas ton cas mais bien le mien.


J'avoue t'en vouloir de m'avoir gâché tant d'années.

Avec le recul, si on m'avait dit ce que j'aurais à vivre pendant des années, je ne referais pas ce que j'ai fait, je ne t'aurais pas protégé, je n'aurais rien fait dans ce sens.

J'avoue que je pense que je n'arriverais jamais à recommencer quelque chose avec toi, c'est trop tard.
Je sais que je n'aimerais plus personne comme je t'ai aimé, mais c'est trop tard, j'en ai bavé pendant des années mais j'ai enfin réussir à vivre sans toi.
Je ne peux pas me permettre de remettre des années de côté à cause de ça.

Je t'en veux et je pense que que je me portais mieux sans nouvelle ni visu.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Daffodil Lament, 30 ans, Paris
Je ne suis pas superstitieux. Enfin, c'est ce que j'essaie de me persuader... Oui, c'est comme ça... Mais parfois, quand mes cheveux sont trop longs, je foire tout ! Limite il ne m'arrive que des merdes.
Donc, j'avoue que je vais chez le coiffeur pour raser tout ça. Et je me suis rendu compte que ce changement de look me portait la poisse.

J'avoue, je ne marche jamais sous les échafaudages et quand je vois des couteaux croisés, je les décroise‎ et les éloigne.
Par contre, j'avoue que j'aime bien les chats noirs. Donc pas de quoi être superstitieux ? Vous me direz...
Sauf que j'avoue que je persiste à croire que faire le ménage sur du Lenny Kravitz, un soir de pleine lune ou de canicule ne peut que m'apporter le mauvais œil !
J'avoue qu'à chaque fois que j'ai une intuition, elle s'avère toujours être bonne ... sauf pour moi !
J'avoue oui, à chaque fois que je me suis retrouvé dans ces cas de figures, je me suis retrouvé seul peu de temps après.
Mais non non, je suis pas superstitieux... Juste un peu quoi, j'avoue !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Moes, 30 ans, Mulhouse
J'avoue qu'en lisant vos aveux, je suis enfin soulagé car je me suis reconnu dans plusieurs histoire et que j'avais toujours une part de mystère sur des échecs de relations. Et maintenant, j'avoue que je comprends mieux. J'avoue que je suis d'autant plus soulagé que je me dis qu'en fin de compte, ce n'était pas de ma faute. Merci javoue.com !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Johanade, 31 ans, Verviers
Elle se nomme Johanna, je ne pensais pas un jour avoir une histoire avec elle mais d'une folle soirée de réveillon 2006, nous avons joué à un jeu sexuel qui je suppose t'as bien plu.... Nous avons ensuite fait l'amour dans ma chambre tout en faisant attention de ne pas éveiller mes parents qui dormaient à l'étage au dessus.

Après, j'ai fait d'énormes bêtises et je ne t'ai pas respecté comme j'aurais dû le faire. Nous avons depuis lors, trouvé l'amour de notre coté mais me concernant, une partie de toi est toujours présente dans mon cœur et ma tête.

Tu es femme délicieuse, gentille, très souriante, respectable et pas trop râleuse... Bref, tu es la femme que je n'aurais jamais dû laisser à un autre.

Tu me fais toujours rêver et je suis content de de nouveau parler avec toi, presque comme avant. Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour passer de bons moments avec toi, caresser tes seins, t'embrasser, te faire l'amour, bref ressentir à nouveau tout ce que je n'ai jamais ressenti avec une autre personne...

J'espère qu'un jour, ces épisodes se reproduiront à nouveau, car je t'aime.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Needyou, 23 ans, Chalon-sur-saône
J'avoue t'avoir quitté de façon absurde. J'avoue avoir rompu les liens et ne pas l'avoir voulu, simplement pour éviter de te faire plus mal. J'avoue que même en couple pour chacun depuis, j'espère qu'on finira par se retrouver, parce que je t'aime encore, et certainement bien plus qu'à nos débuts. Je me souviens de tout, le bon comme le mauvais, et j'avoue sans problème l'erreur que j'ai faite en te quittant. Tu resteras la plus belle personne que j'ai pu connaître. Je t'aime encore et toujours. Pardon
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Can't be moved..., 23 ans, Vedène
Quelle belle erreur que de t'avoir rencontré... Maintenant je n'arrive plus à t'oublier. J'avance comme je dois le faire, je donne le change et fais croire que la situation me convient, mais il y a toujours un vide, un stupide vide que ne correspond à rien, rien de réel, mais que tu as créé.
Je me sens bête, nulle et parfois même, folle, il n'y a rien à espérer, rien à attendre. C'est dur d'avoir conscience de cela, mais de ne pas parvenir à avancer. Les années ont passé, et j'ai l'impression de ne pas avoir bougé. Mais toi... je suppose que tu es bien loin de tout ça. Si tu savais... mais peut-être que tu sais...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Mal_de_vivre, 25 ans, Montréal
J'avoue que je suis mère de deux beaux enfants et un amoureux que j'aime plus que tout au monde... Mais j'avoue que j'ai un sérieux problème.
Je voudrais pouvoir me sentir mieux mais j'en suis incapable ! Chaque jour est un éternelle combat ! Je suis en couple depuis bientôt 3 ans et je suis incapable d'avoir confiance en personne et encore moins à l'homme que j'aime ! C'est plus fort que moi, chaque fois qu'il n'est pas avec moi ma tête ce met à tourner et des scénarios se font sans cesse au point que je fini par y croire et ça me démolit !

Je ne sais plus quoi faire j'avoue que dans la vie je ne peux pas dire que j'ai déjà été heureuse et pourtant plusieurs disent que j'ai tout pour l'être, un bon travail, une famille, des amies, je suis une belle femme et les hommes se retournent sur mon passage et malgré tout ça, je souffre... J'ai beau essayer de faire cesser les scénarios qui se forme dans ma tête mais j'en suis incapable !
Je voudrais seulement un truc pour m'aider à enfin être heureuse !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Louise, 35 ans, Tolouse
J'avoue que je ne pense qu'à toi tout le temps.
Nous sommes tous les deux en couple et avons une grande différence d'âge et ça me tue.
J'avoue que je n'aurais jamais dû te dévoiler mes sentiments parce que tout cela est vain... malheureusement...
J'avoue que j'ai l'impression de te plaire mais je crois que je me fais des idées.
Des mois, des jours à espérer, a déchanter.
Mais vrai j'ai tant pleuré...
J'avoue que je n'ai jamais ressenti cela pour personne et que cela m'effraie.
Je sais qu'il n'y a rien à espérer et pourtant mon cœur ne veut pas le croire.
Comment t'oublier, toi qui est toujours là, chaque jour devant moi ? Quand je crois y arriver, tu souris et... c'est reparti !
J'aimerai que tu aies le courage de me dire ce que je t'inspire réellement...
A toi...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Missy, 15 ans, Arras
J'avoue que j'aurais du te dire que je t'aimais, mais je m'en suis rendue compte trop tard.
J'avoue que je n'aurais pas dû éviter ton baiser.
J'avoue que j'ai adoré dormir contre toi et que j'ai fait exprès de me coller à toi.
J'avoue que maintenant le pyjama que j'avais porte ton odeur et que je la respire tout les soirs.
J'avoue que maintenant j'appréhende de te revoir, sache que je n'ai jamais embrassé personne et que je veux que ça soit toi le premier.
J'avoue que je sais que tu ne tenteras rien mardi parce que je t'ai repoussé.
Et j'avoue que moi je n'aurais de toute manière jamais eu le courage de te l'avouer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Une fille, 17 ans, Amiens
J'avoue avoir envie de te quitter.
J'avoue de trouver très lâche et fuyant à tel point que j'en ais marre. Mais j'en souffrirais.
Je t'aime sincèrement. Mais tu ne t'investis pas.
Tu ne réponds jamais aux messages, que ce soit les miens ou ceux de tes amis. Seulement, je trouve cela anormale que tu ne me réponde jamais et tu ne t'intéresses pas à moi. Je me sens délaissée, qu'est-ce que je suis vraiment pour toi ?
J'avoue avoir envie que cela change, je veux faire en sorte que tu bouges ton cul !
Rater son bac à dû te coûter beaucoup, mais ne perd pas ta copine en plus de cela, tout ça parce-que tu me délaisses, alors que tout pourrais rentrer dans l'ordre si facilement, si tu m'aimes vraiment bien évidemment...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Michel, 49 ans, Versailles
Depuis 5 ans, je suis l'amant de la femme de mon meilleur ami qui a 25 ans de plus que moi, pourtant je l'aime comme un fou... et ma femme laisse faire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2017 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou