Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 1 / 164

Littlestrawberry, 23 ans, Évreux
J'avoue que je ne sais pas où j'en suis. J'avoue que je l'aime, j'ai quitté ma région, ma famille pour lui...
Mais 3 ans plus tard, j'avoue que je suis à bout. J'avoue que j'ai du mal à supporter son mal être qui déteint sur moi, j'avoue que ça m'énerve l'entendre râler sans qu'il ne fasse rien, j'avoue que ça m'épuise de le voir déprimer... Quand c'est moi qui est au fond du trou, il me dit ne pas pouvoir prendre ma peine sur ses épaules. J'avoue que moi, je dois toujours l'aider à se relève, même si ça me fatigue. J'avoue faire des efforts, je ne sais pas s'il en fait réellement. J'avoue ne pas savoir si j'ai la force de continuer. J'avoue que si je pars, il sera dans une situation compliquée. Est ce de la pitié ? J'avoue que je ne sais pas. Je suis fatiguée.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
444, 21 ans, Paris
Ma mère me dit tout le temps que je suis grosse. Elle me trouve pas assez grande pas assez fine, pas assez mince, pas assez intelligente. Je suis juste une grosse chose stupide moche à ses yeux.
C'est pour ça que j'ai toujours déteste les photos, miroir, tout ce qui était près du corps. Car je savais que j'étais moche, laide. Que j'étais pas féminin vu que je porte que des vêtements ample et des pantalons.
Lorsque j'ai des problèmes de peaux je lui dis que c'est le stress mais non elle me sort que c'est parce que je suis grosse !
En vrai j'en peux plus de cela. Je n'en peu plus de ce type de vie, où ta propre mère te juge sur ton apparence et non ce que tu es vraiment.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Justemoi, 21 ans, Dijon
J'avoue que je suis bien en couple mais parfois je sens un vide, les amis que j'ai maintenant c'est grace à mon copain, j'arrive pas à m'en faire seule, je me sens bizarre parfois. Ou je rencontre des gens via le net, ça me déprime parfois.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Jb2100, 22 ans, Liège
Je n'arrive pas à oublier mon premier amour, elle m'obsède, je rêve d'elle toutes les nuits, je me réveille en sueur. J'ai du mal à me faire des amis, j'ai du mal à contrôler mes émotions, je me sens fort seul.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Debby, 15 ans, Le Mans
J'avoue, j'ai vraiment besoin de parler de mon copain qui part en sport étude l'année prochaine. Ca peut paraître totalement enfantin et encore plus à mon âge, mais c'est ce qui signifie qu'on se verra que très rarement puisqu'il est à des heures d'ici, et même si il reviendrait les week-ends, il les passerait avec sa famille, mais est-ce qu'on gardera la même complicité ? Est-ce qu'on supportera la distance ?
Est-ce qu'on va s'oublier petit à petit ? J'ai réellement un gros poids sur mes épaules, j'ai si peur de le perdre et de me perdre moi aussi, je suis totalement perdue, est-ce que je vais pouvoir tenir ?
J'ai confiance en nous et pourtant.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Trinity, 36 ans, Paris
J'avoue en avoir marre... maladie pourrie, mon concubin qui vit avec moi mais n'est jamais là.
J'avoue parfois avoir envie d'en finir mais un bout de chou me retient et je ferais tout pour lui.
J'avoue qu'il devient le seul amour de ma vie et heureusement qu'il est là.
J'avoue ne plus savoir où j'en suis.
J'avoue pleurer tous les jours mais sourire devant les gens pour ne pas avoir à répondre à des questions.
Plus les jours passent plus il est difficile de garder le sourire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
S, 38 ans, Occitanie
J'avoue avoir peur et n'avoir plus peur de rien paradoxalement...
J'avoue de ne plus avoir aucune larme, tant elles ont coulé...
J'avoue que je n'ai plus de force pour continuer et, pourtant...
J'avoue être sans espoir et espérer en même temps...
J'avoue vouloir les haïr mais le pire c'est que je n'y arriverai même pas...
J'avoue avoir le cœur totalement en lambeau !!!
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Vitalité, 20 ans, Paris
J'ai une maladie qui me ronge. C'est l'hyperhidrose. Une maladie peu connue, même des médecins. Il s'agit d'une transpiration excessive, qui peut être zonée ou générale. Chez moi elle est générale, présente en été comme en hiver. C'est infernal. C'est un mal-être qui m'empêche constamment de vivre ma vie pleinement et de connaitre le bonheur. Je sais qu'il s'agit d'un site pour rigoler. Mais je ne sais plus quoi faire, si même les médecins sont incapables de me régler ce problème.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Rose9768, 18 ans, Thuir
Je sais qu'on grandit avec le temps, qu'on vit des choses qui nous changent profondément.
Quand, je me regarde dans un miroir, je ne vois qu'une fille qui subit ses journées, subit sa vie,. Pendant très longtemps j'ai cru que je ne méritais pas d'être heureuse, que personne ne m'aimera.
Je mens depuis que je suis petite, je souris quand j'ai envie de chialer, c'est un des mensonges qui me pèsent le plus parce qu'au final qu'est-ce qu'un mensonge ? C'est le fait de ne pas être sincère.
J'ai rencontré quelqu'un je l'aime et j'ai l'impression qu'il m'aime vraiment. Seulement, j'ai des comportements qui me montrent que j'ai minimisé l'influence que mon passé a eu sur moi. J'ai envie d'être vrai tant pis si je me casse la gueule, j'aurais essayé pour une fois de faire tomber de nombreux murs.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Noémie0306, 16 ans, Montmagny
J'ai perdu ma mère à l'age de 13 ans, je ne le réalise que maintenant et ça devient de plus en plus insupportable.
Je la cherche partout au quotidien, je me repasse chaque jour les images de sa mort dans ma tête et je n'en parle pas car ça fait du mal, et mes amis et mon petit ami n'ont pas les mots et j'ai juste l'impression de devoir embêter tout le monde avec mes soucis alors j'aide les gens sans penser ne serait-ce qu'un peu à moi mais je m'enfonce.
Pour mes proches je dois aller mieux car c'était il y a trois ans, mais c'est de pire en pire... Je suis en décrochage scolaire et je n'ai plus de motivation.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Daffodil Lament, 30 ans, Paris
J'avoue, je pensais que plus l'âge avançait, plus l'amour était plus simple.
Je me suis trompé.
Non seulement les femmes sont de plus en plus névrosées, compliquées et perdues, mais en plus de se plaindre, elles ne font rien pour aimer.
J'avoue que je pensais que les peines de cœur allaient être finies après l'adolescence.
J'avoue que c'est très difficile de réaliser que l'autre ne vous aime vraiment pas.
J'avoue que les femmes ne savent pas ce qu'elles veulent, n'ont plus aucun courage, plus de respect pour elles-même ou leur partenaire.
J'avoue que ça doit être propre à l'être humain, de ne pas se rendre compte de la chance qu'il a en amour et s'en rendre compte une fois que l'histoire est finie...
J'avoue que je n'ai plus la force de raisonner, j'avoue que je terminerai sur ce triste constat.
J'avoue, les femmes sont elles-même responsable de leur malheur en amour.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Tx, 18 ans, Liège
J'avoue être un ptit toxon en devenir, échouer dans tout ce que j'entreprends, m'enfoncer et me détruire avec le sourire, j'avoue être un raté, j'avoue aimer la teuf, j'avoue aimer la déconnexion du week end et j'avoue aimer un homme. J'avoue ne rien comprendre à ce monde, j'avoue être perdu parmi les gens, j'avoue être presque mort à l'intérieur.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Eureca14, 18 ans, Nice
Je me trouve beau dans un miroir mais très moche en vrai. On m'a déjà fait la remarque que j'étais beau en miroir et moche en vrai. J'ai envie de sortir avec une fille en couple du coup, on se parle tout le temps, on fait des choses ensemble, on s'embrasse, on a des moments très sympas mais à chaque fois on ne conclue pas et elle me recale en me disant qu'elle regrette ce qu'elle a fait car elle ne veut pas tromper son copain.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Moi, 36 ans, Paris
J'avoue...
Je ne comprends pas comment je peux me sentir mal à cause de toi. Tu n'es jamais satisfait. Je ne suis jamais assez bien pour toi. Tu ne me désires plus. J'avoue que j'ai juste envie de te dire une seule chose : la porte est grande ouverte.
Et ne t'inquiètes pas, d'autres me trouvent attirante. Alors finalement je vais faire comme tu as fait il y a quelques années, peut-être que c'est une histoire comme ça qu'il me faut pour ouvrir les yeux comme tu dis si bien !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Ems, 24 ans, Paris
J'avoue que j'ai été étonnée quand tu es venu me parler pour la première fois sur cette application de rencontre.
J'avoue que je te trouvais mignon avant mais n'avais jamais envisagée cette relation.
J'avoue que j'avais peur de te rencontrer vu que je travaille avec ton père.
J'avoue que tu m'as dis tous les mots qu'il fallait pour que je commence à flasher sur toi. J'avoue que ça ne m'arrive que très rarement.
J'avoue que tu ne me réponds pas depuis 3 jours et que je ne sais pas quoi penser.
J'avoue que si tu ne me réponds pas je vais te bloquer sur l'application et je vais essayer de passer à autre chose.
J'avoue ne pas comprendre pourquoi tu m'as dis autant de mots doux pour qu'au final tu ne m'écrives plus.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Alex, 16 ans, Nancy
Alors voilà, je ne sais pas comment dire ça mais j'ai vraiment beaucoup souffert cette année, entre ma meilleure amie qui m'abandonne, nos problèmes financiers, nos problèmes de logement, mes parents qui se font vieux mais qui continuent à foncer pour leurs trois enfants...
Je ne sais plus, je me sens mal, j'ai personne à qui me confier, j'ai l'impression de porter le poids du monde sur mes épaules. Je me sens impuissante et j'envie tellement ces autres enfants de riches qui ne se soucient en rien de leur avenir ou quoi que ce soit d'autre... Je suis perdue.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Princess.ox, 23 ans, Québec
J'avoue que si j'avais à t'écrire, ça donnerais un truc du genre :

Ça te dirait qu'on jase, toi et moi ? Il me semble qu'il y a longtemps qu'on n'a pas rigolé ensemble. Justement, ton rire me manque... Perçant et toujours de bon cœur, j'aimais autant mieux ton rire que tes blagues je crois, quoi qu'elles étaient très bonnes tes blagues !

Je pense encore à toi tu sais. Il me manque de croiser ton regard, ou de t'observer marcher. Sans trop comprendre pourquoi, depuis quelques jours, 1 semaines ou 2 peut-être, je n'ai que toi en tête. Je repense à tous ces moments, qui, maintenant, ne sont que du vent. J'aurais aimé en profiter plus longtemps.

J'imagine que le "timing" n'y était pas. Après tout, le chemin que j'ai pris, m'a apporté beaucoup. Un emploi que j'aime, un horaire que j'apprécie et un bon salaire. J'ai mon permis de conduire maintenant, l'aurais-tu remarqué ?! J'ai eu l'accord de mon médecin pour arrêter ma médication, je suis "sobre" depuis quelques mois déjà.

Si ça va bien ? Disons qu'il me manque mon petit chez moi. Mais sinon pour le reste, ça va. Je réapprends à me connaître, je découvre que finalement, j'avais une personnalité, un caractère, et des convictions. Mais sinon toi, ça va ? Je te donne des nouvelles de moi comme si ça t'intéressais, mais moi il est question de toi ici.

J'ai envie de t'écouter parler pendant des heures, d'apprécier ta philosophie de vie, de parler de tout et d'écouter la pluie. De marcher auprès de toi dans une soirée sombre d'automne. De regarder les premiers flocons tomber, la pleine lune refléter sur nos rivières, peut-être même de faire du vélo dans les flaques d'eau.

Sans cacher que je t'ai énormément apprécié, je ne te parle pas d'amour, ne t'en fait pas... Parce que je dois te dire que, même si maintenant j'aimerais voir tes barrières tomber pour détruire ce cœur de pierre, avant de te rencontrer, j'avais été "Mindé" à me caser, voila pourquoi je me dis qu'aujourd'hui je recommencerais du début, et cette fois ci, je ne laisserais rien se précipiter... Parce que j'avais un peu pour acquis, que, si je voulais de toi, tu voulais de moi aussi... Mais bref, d'ici là, eh bien, je me dis que j'en ai appris beaucoup de cette situation.

J'aimerais te souhaiter un joyeux anniversaire, à l'avance... ou en retard, tout dépendant si j'ai eu le courage de t'envoyer cette lettre à temps.
Je te souhaite énormément de bonheur ! Nous aurons certainement l'opportunité de discuter un de ces quatre.
À une prochaine fois.

Et je signerais :

'' mon prénom ''
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Celia, 37 ans, Paris
J'avoue qu'avouer en face à face est en train de remplacer l'alcool et la drogue. C'est bon et ça fait peur, et ça accélère tout.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Hope97, 20 ans, Grenoble
Je suis avec lui depuis presque 3 ans. Mais je n'ai jamais pu avouer à mes parents qu'il m'avait trompé avec une autre personne et que la raison de mes silences, de mes pleurs c'était cela. Je l'aimais sincèrement, et j'ai fait beaucoup de choses pour être avec lui. J'ai beaucoup souffert par sa faute mais jamais il n'a su me réconforter, il s'en foutait de ce que je pouvais vivre et ressentir il affichait sous mon nez sa relation avec cette autre fille. Je suis tellement perdue. J'aimerai me confier à quelqu'un mais je sais que les seules personnes de confiance à qui je pourrais raconter toutes mes peines c'est ma mère et ma meilleure amie mais l'une comme l'autre voudront que je le quitte. Mais je ne sais pas ce qui me rattache à lui. Par moments​, j'ai envie de tout envoyer chier et de partir loin, mais il y a toujours quelque chose qui me raccroche à lui. J'ai besoin qu'on m'aide. Je finirai par me noyer dans ma souffrance intérieure.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Mymy dcn, 23 ans, Montpellier
Il est 4h10 du matin. Comme chaque nuit je n'arrive pas à dormir. J'écoute des chansons folk au rythme doux pour meubler le silence dans mon appartement et aussi ma solitude.

J'ai envie d'avouer beaucoup de chose, mais je vais surtout avouer ma faiblesse. Je me suis toujours sentie forte, j'ai toujours tout fait moi-même, j'ai toujours refusé que l'on m'aide. C'était à la fois un choix et une obligation. Mais je sais aujourd'hui que comme n'importe qui je peux m'effondrer et que mon corps peut lâcher. Aujourd'hui j'essaye de prendre mieux soin de moi. Mais j'admets qu'un peu d'aide ne serait pas de refus. Une épaule sur laquelle me reposer, un peu d'écoute et puis une présence tout simplement. A 23 ans je sais que je ne dois pas rester seule.

C'est un peu un appel à l'aide que je lance. Si une bonne âme, une oreille ou même un chevalier (on peut toujours espérer, ça ne coûte rien!) vient jusqu'à moi je saurai que les miracles existent encore dans cette galaxie.
Je souhaite à tous de trouver et de garder cette personne qui vous soutient et qui est là quand tout va mal et tout va bien.
Bonne nuit à tous !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Moi, 36 ans, Lille
J'avoue, j'ai un conjoint avec lequel je suis depuis 3 ans. Au lit, tout se passe plutôt très bien et nous innovons souvent. Récemment nous avons fait l'acquisition d'un gode ceinture avec lequel nous prenons beaucoup de plaisir tous les deux. Sauf que hier je suis rentrée alors que mon chéri ne s'y attendait pas et je l'ai surpris avec le gode dans les mains, perdu il voulait le cacher mais n'a pas eu le temps. Le pire de tout c'est qu'il nie ce que j'ai vu... je ne sais comment réagir et j'avoue que cette image me hante..
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Sansidee, 22 ans, Paris
J'avoue j'ai cherché un site pour parler, même si j'suis bien entourée.
J'avoue j'vais pas être très marrante aujourd'hui.
J'avoue que j'déprime, que malgré que j'sois entourée j'ai l'impression d'être la personne la plus seule au monde, que y a personne à qui je peux parler.
J'avoue que j'ai l'impression qu'mon mec m'aime plus, qu'il s'en fou.
J'avoue que j'ai mis des lunettes pour que personne voit mes larmes ce week, j'veux pas être cette bouffonne qui pleure.
J'avoue que j'me sens profondément délaissé, mal aimé, inintéressante.
J'avoue que je suis la non fumeuse qui à un paquet à coté d'elle.
J'avoue m'être renseigné sur les troubles de la personnalité cette après midi.
J'avoue avoir l'impression de devenir folle et déprimé.
J'avoue que j'suis pommé.
J'avoue j'ai b'soin d'en parler.
J'avoue j'sais pas si c'est le meilleur endroit.
J'avoue ça devait être marrant ça l'est pas.
J'avoue j'avais juste besoin de sortir quelque chose de moi.
J'avoue je ne m'aime pas.
C'est ni pitié ni compassion que je recherche là.
Peut être un ami dans l'anonymat.
Peut être juste me libérer j'avais besoin, vous dire ça.
J'avoue j'sais pas si j'suis HS.

J'avoue, j'crois que j'ai b'soin d'aide.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Loul, 14 ans, Bruxelles
J'ai une double personnalité schizoïde, et je ne l'ai pas dit a mes proches... pour ceux qui se demanderaient ce que c'est, c'est un mélange de deux maladies. Pour faire simple, je suis normalement sociable, heureux, joueur, etc. mais j'ai développé une deuxième personnalité, qui a remplacé la première, et qui est schizoïde (aucun attrait pour la vie sociale, peu ou pas d'amusement, bref une vie fade). Si j'étais juste schizoïde, ce ne serait pas gênant, mais à cause de la présence des 2 personnalités, il est vraiment dur de vivre...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Honeyy, 17 ans, Bordeaux
J'avoue que j'avais besoin d'écrire, pas seulement pour moi mais pour d'autres.
Dans la vie, je suis quelqu'un de sociable, j'ai pas mal d'amis, je ne me sens pas rejetée, ni rien de ce genre. On pourrait même dire que je suis extravertie.

Pourtant, depuis que j'ai commencé la philosophie, je me pose beaucoup de questions, et particulièrement à un cours qui disait qu'on ne peut jamais se connaître soi même, ni les personnes qui nous sont le plus proche.
Et parfois je me sens comme ça. Une étrangère dans mon propre corps, où plutôt dans ma vie. J'ai fait des recherches, et parfois j'ai l'impression de souffrir de Bovarysme.
Ma vie m'ennuie, je ne sais pas quoi en faire. Je ne veux pas me suicider loin de là, mais je m'inquiète sur mon identité.
Je fais des rêves... Dérangeants. Très portés sur la cruauté. Alors que je critique fortement la violence chez les autres, je ne peux pas m'empêcher d'avoir des crises de violence extrême, ou je me sens déformée par une colère que je ne connais pas, que je ne comprends pas.

Dans ces moments là, la seule chose que je veux c'est me battre, faire mal, mordre, comme un animal sauvage qui se bat pour sauver sa vie. J'ai l'impression d'être en colère, triste, loin de tout le reste du monde. Alors qu'à l'extérieur je suis quelqu'un de très sociable.
La fatigue surtout fait ressortir cette part violente de moi, que je n'arrive pas à éradiquer.
J'ai besoin de faire mal. Parfois j'ai l'impression que je ne pourrai plus jamais rire, même pour faire semblant en public.
Est-ce une double personnalité ? Un monstre en moi ? Je n'arrive pas à savoir, ni à me comprendre. Suis-je la seule ? Je ne sais pas, j'ai honte. C'est malsain mais je ne peux pas m'en empêcher, et j'ai l'impression d'aimer ça.
Après tout, peut-être que Freud a raison : entre Éros et Thanatos, l'humain choisira toujours le plus sombre.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Cassie, 21 ans, Antananarive
J'avoue ne jamais avoir embrassé un garçon jusqu'à maintenant (21 ans) ... du coup je me sens différente des filles de mon âge... des filles tout courts... je me dis que j'ai raté mon adolescence.
J'avoue ne jamais avoir eu de petit ami et ça me fait mal. Surtout quand les gens qui m'entourent me demandent "c'est qui ton petit ami ?".
J'avoue me trouver grosse, du coup moche physiquement. C'est peut-être pour ça que j'ai jamais rencontré l'amour... et je commence vachement à perdre confiance en moi
J'avoue ne pas vraiment être épanouie dans ma vie, j'ai pas de but, de vision, d'objectif... Je ne sais pas si ce que je fais en ce moment côté professionnel, est-ce que j'ai envie de faire... ou est-ce que je cherche juste la sécurité.

J'avoue vouloir changer mais ne le réussi jamais, par manque de persévérance
J'avoue être le plus souvent triste... alors que vous-savez quoi... j'ai tout pour être heureuse : une famille qui m'adore, une très bonne éducation, des amis fidèles et loyale, une maison, je ne suis en manque de rien.

Et je n'arrive toujours pas à être heureuse. Je me dis qu'il ne me manque plus qu'une chose pour combler le vide que j'ai dans mon cœur et c'est l'amour. Mais je commence à perdre espoir, car les années passent et je reste toujours célibataire, je me dis que j'ai vraiment un problème ! Enfin, j'avoue que ma plus grande peur, c'est la solitude...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2020 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou