Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 2 / 887

Scorpion, 34 ans, Paris
Mon Zorro, j'avoue que je ne t'ai jamais oublié malgré les années qui passent.
Tu as fait ta vie, j ai fait la mienne mais je rêve secrètement du jour où l'on se retrouvera.
La nostalgie est séductrice dit-on, dans mon cas, elle m'a littéralement encerclée.
Il m'arrive de rêver de toi et pourtant je suis mariée.
Appelle-moi, parce que moi je n'aurai jamais le courage de le faire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Fixette, 38 ans, Paris
J avoue que la première fois qu'on s est rencontré, ben... Il ne s'est rien passé ! Puis quand on s'est revu, il y a si longtemps, j ai su que je t'aimerai jusqu'à la fin de ma vie. J'avoue qu'on a jamais su se coordonner. J avoue enfin que c'est peut être mieux comme ça finalement, tu auras été ma plus belle pas histoire d'amour.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lau 89, 28 ans, Laval
J'avoue que j'ai 28 et que ça fait 28 ans que je suis seule !
J'avoue que ça me pèse de plus en plus.
Je n'ai aucune confiance en moi... Si ça se trouve j'ai loupé plein d'occasion en ne croyant pas que quelqu'un pouvait s'intéresser à moi. Ou à l'inverse il n'y a eu personne qui s'est intéressé à moi !
J'avoue que des fois (très souvent même) j'ai l'impression de jouer un rôle de ne pas être moi.
J'avoue mentir très souvent car je pense que ma vie n'est pas intéressante.
Je ne me sens pas légitime dans mon travail.
Je pense que je ne vais pas bien mais que personne le voit puisque je suis toujours souriante.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ptite pomme, 17 ans, Paris
J'avoue que tu me rends malheureuse. Je sais que ce n'est pas de ta faute, que tu n'y es pour rien et que tu ne dois même pas t'en douter ne serait-ce qu'un peu, mais tu me fais souffrir comme on m'a rarement fait souffrir.
Je pensais pas m'attacher autant à toi. C'est bête je sais, on ne connait pas plus que ça, mais au fil du temps j'ai commencé à développer des sentiments pour toi. Je sais que ce n'est pas réciproque et que tu ne t'intéresseras jamais à moi, de toute manière, tu ne regardes même pas les filles comme moi.
Tu me rends malheureuse car je sais que tu ne veux pas me faire de mal. Mais je sais aussi que je n'ai pas autant d'importance dans ton coeur que tu en as dans le mien. Je sais que je ne suis qu'une vague connaissance, une fille sympa parmi tant d'autres, que tu oublieras aussitôt que le lycée sera terminé. Mais toi, pour moi, tu es bien plus que ça. Tu m'obsèdes, je pense à toi tout le temps, et je ne sais pas quoi faire. Je souffre tellement, je n'ai jamais vécu ça. Je veux juste que tu sortes de ma tête. Je déprime à cause de toi tu sais ? Non, tu ne le sais sans doute pas.
Te doutes-tu au moins que j'ai des sentiments pour toi ? Est ce que ça se voit à la manière dont je te regarde ? Tu me diras, tu me regardes si peu que tu ne l'auras sans doute jamais remarqué. Après tout, tu ne me considères pas même comme une de tes amies. Je suis juste une fille sympa. Ou peut-être que tu ne me trouves pas sympa en fin de compte ?
Ça m'est égal, tout ce que je sais, c'est que tu ne m'aimes pas comme je t'aime. Tu t'en fous de moi. Le lycée est bientôt fini et tous les jours j'attends ce moment où tu m'enverras ce long message où tu me déclares tes sentiments, en vain. Tu continues juste à me sourire vaguement de l'autre bout du couloir lorsque tu me croises.
J'avoue que je te hais Léo. Je te déteste de me faire ressentir des choses pareilles à ton égard alors que toi, tu vis tranquillement ta vie sans te soucier de moi.
J'avoue que je te déteste pour m'avoir dit que j'étais jolie ce jour là sans te douter de l'effet que ça a pu me faire.
J'avoue que je te déteste de ne pas d'être douté de ô combien j'ai pleuré le jour où j'ai su que tu t'étais remis avec elle.
J'avoue que je me suis bêtement attachée à toi, toi et ton sourire, ton intelligence, ton charisme naturel. Moi qui était pourtant si difficile en amour.
Maintenant je veux juste t'oublier. Pourquoi est-ce si difficile ?
Plus que trois mois à tenir avant la fin du lycée. Peut-être qu'après ça, tu sortiras de ma vie pour de bon. Peut-être...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Carton, 27 ans, Paris
J'avoue que je l'aime toujours, que malgré le mal qu'il a pu me faire, malgré le fait que ça fasse un an que tout s'est arrêté, je ne cesse de me dire qu'il était le seul.
Il était mon homme de très très longtemps...
Il me manque énormément. Et le pire dans tout ça, c'est que je sais que jamais nous ne serons à nouveau ensemble et ça me fait mal.
J'avoue que jamais je n'oublierais ce que j'ai pu vivre avec lui.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lisa, 20 ans, Belgique
J'avoue que je me suis en relation libre avec deux hommes en ce moment, tout en continuant à fantasmer sur des femmes.

J'avoue que j'aime le BDSM que je pratique avec l'un de mes partenaires. J'aime être attachée et qu'il me prenne comme il le souhaite puisque je ne sais jamais quoi faire de mes membres.

J'avoue qu'il est presque 3h du matin et que j'ai envie qu'il me prenne maintenant.

J'avoue que mon fantasme actuel est que plusieurs personnes (peut être deux ou trois hommes/femmes) s'occupent de moi.

J'avoue que mon ex était une erreur. J'ai commencé à sortir avec lui après une soirée arrosée et on a continué pendant quelques mois. Malheureusement j'ai arrêté trop tard. J'aurais dû le plaquer plus tôt.

J'avoue que j'ai mal géré ma relation avec mon ex précédente. Je suis désolée pour elle, si c'était à refaire, je le ferais différemment.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Amimour, 25 ans, Caen
J'avoue que lorsque mon regard a croisé le tien à cette soirée, j'ai immédiatement été chamboulé. Un je-ne-sais-quoi que je n'avais plus ressenti depuis longtemps s'est imposé comme une évidence.
J'avoue que j'ai mis bien quelques semaines pour t'apprivoiser, toi qui souffrais d'une récente relation dont les termes ne te convenaient pas.

En toi, un tout me plaisait, tu représentais un idéal sur lequel je ne pensais plus tomber, j'admirais ta personne entièrement et notre relation était belle et simple.
J'avoue que le jour où cette fille est entrée en contact avec moi, cette fille sur qui j'avais fantasmé depuis des années en secret sans jamais oser l'approcher, je n'ai pas pu m'empêcher de vouloir la connaître. Une fille qui s'est avéré être attrayante, qui enfin me voyait, et qui semblait aimer le tableau. Je me suis contenté de nos échanges, je ne voulais pas te manquer de respect physiquement.
J'avoue que j'ai eu du mal à garder mes distances avec elle, que notre complicité était dingue, mais qu'entre elle et toi, il n'y avait pas photo ; tu étais trop précieuse.
J'avoue que l'ambiguïté s'est tout de même installée, que nous avons partagé des choses qui n'auraient dû se passer qu'avec toi, même si la barrière n'a pas été franchie.
J'avoue que je t'en avais parlé, et que tu as été d'une patience honorable, présente, dans l'attente que je me calme, dans une silencieuse souffrance.
L'idylle superficiel passé, comme je l'imaginais, le mal était déjà fait, et nombreux détails que j'ai omis de te dire, risquent d'éclater ce soir au grand jour.
J'avoue que tu es actuellement entrain de passer une soirée avec sa meilleure amie, et qu'elle va probablement t'apprendre plus que ce que tu ne sais en réalité.
Une histoire s'apprête à tirer sa révérence, la nôtre.
J'avoue que tout avait changé, nous n'étions qu'aux prémisses de ce qu'on avait encore à vivre.
Pourquoi ? Parce qu'enfin, je t'aime, et que je vais devoir te laisser partir.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Masha, 26 ans, Paris
J'avoue être en couple depuis quatre ans.
J'avoue que je ne manque de rien et que je pourrais tout simplement continuer cette vie tranquille sans encombres.
Mais j'avoue que j'ai envie d'aller voir ailleurs... juste pour vivre à nouveau la passion, la folie, la fougue comme lorsque l'on est adolescents.
J'avoue que j'ai peur de tout gâcher et de ne jamais assumer.
Ce serait juste physique, juste de l'attirance. Est-ce si mal ? Pourquoi est-on emprisonné dans l'idée que tromper serait amoral ? J'avoue que je l'aime mais que j'ai besoin de vivre d'autres histoires.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lp, 26 ans, Poitiers
J'avoue que la première fois que j'ai vu G. je l'ai trouvé moche. Puis son rire et sa voix mon séduite ainsi que ses yeux d'un bleu magique et son sourire radieux qu'il arbore si souvent.
J'avoue que tu es comme un aimant mon regard est automatiquement attiré par toi.
J'avoue que je pourrais te regarder pendant des heures ce que je fais dès que j'en ai l'occasion.
J'avoue que j'ai rêvé qu'on s'embrassait j'avoue que tes lèvres me hantent.
J'avoue que si on se retrouvait seul dans une pièce et malgré qu'on soit l'un et l'autre en couple je ne pourrais pas me retenir de te sauter dessus et je ne suis pas sûre que tu me repousserais.
J'avoue que tu es mon fantasme, j'avoue que tu me donne le sourire chaque jour et que tu me fais rêver. Merci beaucoup G 💙
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Trinity, 36 ans, Paris
J'avoue en avoir marre... maladie pourrie, mon concubin qui vit avec moi mais n'est jamais là.
J'avoue parfois avoir envie d'en finir mais un bout de chou me retient et je ferais tout pour lui.
J'avoue qu'il devient le seul amour de ma vie et heureusement qu'il est là.
J'avoue ne plus savoir où j'en suis.
J'avoue pleurer tous les jours mais sourire devant les gens pour ne pas avoir à répondre à des questions.
Plus les jours passent plus il est difficile de garder le sourire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
La chose 2.0, 24 ans, Paris
Ce message est pour Lachose. Si vous avez un travail et que vous êtes indépendante financièrement quittez votre mari qui mérite une bonne leçon. Quant à vos meilleures amies, comment les appeler meilleures amies alors qu'elles vous volent votre mari et vous trahissent en toute impunité. Les couples toxiques et les amitiés toxiques sont dangereuses pour la santé. Je vous en parle en connaissance de cause. J'ai viré tout le monde et depuis, j'ai des amis sincères et honnêtes et un chéri qui m'aime pour ce que je suis. Vous verrez un divorce, c'est une signature en bas de la page. Ce sont eux les choses et les personnes inutiles, pas vous !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
S, 38 ans, Occitanie
J'avoue avoir peur et n'avoir plus peur de rien paradoxalement...
J'avoue de ne plus avoir aucune larme, tant elles ont coulé...
J'avoue que je n'ai plus de force pour continuer et, pourtant...
J'avoue être sans espoir et espérer en même temps...
J'avoue vouloir les haïr mais le pire c'est que je n'y arriverai même pas...
J'avoue avoir le cœur totalement en lambeau !!!
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Vitalité, 20 ans, Paris
J'ai une maladie qui me ronge. C'est l'hyperhidrose. Une maladie peu connue, même des médecins. Il s'agit d'une transpiration excessive, qui peut être zonée ou générale. Chez moi elle est générale, présente en été comme en hiver. C'est infernal. C'est un mal-être qui m'empêche constamment de vivre ma vie pleinement et de connaitre le bonheur. Je sais qu'il s'agit d'un site pour rigoler. Mais je ne sais plus quoi faire, si même les médecins sont incapables de me régler ce problème.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lola, 16 ans, Paris
J'avoue que j'ai cru pendant longtemps que tu m'aimais et que toi tu pouvais voir la beauté en moi malgré mon masque. J'avoue que j'ai espéré que tu viennes me parler, me dire que tout ira bien et qu'il ne voient simplement pas cette beauté comme tu la vois. J'avoue que j'ai espéré que tu sois mon sauveur et qu'ensembles on soit heureux, j'avoue avoir eu le cœur brisé quand j'ai su que c'était ma sœur que tu voulais.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Evalyn, 36 ans, Nice
J'avoue, être une jalouse amoureuse maladive, que toutes mes relations sont un échec principalement à cause de ça. Je voudrai tellement que ça cesse, ne plus me retrouver dans des dépressions presque insurmontables, à faire des efforts inutiles puisqu'ils n'ont pas lieu d'être, de pouvoir passer une journée l'esprit tranquille sans stress permanent...

J'avoue avoir passé une journée entière à éplucher les sites internet concernant la jalousie maladive, qu'il est très difficile de commencer, d' "AGIR" comme ils disent, c'est une question de volonté. Un cercle vicieux, ou capricieux, comment peut-on agir quand on ne va pas bien ? Mais pour aller bien il faut bien agir... On me dit qu'il faut trouver la source, l'origine de cette jalousie: je pensais à la première fois qu'on m'ait trompée, mais non, car dès ma première relation, j'étais déjà exécrable; et je remonte à mon enfance, j'avoue que je me suis sentie abandonnée par ma mère, qui je n'arrivais jamais à satisfaire. Un manque de confiance en soit donc !
Ensuite, on me dit de changer mes habitudes, d'avoir des activités, de me relooker, car l'amour c'est un partage entre deux personnes, soit deux mondes bien personnels à partager.
J'avoue qu'en couple, je tombe vite dans la dépendance affective et ne vit plus qu'a travers et pour mon partenaire. C'est joliment présenté dit comme ça, mais en fait je l'étouffe.

J'avoue que ce que j'ai suscité au dessus concernant la jalousie maladive et comment la soigner, j'ai commencé à aller me maquiller, mais je me suis trouvée horrible ; alors j'ai voulu faire un peu de sport, mais je n'ai pas dormi de toute la nuit donc je n'ai même pas pu commencer; j'ai sorti un cahier, genre de journal intime et ai commencé à y écrire ma dernière crise de jalousie et tout ce dont j'envisage de faire pour m'en sortir.

J'avoue que tout est confus dans ma tête, je ne sais pas par où commencer ni comment, j'avoue n'avoir qu'une seule pensée me hante, de me réfugier dans mon lit et dormir jusqu'à ce que ça passe...J'avoue me sentir très seule, incomprise, et avoir besoin d'aide.

J'avoue encore ruiner une relation, que c'est de ma faute (je l'espère car ce serait le comble si j'eu raison), et que c'est la dernière relation que je détruis.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
The londoner, 31 ans, Paris
J'avoue que depuis quelque jours, il me hante. C'est la première fois que je vis ceci.
J'avoue que je ne suis plus capable de penser à autre chose. Je le désire comme je n'ai jamais désiré personne.
J'avoue que je suis à deux doigts de passer pour une imbécile en lui écrivant pour lui avouer tout ça. Nous sommes mariés et notre relation est impossible.
J'avoue que je repense à nous deux, il y a 6 ans. Depuis plusieurs jours, je vis dans ce souvenir et n'arrive pas à me sortir de ma bulle.
J'avoue que je meurs d'envie de savoir si mon sentiment est réciproque.
J'avoue que je suis à pas grand chose de prendre un billet d'avion pour le rejoindre.
J'avoue que je serais prête à tout pour lui plaire de nouveau et revivre nos moments passés.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Rose9768, 18 ans, Thuir
Je sais qu'on grandit avec le temps, qu'on vit des choses qui nous changent profondément.
Quand, je me regarde dans un miroir, je ne vois qu'une fille qui subit ses journées, subit sa vie,. Pendant très longtemps j'ai cru que je ne méritais pas d'être heureuse, que personne ne m'aimera.
Je mens depuis que je suis petite, je souris quand j'ai envie de chialer, c'est un des mensonges qui me pèsent le plus parce qu'au final qu'est-ce qu'un mensonge ? C'est le fait de ne pas être sincère.
J'ai rencontré quelqu'un je l'aime et j'ai l'impression qu'il m'aime vraiment. Seulement, j'ai des comportements qui me montrent que j'ai minimisé l'influence que mon passé a eu sur moi. J'ai envie d'être vrai tant pis si je me casse la gueule, j'aurais essayé pour une fois de faire tomber de nombreux murs.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Luimoinous, 45 ans, Saint Étienne
J'avoue que je suis amoureuse de toi.
J'avoue que je ne devrais pas.
J'avoue que c'est dur de ne pas se dire que nous nous aimons alors que nous nous aimons physiquement, mentalement, avec le cœur, c'est tellement évident.
J'avoue que nous avons transgressÉ toutes les règles, surtout les tiennes,
mais avoue que ça vaut la peine de s'aimer comme ça.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Apelite, 21 ans, Dijon
J'avoue A que je n'aurais jamais du dire toutes ses choses à ta copine, et qui est devenue ton ex par ma faute enfin surtout ta faute. Ça m'a vraiment fait de la peine tout ce que tu lui as fait, alors oui je lui ai tout dit de tes bêtises. Alors elle t'as plaqué, j'en étais heureuse. Vraiment, pour elle. Mais j'ai continué à lui raconter et bien sûr elle voulait rendre ses comptes.
Je me sens conne maintenant,j'ai perdu ta confiance. Pour rien, juste parce que j'aime parler. Je me déteste vraiment. Tu sais j'ai vraiment cru que j'étais amoureuse de toi, mais maintenant je sais que ce n'est pas vrai, j'ai juste aimé les moments passés avec toi, et je te remercie en gâchant cette confiance. Alors excuse-moi, promis je ne dirai plus rien, promis je tiendrai ma langue, mais s'il te plait ne m'en veux pas.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Noémie0306, 16 ans, Montmagny
J'ai perdu ma mère à l'age de 13 ans, je ne le réalise que maintenant et ça devient de plus en plus insupportable.
Je la cherche partout au quotidien, je me repasse chaque jour les images de sa mort dans ma tête et je n'en parle pas car ça fait du mal, et mes amis et mon petit ami n'ont pas les mots et j'ai juste l'impression de devoir embêter tout le monde avec mes soucis alors j'aide les gens sans penser ne serait-ce qu'un peu à moi mais je m'enfonce.
Pour mes proches je dois aller mieux car c'était il y a trois ans, mais c'est de pire en pire... Je suis en décrochage scolaire et je n'ai plus de motivation.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Chuuuttt, 45 ans, Montbrison
Je suis mariée...
Et je suis folle amoureuse d'un autre, folle amoureuse je crois...
Et je crois que lui aussi...
J'aime faire l'amour avec lui, il est si doux, si tendre, si fou..
J'ai envie de jouer avec lui...
J'ai envie de dormir dans ses bras...
Vendredi je vais le voir.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Quimberlay, 19 ans, Paris
Je porte des lentilles de contact de couleur vert, et je suis à la fac dans une nouvelle ville donc les gens ce sont habitués à cette couleur vert, donc ils pensent tous que c'est mes yeux. Je vais être mannequin et ma photographe je lui ai pas dit que ce sont mes yeux tellement j'ai l'habitude, c'est devenue mes yeux je peux pas dire que c'est pas c'est automatique. Aidez-moi je vis un enfer, les gens sont toujours centré sur la couleur de mes yeux alors que je l'ai ai changé c'est comme une paire de seins ou un nouveau nez !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Hommetriste, 30 ans, Nice
J'avoue que j'en ai marre et que je n'ai jamais de chance en amour.

Ma vie sentimentale est un désert dans lequel je vois que des ruines... je me projette à chaque fois avec une fille, je me vois vieillir avec elle mais à chaque fois il y a toujours un problème qui m'a été caché.

Chaque femme que j'ai rencontré avait des problèmes d'argent, des dettes dépassant les 1000€ qui à chaque fois me font douter de la stabilité de la personne plus tard, sa manière de dépenser son argent... On ne peut pas se permettre aujourd'hui de dépenser plus que ce que l'on a, c'est le piège du monde d'aujourd'hui mais toutes celles que je rencontre tombe dedans... je ne sais plus quoi faire, j'entends à chaque fois leur appel à l'aide vis-à-vis de moi, mais je ne peux pas avoir les épaules pour supporter les problèmes des autres, ce sont des dettes qui ont été causé par elles mêmes... parfois j'aimerais vivre dans une société sans argent, je suis fatigué de ça.

J'avoue subir le stress que me causent la fille que j'aime, chaque jour je me lève en y pensant, en ayant aussi peur que même si je lui prête (en me mettant dans la merde) elle me quitte car la société maintenant est composé d'égoïste, est-ce que je dois l'être aussi ? Mieux vaut se protéger soi-même ?

J'avoue ne pas être une bonne personne, je ne peux en parler à personne je suis seul et je me retrouve sur un site à écrire un message que personne ne lira.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Poupée, 38 ans, Bordeaux
J'avoue que depuis que mon nouveau chef est arrivé, de quinze ans plus âgé que moi, j'ai vraiment craqué.
J'avoue que j'ai un mari génial et que je suis vraiment trop bête.

J'avoue que mon chef me cherche, qu'il m'excite, et que j'ai envie qu'il me trouve.
J'avoue que depuis bientôt un an je fantasme sur lui, son côté Vieux beau, ses belles mains, je l'imagine entrain de me prendre par les hanches, j'ai envie de le voir chaque jour dans l'espoir qu'il devienne plus entreprenant...

J'avoue bénéficier d'un traitement de faveur, j'avoue que j'aime qu'il me regarde l'air incrédule me voyant comme une sainte femme enfant hyper droite.

S'il savait la cochonne que je suis Il aurait sans doute moins de scrupules !
Il pense que je ne tiendrai pas la route d'une aventure et à son age ne comprends toujours pas que je ne ferais jamais le premier pas, par principe, par conscience pro, mais que je n'attends qu'une chose : qu'il me saisisse, me prenne, me fasse jouir... sans attendre la permission.

Après tout, il gagne le double de mon salaire alors j'estime que c'est à lui de mouiller la chemise, si j'ose parler... de chemise.

J'avoue qu'il m'excite tellement que je vais finir par craquer et le choper moi même.
J'avoue qu'en plus il a l'air sacrement favorisé par la nature et que je ne vais pas ternir comme ça éternellement.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Idiote, 21 ans, Istanbul
J'avoue, je suis retournée en Turquie pour les beaux yeux d'un homme qui jurait m'aimer pour l'éternité.
J'avoue, je me suis faite avoir par les supplications d'un bourreau des cœurs que ce jeu amuse.
J'avoue, je l'aime encore, si fort que je ne peux passer une minute sans penser à lui.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Page Précedente Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2020 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou