Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 1 / 882

Cassie, 21 ans, Antananarive
J'avoue ne jamais avoir embrassé un garçon jusqu'à maintenant (21 ans) ... du coup je me sens différente des filles de mon âge... des filles tout courts... je me dis que j'ai raté mon adolescence.
J'avoue ne jamais avoir eu de petit ami et ça me fait mal. Surtout quand les gens qui m'entourent me demandent "c'est qui ton petit ami ?".
J'avoue me trouver grosse, du coup moche physiquement. C'est peut-être pour ça que j'ai jamais rencontré l'amour... et je commence vachement à perdre confiance en moi
J'avoue ne pas vraiment être épanouie dans ma vie, j'ai pas de but, de vision, d'objectif... Je ne sais pas si ce que je fais en ce moment côté professionnel, est-ce que j'ai envie de faire... ou est-ce que je cherche juste la sécurité.

J'avoue vouloir changer mais ne le réussi jamais, par manque de persévérance
J'avoue être le plus souvent triste... alors que vous-savez quoi... j'ai tout pour être heureuse : une famille qui m'adore, une très bonne éducation, des amis fidèles et loyale, une maison, je ne suis en manque de rien.

Et je n'arrive toujours pas à être heureuse. Je me dis qu'il ne me manque plus qu'une chose pour combler le vide que j'ai dans mon cœur et c'est l'amour. Mais je commence à perdre espoir, car les années passent et je reste toujours célibataire, je me dis que j'ai vraiment un problème ! Enfin, j'avoue que ma plus grande peur, c'est la solitude...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Un idiot, 25 ans, Cergy
J'ai achevé ma dernière année d'études dans mon école, il y a plus d'un an et il me manque un peu moins de la moitié de mes crédits... Je mens à mes parents et les sommes nécessaires pour rattraper ces matières sont énormes.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Boutdechou, 41 ans, Montpellier
J'avoue que tu me plais énormément, j'avoue que je pense à toi chaque seconde chaque minute de ma vie depuis longtemps mais que je n'aurai jamais le courage de te le dire même si je te le fais comprendre.
J'avoue que j'ai des penchants homosexuels peut-être l'as tu compris, peut-être pas je sais pas. J'ai énormément de mal à vivre avec ça ainsi que les difficultés de la vie qui se rajoutent. J'avoue que depuis quelques temps ça va mieux nous deux mais allez savoir pourquoi. C'est comme si on était collés l'une à l'autre. Inséparables nous sommes ! Abuses-tu de moi parfois ? De cet amour que j'ai pour toi ! Mille questions je me pose. J'arrive pas à t'exprimer tout cet amour que je ressens pour toi. C'est tellement fort !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Miranium, 15 ans, Paris
Je me sens rejeté dans ma famille, mes parents sont tout le temps contre moi. Ma grand mère me déteste et mes tantes me maltraitent. Je me suis inventé une vie auprès de mes amies pour ne pas être exclue.
J'avoue avoir consommé de l'alcool pour oublier mes problèmes.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Eueug, 15 ans, Salon
J'avoue,
Je me trouve moche, je n'ai pas confiance en moi, j'ai une timidité maladive, toutes mes émotions sont multipliés par 10 comparé à vous.
J'avoue, je pleurs pour rien, je n'ai plus de motivation, que ce soit pour le collège ou pour vivre. J'ai l'impression d'être une merde aux yeux des autres. Je n'en peux plus. Je me mutile, juste des petits traits sur mon avant-bras sans trop appuyer. J'ai une "carapace" qui se construit en moi. J'ai tout simplement marre de vivre...
J'avoue, j'ai 15 ans comment je peux penser à des choses comme ça ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Switch off, 27 ans, Rouen
J'avoue que je ne suis qu'un crétin de 1ère classe. Avoir passé tant d'années à espérer alors qu'en même temps j'anéantissais mes chances de t'avoir à mes côtés.
Tu ne le sais probablement pas mais si j'arrive à sortir la tête de l'eau, c'est entièrement grâce à toi. Tu étais là pour moi quand j'en avais le plus besoin et tu n'as rien eu en retour.

J'espère avoir la chance, un jour, de pouvoir réparer mes erreurs. En attendant, je résiste, je subsiste et je reste triste car je t'ai perdu.

J'avoue que je commence à changer mais ce n'est pas terminé et ça ne veut pas dire qu'au final je serai ce dont tu as toujours rêvé.
J'avoue que tes gimmicks et ton parfum enivrant me manquent... tout ton être, en fait, me manque.
J'avoue, même si ce ne doit pas être avec moi, je te souhaite d'être heureuse pour le reste de ta vie car tu le mérites vraiment, sincèrement.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Mélia, 17 ans, Paris
J'avoue que j'en ai marre car mes aveux ne passent jamais.
J'avoue que j'ai compris que c'est parce que je faisais beaucoup de fautes.
Pardon, je passerai mon prochain aveu sur Word la prochaine fois.
J'avoue que Daniel, le webmaster de ce site devrait rejoindre l'académie française.
J'avoue que je suis sûre qu'il fait lui aussi des fautes et que je l'aurai un jour.
J'avoue que j'adore ce site, merci encore Javoue.com
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ensilensio, 30 ans, Montreal
J'avoue que je suis tanné d'entendre mon chum dire que je suis rien que je ne suis pas belle. Il parle avec son ami et son ami lui dit que je ne suis pas belle. Sans être top modèle je ne suis pas laide. Chaque jour, il me manque de respect. Je le confronte et il nie tout.

Pourtant c'est répétitif. Je ne sais pas quoi faire pour faire changer la situation. Il parle de faire un bébé. Mais dit que je suis trop vieille. Je ne suis pas si vieille. Je crois qu'il n'en veut juste pas. Je ne sais pas quoi faire. Je ne parle jamais de faire un bébé. C'est lui qui en parle.
J'avoue que j'en ai ras le bol. J'avoue, que je veux être heureuse et que je ne le suis pas.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Chimeroman, 22 ans, Clermont-Ferrand
J'avoue que j'aime beaucoup ce site. Super concept quand même au passage !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Vesuvienne, 47 ans, Paris
J'avoue que tu me manques certaines fois mais qu'il y a des moments où tu es insupportable de nombrilisme.
Pourtant, je trompe mon mari pour toi.
Je n'arrive pas à savoir ce que tu penses réellement de moi.
Mon chéri tu étais, à voir.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lia, 35 ans, Yvrac
J'avoue que je ne sais pas si il faut que j'aille plus loin ou pas... Une collègue et néanmoins amie me fait de l'effet c'est certain et certaines fois elle même fait des allusions et des fois c'est tout le contraire.

On est souvent ensemble avec d'autres personnes et je ne rêve que d'une chose quand je lui parle. Donc oui, j'avoue que j'ai très très envie de faire des bêtises avec elle.
Si au cas, tu te reconnais par ici et dans le plus grand des hasards si tu consultes ce site ça serait top car au final je pense que jamais je n'oserai te le demander en vrai... par contre ici peut-être que oui.
J'avoue, c'est merveilleux de pouvoir avouer ici...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Marty, 26 ans, Laval
J'avoue que quand tu m'as proposé de venir à la gym avec toi, j'ai trouvé super motivant d'aller découvrir un autre club.
J'avoue que tes amis sont très gentils d'être passés nous chercher en voiture car c'était assez loin.
J'avoue que la séance était très sportive et j'ai fait la connaissance de ta copine Tania. On a été de bon partenaire de gym, et on avait une bonne complicité pour les exercices. Après les pauses, j'ai essayé quand même de rester avec toi mais il y avait quelque chose d'assez fort avec Tania.
Elle voulait absolument que je la porte car elle avait très peur de rater les sauts.
J'avoue que j'ai essayé que cela ne se voit pas trop, j'ai fait semblant de peiner pour pas qu'elle air trop niaise. Elle l'a compris et ça lui a plu.

J'avoue, Tania, j'ai pas pu te dire au revoir et c'est sûrement un signe que Perrine nous avait grillés. Peu importe, quand nous avons chatté ce soir-là, le lendemain je t'ai proposé de se voir et tu m'as prétexté être fatiguée et un peu malade.

J'avoue que je me suis douté d'une excuse immédiatement. J'avoue que quand j'ai vu des photos de toi et ton chum, j'ai tout de suite compris...
J'avoue que ce soir quand j'ai voulu aller te revoir à la gym, Perrine m'a dit que la coach ne voulait pas de guest et que ça m'a fait suer !
J'avoue que je suis désolé Perrine, mais entre nous il n'y a que de l'amitié. Ne soyez pas jalouses... Vous les filles, vous jouez trop et n'assumez pas vos désirs.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Coeur insouciant, 21 ans, Languedoc
J'avoue que je n'en peux plus de toi !
J'avoue, t'aimer et à la fois te détester pour ce que tu nous a fait.
J'avoue que le pire dans tout ça, c'est qu'au lieu de me méfier des hommes, je reste persuadée que quelqu'un de bon est fait pour moi quelque part.
J'avoue que je garde confiance, et je me dis que ce n'est qu'une question de temps !

J'avoue que j'aimerais te voir ramper pour me supplier. J'aimerais que tu te rendes comptes que mes erreurs n'étaient que la conséquences des tiennes.
J'avoue que je ne te souhaite pas le meilleur du monde. J'avoue que je ne souhaite pas non plus le pire ! J'avoue que je te souhaite ce que tu mérites ! Bon ou mauvais !

J'avoue que tu n'es pas quelqu'un de bien ! J'avoue que je te trouve ingrat ! Tu n'es pas reconnaissant. J'avoue que je ne regrette pas pour autant tout le bien que j'ai pu t'offrir ! Car je l'ai fais par amour et que ma conscience est tranquille ! J'avoue que ça fait déjà 2 ans que je savais que tout était brisé.

J'avoue que je me suis mise à genou pour toi, je t'ai supplié de dire la vérité ! J'avoue que je pleurais la nuit dans mon lit quand je découvrais un mensonge de plus ! J'avoue que j'aurais préféré que ce soit des infidélités ! J'avoue que je me suis senti soulagé quand tout s'est terminé.

J'avoue que je sens parfois ton odeur et que ça me brise le cœur ! J'avoue que j'ai cru en notre histoire et en nos projet ! J'avoue que je suis un peu, voir trop naïve ! J'avoue que je te voyais comme le père de mes enfants. J'avoue que j'ai tout fais pour t'aider, j'ai même donné de ma santé. J'avoue que je n'aurais jamais dû accepter d'en arriver là !
J'avoue que j'aurais dû mettre un terme a notre histoire dès ton premier mensonge, malgré les preuves que je te mettais sous le nez !

J'avoue que je n'ai pas de regret ! J'avoue que je me sens beaucoup plus vulnérable, comme si je n'allais plus aimer si fort ! J'avoue que j'ai suspecté ton côté violent. J'avoue que j'ai cru que tu allais m'étrangler contre cette porte. J'avoue que j'ai eu peur. J'avoue que j'aurais préféré que tu agisses, pour me donner une raison supplémentaire de te quitter. J'avoue que je t'aime, et que ces 7 lettres me donnent envie de vomir.

J'avoue que j'ai l'intention de m'exhiber sous ton nez, sans te parler. J'avoue que j'ai également l'intention de te croiser "comme par hasard", uniquement pour te prouver que je vais bien mieux sans toi.

J'avoue que j'ai repris le sport, pour dessiner ce corps que tu aimais tant admirer. J'avoue que j'espère que tu viendras me parler pour t'excuser. J'avoue que si ce moment arrive, je te le ferais regretter. J'avoue que c'est puérile. J'avoue que je m'en contre fous !

J'avoue que j'espère que tu rêves encore de moi la nuit ! J'avoue que je veux te voir à genou à ton tour ! J'avoue que je croyais que quand tu pleurais pour moi c'était vrai. J'avoue que je me trompais sûrement ! Tu le sais, je suis si naïve, si douce, si bonne. J'avoue que je ne veux plus être celle là ! J'avoue que je ne veux pas faire payer à mon futur copain, les blessures que tu as causés.

J'avoue que ça demandera du temps avant que je sois prête. J'avoue que ça me fait peur. J'avoue que j'ai toujours pensé que je méritais mieux. J'avoue que j'ai souvent pris ma santé comme excuse, pour me persuader que tu étais gentil, patient, compréhensif ! J'avoue que je mettais toujours ces qualités en avant pour t'excuser ! J'avoue que ce n'est pas bien ! J'avoue que tu n'es sûrement pas le seul à être prêt à m'épauler dans la maladie ! J'avoue que dorénavant, je me respecterais plus ! J'avoue, mon cœur saigne, mais je continuerais d'avancer sans toi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Plop, 20 ans, Paris
J'avoue qu'en ce moment je me laisse aller. Je m'accable de reproche sans cesse et que ça me ruine. J'avoue que j'ai l'impression de ne pas vraiment compter pour toi, de n'être qu'un trophée de plus à ton tableau de chasse. J'avoue que c'est moi qui me monte la tête tout seul mais que c'est plus fort que moi. J'en ai marre de me sentir mal à longueur de journée, et j'ai encore la fâcheuse impression de ruiner les tiennes.
Je m'en veux de pas réussir à dépasser ces idioties qui me ruinent le moral. Je manque de détermination et je me sens coupable de plus te toucher. Je me met la pression et ça gâche tout.
Je suis fatigué d'essayer, j'ai plus l'énergie de feindre la bonne humeur, ce masque est devenu pesant. J'avoue que je me sens pas assez bien pour toi, et que j'aimerai en faire plus.

Je sais plus quoi faire pour nous comme pour moi, je tourne en rond dans une spirale infernale. J'avoue enfin que je vais pas me laisser sombrer, que je prends la décision aujourd'hui d'aller mieux, quoi qu'il m'en coûte, pour toi, pour moi, pour nous, pour demain.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Luciole, 30 ans, Sannois
J'avoue je ne supporte plus cette mère. Elle n'a fait que me critiquer toute la vie. Je ne fais ou mon entourage ne fait jamais rien de bien à ses yeux. Toujours à critiquer... à croire qu'elle ne fait que des choses bien. Elle ne se remet jamais en question. Elle me dégoûte... elle a un air d'aristocrate de la campagne. Et elle me fait honte en public avec ses airs outrés quand elle n'est pas d'accord.
Elle m'a gâchée ma fête en étant odieuse... elle me dégoûté. Je l'avoue, loin d'elle je me porte mieux.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
C, 25 ans, Gap
J'avoue que notre histoire a commencé sur un lit de rose;
On avait tout pour être heureuses, à commencer par de belles valeurs et l'envie de créer quelque chose de solide.
A croire que le monde nous rappelle chaque jour que le passé et ses blessures ressurgissent, ternissant de temps à autre notre entente et en transformant les sourires en larmes.
Malgré cela, sans crasse et avec une volonté naturelle, le monde semblait également comploter pour que nos sentiments, eux, restent intacts.
Ils le sont. Et comme pour tout jeu aléatoire, on perd souvent des vies avant de passer un niveau, nous poussant toujours à aller plus loin.
Alors on se bat, chaque jour, on tente de réparer les incompréhensions, discordes futiles et mauvaises interprétations.
On y est mon amour, tu venais de recevoir une nouvelle qui n'allait plus nous séparer de centaines de kilomètres à plus de quelques millimètres.
Nous sommes tous différents, et chaque personne, pour vivre avec une autre, doit justement accepter l'autre, sans s'oublier, sans manquer de respect.
Tu vois comment c'est dur mon amour ?
On a compris que pour être heureuses ensemble, il fallait éloigner les tentations, s'écouter tout en étant claires sur ce qu'on désirait, être amies, amantes et amour en même temps.
C'est comme ça qu'on a su ce qu'on représentait l'une pour l'autre, en suivant ce chemin qu'on avait choisi d'emprunter ensemble.
Aujourd'hui, bien qu'on ne puisse, je pense, jamais dire d'un couple qu'il est solide, nous sommes certaines que nous sommes l'une pour l'autre, cet Autre qui nous complète.
Alors nous avons arrêté de chercher, la séduction, l'attraction, nous nous sommes entièrement tournées l'une vers l'autre.
C'est comme cela que j'imaginais ma vie avec quelqu'un ; avec complicité et envie, l'envie d'être ensemble simplement.
L'ombre au tableau, deux caractères un peu trop noyés dans une eau trouble. Mais mon amour, nous ne sommes pas des poissons et devons de ce fait sortir la tête de l'eau et respirer.
Chacune de mes pensées est tournée vers toi et tu occupes ainsi toute place disponible dans chaque recoin de mon corps. On s'élève, on s'inspire, on se vaut.
Pourtant aujourd'hui, tu as décidé de faire ton chemin de ton côté. J'espère te retrouver avant que le temps gâche ces mots que je me dois de les refuser éternels. Je reste sobre pour ne pas perdre la face.
Tu as emporté avec toi une partie de moi et souhaiterais donc que tu veuilles bien me la rendre avec en tête, ces simples mots :
On a tellement de choses à vivre encore, pourquoi se gâcher.. Puisque "je t'aime" est encore loin de la vérité, je t'attends, parce que je n'ai pas le courage de me prendre une porte.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Daffodil Lament, 30 ans, Paris
A toutes ces fois où j'ai cru que tu m'avais été infidèle, je me disais que la peur n'évite pas le danger.

J'avoue, je m'étais en quelque sorte préparé psychologiquement, avec tout ce que tu m'as fait souffrir auparavant.
J'avoue que c'était le coup final, l'épée Damoclès est enfin tombée.
Cependant, j'avoue que tu m'as blessé ! Ça me fait mal, et je ressens ce poignard dans mon cœur. L'organe dont tu semble être dépourvue, ce qui couronne l'absence de cerveau ou d'un esprit sain...

Tu as fais "quelque chose de stupide"‎, et tu as de surcroît le toupet de m'annoncer que de toutes façons, on est plus ensemble ?

Lena, tu nous as perdus, tu as tué notre couple, tu as tué l'amour, comme tu as tué notre bébé !
Nous le voulions tant, et quand tu l'as eu, tu as changé d'avis comme on rend un produit. Sauf qu'ici on n'est pas à Ikea.
Tu es tellement instable et monstrueuse que tu as osé me redemander de te faire un bébé.

Je ne suis pas ta poupée, que tu prends et que tu jettes au gré de tes caprices.
Tu as voulue être franche mais sur ce coup, tu as franchement tout ruiné.
Cela a beau être une erreur, j'avoue tu en assumeras la conséquence.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Alain, 40 ans, Suisse
Je ne sais pas si dire ici que quelqu'un nous manque terriblement veut finalement dire quelque chose. J'avoue que ce mot 'terriblement' n'a pas un sens aussi fort lorsque nous ne l'avons pas vécu. Ensuite ce mot est très très fort de sens, il est même terrible je dirai.
J'avoue que ce mot me fait pleurer comme une fillette et toujours a cause d'une femme qui a tout abandonné sur un coup de tête.
J'avoue que si j'écris ici c'est uniquement pour que cette personne lise une fois mes messages comme si elle lisait dans mes pensées, c'est pour elle l'occasion de savoir ce que je pense d'elle.

Pourquoi je n'arrive pas à me la sortir de la tête ? Dites-moi pourquoi svp. Je n'ai rien demandé, mais je pense qu'il y a des personnes sur cette planète qui sont faites pour ne plus se quitter coute que coute. C'est ça l'âme sœur ? Et si cette âme sœur est mariée et que moi aussi, doit-on attendre une vie prochaine pour se 'retrouver' si j'en étais certain de ce dernier point alors oui j'attendrai...Meilleure preuve d'amour que ça je peux pas... mais de tout ça je n'en suis pas certain et je dois par obligation la laisser vivre avec un autre homme avec qui elle partage son lit tous les soirs, quelle torture psychologique...
J'avoue que je ne souhaite qu'une chose qu'elle revienne vers moi ne serait-ce qu'un jour... un seul jour dans une vie c'est quoi.
J'avoue que ce seul jour me procurerai le bonheur pour toute une vie. Vous dire à quel point je l'aime beaucoup cette femme... Mais elle m'ignore. La vie n'est jamais tendre.

Que quelqu'un lui dise de lire j'avoue.com maintenant que vous connaissez la ville. Le prénom de cette femme commence par J. son nom de famille se termine par T et son nom de jeune fille se termine par o. Son deuxième prénom commence par B et se termine par E.
Je bénirai de toutes mes pensées l'inconnu qui l'aura dirigé sur ce site et elle se reconnaitra très facilement, elle saura qui écrit ce message.

Oui, j'avoue c'est un cri de désespoir car j'avoue que j'en ai marre marre marre de pleurer tous les soirs depuis plus de deux ans... et le pire c'est de pleurer intérieurement sans que personne ne le sache !
Qu'une puissance supérieure aident toutes les personnes dans le même cas que moi...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
J., 34 ans, Paris
J'avoue que je vous méprise, que je vous déteste, et que je vous en veux.
Oui, c'est bien de toi là-bas que je parle, le faux cool trentenaire parisien tout moisi
Toi-même qui au fil des années, arrive à faire flancher l'éternelle optimiste que je suis.

Car qu'on se le dise, il faut s'armer de patience... et vous avez une capacité à faire perdre foi en l'humanité à une flotte entière d'A380 rempli de meuf célibataires les plus formidables les unes que les autres.
Et je n'en peux plus, je n'en peux plus d'entendre les mêmes choses, de la part du faux cool, incapable de se remettre en question, lâche et torturé.

Et je ne veux pas, que dis-je je ne demande qu'à ne pas faire de généralité. Mais en attendant... je n'arrive plus à garder le modjo et un jour je vais vraiment finir par me retrouver aigrie (surtout ce que je ne veux pas)... Le pire c'est d'un banal affligeant, et tout le monde trouve ça si normal, avec les repères qui changent le XX1 ème bla-bla-bla excuse sociologique pourrie.
Ben oui, passons notre vie à voir si l'herbe n'est pas plus verte ailleurs, pour tout simplement finir par passer à côté de notre vie à juste titre.

J'avoue, je n'en peux plus de vos plaintes, de vos égos torturés, de vos ex que vous n'arrivez pas à oublier (mais avec qui vous avez été de vrais ordures) de votre lâcheté universelle, de vos mensonges, de votre peur de tout et surtout des petits rien...
Je n'en peux plus de devoir m'extasier devant un mec de 35 ans qui a l'air sain. De devoir faire la danse de la joie, car OH MON DIEU il n'est pas marié, il est vraiment célibataire, il est séparé pour de vrai, il est drôle et sympa, et SURTOUT – SURTOUT... ce n'est pas un menteur / manipulateur / psychopathe.

Mais à quel moment c'est devenu quelque chose d'extraordinaire en fait ?
Sans déconner.

Et en 6 ans soyons clair, et bien je n'ai fait que croiser vos routes.
Bien entendu il semblerait que je sois une fille formidable et que je doive pas me remettre en question. Car personne, d'ailleurs dans mon entourage ne se l'explique. Sauf que les gars... 6 ans c'est long, et que c'est difficile en 6 ans, de repartir systématiquement avec son petit balluchon de célib, profiter de la vie et by the way de rencontrer des garçons, qui d'aventures en aventures vont bien entendu faire du mal, décevoir et piétiner le cœur plein de bleus.
Au-delà de ça, c'est que chaque nouveau départ et plus dur, il demande davantage de volonté, d'efforts pour laisser sur la route les névroses de côté... mais qu'avez-vous fait de moi quoi !
Je suis en colère, et je vous trouve odieux, et inconscients.
J'avoue que vous avez réussi, à ce qu'un dimanche soir, je me trouve grosse, seule et moche avec mes yeux pandas, et mes cheveux gras.
J'avoue que pour ça je vous déteste, et je veux vous le dire et le crier. Pour que vous l'entendiez.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lafillesage, 24 ans, Paris
J'avoue que j'ai un terrible besoin de séduire et que je me sens triste de ne pas t'aguicher plus que ça.
J'avoue que je pense souvent que tu ne réalises pas la chance que tu as d'avoir une femme qui porte des escarpins, des jupes et de la lingerie fine quel que soit le jour ; travail ou non.

Tu ne réalises pas la chance que tu as de rentrer et d'avoir une petite coquine qui t'attend en nuisette.
Tu ne réalises pas la chance que tu as d'avoir une fille pas dégueulasse, féminine, sexuellement très intéressée et vraiment pas conne, curieuse, sage et fidèle comme tout.

J'avoue que tu préfères passer tes soirées avec d'autres personnes, j'avoue que tu ne prends pas la peine de répondre à mes sextos, j'avoue que ton indifférence à mon égard, me font penser que tu ne seras peut-être pas capable de me retenir... Parce que si tu es insensible à mes tentatives de séduction, ça sera bientôt à toi de devoir me séduire...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Un sushi, 26 ans, Caen
J'avoue que j'avais tout bien préparé. Lingerie, talons... Je m'approche de mon mec et lui lance ce regard de tigresse. Je frétille les fesses et je lui dis d'une voix coquine : « j'ai la chatte en chaleur, je suis toute excitée"...
Puis, là, il me regarde d'un œil vide et me répond : « faut que j'aille faire un gros caca ».
J'avoue, je n'en peux plus de lui.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Julien, 15 ans, Lyon
J'avoue (peut-être et sans prétention) avoir fait l'une des plus importantes découvertes de l'histoire de l'humanité.
J'avoue que ces mots et leur implications me font peur, je préfèrerai avoir tord.
J'avoue être timide et phobique social. Je n'ai aucun ami et possède une estime de moi proche de zéro.
J'avoue ne rechercher ni gloire ni fortune, seulement la vérité.
J'avoue en avoir parlé à un des garçons au col blanc, et cela m'a demandé beaucoup d'efforts, mais ils ne m'écoutent que d'une seule oreille quand cette trouvaille en requiert au moins deux.
J'avoue qu'un anonyme sur tweeter s'est penché sur la question et il a aimé ce que je lui ai montré. Merci à toi de me faire confiance.
J'avoue n'avoir aucun moyen direct de faire connaître mes recherches car je ne suis personne aux yeux du monde entier. Juste un garçon avec des idées venues d'ailleurs.
J'avoue par conséquent que cette découverte ne trouvera son chemin au grand public que dans plusieurs mois voir années.
J'avoue espérer que vous me pardonnez tous de ne pas pouvoir aller plus vite dans mes recherches et surtout dans le processus de bouche à oreille puisque je suis pratiquement muet.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Indecisewomen, 25 ans, Bordeaux
J'avoue que quand je regarde ma vie je ne me reconnais pas... et si on ne s'était jamais rencontré ?
J'avoue que j'en ai souvent marre de toi.
j'avoue que je te mens très souvent car je connais d'avance tes réactions, alors je te dis ce que tu veux entendre... je me sens bien faux cul avec toi mais il faut ce qu'il faut pour tenir un couple non ?

J'avoue que j'en ai parfois marre de ne pas pouvoir être moi même, que tu es chiant, que tu veux tout contrôler et que tu passe ton temps à juger et critiquer moi et les autres et que franchement je te trouve souvent idiot et pas évolué...

Alors oui j'avoue que j'aime être seule, sans toi, sans les enfants, que je suis contente quand tu sors sans moi et qu'après tu culpabilise et reviens plus tôt pour passer du temps avec moi, j'avoue que ça me fait un bien fou de passer des moments seule et que je passe des super soirée avec moi et seulement moi !

J'avoue que parfois je regrette t'avoir connu, que ma vie serai totalement différente... et pourtant, mon cœur se brise quand tu veux me quitter.

J'avoue ne pas toujours savoir ce que je ressens, je t'aime et te hais à la fois...

J'avoue que selon les jours j'ai envie que tu sois malheureux comme tu me rends malheureuse !!! J'avoue être égoïste, et que je ne sais pas toujours ce que je veux...

J'avoue que malgré la décennie que l'on vient de passer ensemble je ne sais pas si dans dix ans on le sera encore... Auras-tu le courage de me quitter ou est-ce que c'est moi qui l'aurai ce courage ? J'avoue préférer ne pas y penser et me laisser porter par la vie. Je t'aime... Parfois... Souvent... que serait ma vie sans toi ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Loïs, 23 ans, Paris
J'avoue, ce soir j'ai envie de débarquer chez toi, de te dire ce que j'avoue ici.

J'avoue, je t'aime beaucoup "Clark", mais je ne peux plus te le dire.
Notre relation entretenue, pourtant interdite, toi étant marié et de 20 ans mon ainé, m'a emplie de bonheur... mais tout autant de douleur.
Je t'aimais et je t'aime toujours profondément mais jamais librement, et qu'est-ce que je n'aimais jouer le rôle de maîtresse...
Mais j'adorais être dans tes bras, serrée contre toi.

Pourtant j'ai dis stop, il y a plus de deux ans... Parce que trop jeune, trop inquiète et peut être trop amoureuse.
J'ai dis stop car je n'ai jamais pu te demander de choisir entre elle et moi.
J'aurais voulu tout quitter, recommencer ailleurs avec toi. Reprendre un truc à nous.
Tu as pourtant souffert, quand j'ai mis fin à notre histoire, tu l'as même dit à ta femme, mais je ne voulais pas recommencer une histoire cachée.

Tromper... je déteste, je n'avais aucune mauvaise intention pour personne.
Pourtant ce soir j'avoue, je voudrais me retrouver près de toi, dans tes bras, refaire l'amour avec toi et t'embrasser.
J'avoue j'aimerais que tu comprennes, que tu viennes. Mais le temps passe et nous écarte.
J'avoue, je t'aime. J'aimerais que tu me lises ici.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Desperategirl, 36 ans, Bruxelles
J'avoue avoir envie de mourir. Ma vie est un échec total, aussi bien professionnellement que dans le privé et je n'ai aucun espoir de la voir s'améliorer. Je suis une ratée, seule et ridicule. J'avoue que ma vie est inutile. J'avoue que je suis trop lâche pour mettre fin à cette mascarade.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2017 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou