Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 1 / 54

Souvenirs de jeunesse, 48 ans, Rennes
Elle ressemblait à une actrice que j'appréciais beaucoup.
Ce fut ma première maîtresse.
Nous sortions le soir dans ma vieille 2cv d'étudiant.
Elle était bien dans sa peau, dans son corps, elle savait qu'elle était très belle, tous les garçons lui couraient après. Elle aimait être nue dans la voiture, dès que la nuit tombait, elle savait que ça me faisait "plus que plaisir", elle me suçait à chaque fois que nous allions nous promener, elle n'a jamais recraché mon sperme.
J'ai découvert par la suite qu'elle faisait partie d'une minorité de femmes, très généreuse, très altruiste, aimant autant les plaisirs du sexe que des libertins mâles.
Je la suçais tout autant, j'aimais boire à sa source.
Elle inventait des tas de jeux, nous avions une imagination débordante, elle aimait s'agenouiller sur un tapis, le buste pesant sur une selle de chameau pour touristes (que ses parents avaient achetée en Algérie); elle me demandait de frapper doucement sur sa fente offerte à mes yeux, avec son ceinturon de cuir, à petits coups sur le clitoris, elle obtenait ainsi de violents orgasmes qui la laissaient pantelante, toute en sueur, le sexe trempé.
Elle demandait alors que je la prenne en levrette, à quatre pattes, comme une chienne en chaleur qu'elle revendiquait être avec une certaine fierté enfantine.
Je m'exécutais avec empressement, heureux et comblé. Nous écoutions des pianistes de jazz pendant nos ébats, surtout Errol Garner et Art Tatum.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Prof, 30 ans, Carquefou
Oui, je l'avoue, je n'aurais pas dû fantasmer sur toi... elle a été mon élève et même si elle est adulte aujourd'hui, ce n'est pas très moral. Comment se fait-il que, quand je dois la revoir, j'ai toujours quelques jours avant des pensées interdites ? Comme cette fois où je nous ai imaginé « jouant au prof et à l'élève », elle en tenue d'écolière, moi, sévère et dominant.
Elle est joueuse, aussi, ça n'a pas aidé ! Je sais que je la troublais, alors ça m'excitait. Un jour, j'ai sérieusement considéré la possibilité de coucher avec elle... et de ce que je lui ferais, et de ce qu'elle me ferait. La voir sucer son ancien professeur, par exemple. La punir et lui donner la fessée.

Une fois, en jouant sur Internet, j'ai été à deux doigts de lui envoyer une photo de mon sexe. Je me suis rétracté, mais la situation m'a grandement excité. Et puis, une autre fois, on a testé un jeu en ligne, par correspondance. Le jeu nous mettait en scène et impliquait des gages de plus en plus hot. Nous ne les faisions pas, bien sûr, on ne faisait que regarder comment le jeu fonctionnait, tout en commentant à côté. Mais voir des messages comme « Glissez votre main dans sa culotte et jouez avec son clitoris » m'excitait beaucoup. En cours de partie, je me rappelle lui avoir timidement demandé si elle était excitée, elle a dit oui et m'a demandé de même si je bandais. J'ai acquiescé, et à ma demande, elle m'a confessé qu'elle mouillait aussi. Ce jour-là, nous avons été le plus près d'un rapport sexuel... virtuel. Je me suis masturbé, je pense qu'elle s'en doutait, et j'ai joui en pensant à elle. En écrivant cette confession, je bande encore...
De temps en temps, je me demande ce que ça donnerait, un action ou vérité en ligne avec elle. Ce ne serait peut-être pas la chose la plus raisonnable, mais quelle excitation rien que d'y penser !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Amhok, 19 ans, Le Havre
J'avoue avoir fantasmé sur toi, à une époque. Je t'admirais, toi, ce jeune professeur charismatique, et je savais que je n'étais que ton élève, rien de plus, mais j'avais déjà envie de compter pour toi - parce que d'une certaine manière, tu comptais déjà pour moi.
J'avoue que lorsque nous avons commencé à nous envoyer des mails, mon imagination a commencé à s'affoler, et je nous ai imaginé quelques fois dans des positions indécentes. Je savais que tu avais une copine dont tu étais (et es encore) très amoureux, et je savais que rien n'était possible, mais j'aimais imaginer plus. Toi, ce professeur de dix ans mon aîné, et moi, cette jeune élève plus si innocente... Tu m'as un petit peu obsédée, lorsque je me sentais seule et que tu étais la personne la plus présente dans ma vie.
J'avoue qu'à une période, la première chose que je faisais en me réveillant était lire ton dernier mail, et la dernière chose que je faisais avant d'aller dormir était y répondre (sans compter toutes ces fois où j'allais au CDI pour pouvoir te répondre dans la journée, et ainsi obtenir un nouveau mail avant le soir).
J'avoue que lorsque nos conversations ont commencé à devenir plus osées, certaines m'ont troublée ; mais j'étais déjà sortie de cette phase où je fantasmais sur toi (peut-être bien que j'aurais fini par te faire des avances, de vraies avances... !)
Et j'avoue que repenser à cette période me fait encore monter le sourire aux lèvres !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Z., 19 ans, Paris
Il y a quelques temps, j'ai été à une soirée. J'étais accompagnée de mon copain, avec qui je suis depuis un an. Durant cette soirée je me suis retrouvée près d'un garçon, vraiment charmant. Quand mon copain est partit dormir, je suis restée avec ce garçon sur la terrasse, on s'est allongé dans le transat, j'étais dans ses bras...
Et j'avoue, j'ai adoré ça, me trouver dans les bras d'un homme que je ne connaissais pas, jouer le jeu de la séduction avec lui... Nous sommes allés nous coucher. Nous dormions à 3 dans la même pièce. Pendant la nuit, je lui caressais les cheveux, il caressait les miens... Nos mains ont glissées l'une contre l'autre et nos doigts se sont entrelacés.
Et j'avoue, j'ai adoré ça.
Le lendemain je pensais que cette soirée allait devenir un souvenir agréable avec un inconnu. Mais le soir même, il m'envoya un message. Et depuis, on se parle tout le temps, tous les jours.
Et j'avoue, j'aime ça. Cette relation interdite et secrète entre nous, pleine de sous entendu parfois à se demander ce que l'autre veut vraiment...
Mais j'avoue, c'est égoïste de ma part. Je ne suis qu'une égoïste. Ce garçon est célibataire, et moi je suis en couple. Si je ne l'avais pas été, j'essayerais sans nul doute d'être avec ce garçon. Mais je continue de lui parler.. Je m'attache à lui et il s'attache à moi. Alors qu'il ne devrait pas. Qu'il ne peut pas.
J'avoue ne pas savoir quoi faire. J'avoue être perdue. J'aimerais vivre sans regrets, mais je regretterais de faire quelque chose avec lui comme je regretterais de ne pas l'avoir fait..
J'avoue que je ne suis qu'une lâche qui attend de voir ce qui va se passer en espérant s'en sortir.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Noire, 46 ans, Nice
J'avoue avoir dans la peau un homme que je connais depuis plus de trente ans. On ne s'était jamais parlé mais je crois bien que l'attirance entre lui et moi est aussi réelle qu'elle l'était à cette époque.

J'aime quand il me texte, quand il me parle, me sourit et qu'il me regarde.
Je ne suis pas un standard de beauté côté poids mais lui non plus mais je ne crois pas qu'il en soit conscient.

L'âge nous a suivi, j'ai grossi, lui aussi mais la maturité a fait que nous sommes aujourd'hui capable de se dire des choses que jamais nous aurions pu dire il y quelques années.

La gène nous a empêché de mieux se connaitre à l'époque et de s'apprécier.
Aujourd'hui je suis en couple avec un homme que j'apprécie beaucoup mais je ne sais plus si c'est de l'amour ou bien une très grande amitié qui se situe à la limite de l'amour. Il ne me touche plus depuis un bout, j'en ai besoin mais il ne semble pas comprendre le besoin charnel que j'ai. Je lui en ai déjà parlé mais rien n'a changé. Le temps nous a usés je crois mais j'ai pour lui un immense respect.

Ce qui me ramène à mon ami qui lui est célibataire depuis presque un an et qui me fait physiquement un effet foudroyant et qui mérite le trophée du bon gars qui ne veut pas prendre la femme d'un autre.
Je le veut mais ...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Fleurbleue, 54 ans, Québec
J'avoue, je suis assistante dans un bureau.
Annonce par mail d'une supérieure au sujet d'un stagiaire qui se joindra à nous. Je vois sa photo sur son CV. Aucun intérêt de ma part, ce n'est pas mon genre, en plus sa date de naissance indique qu'il a près de 20 ans de moins que moi.

Il est finalement arrivé de l'étranger. Personnalité froide, réservée, serrement de main timide, pas trop causeur. Un look d'ado. Nous avons réglé des formalités administratives comme j'aurais fait avec n'importe qui d'autre... mais en étant de plus en plus avenante avec lui.
Après quelques jours, j'ai été troublée par un rêve : que son âme était mêlée à la mienne, sans que je voie nos corps, parmi des danseuses en robes rouges amples et le tout dans une atmosphère sensuelle qui dégageait du désir. J'en fus toute surprise et perplexe sans y trouver aucune logique.
Un jour... son regard insistant qui m'a fait détourner le mien, son sourire qui m'a fait baisser les yeux. Le seul qui a réussi ... Une fois la remarque : « j'ai pensé que si je ne venais pas te voir aujourd'hui, tu t'ennuierais de moi ». Ah ben dis donc !!! S'il a voulu me troubler, ce fut réussi. Après quelques semaines, je l'ai vu comme un homme. Avant de partir pour le congé des fêtes, des bises complétées avec des caresses.
Tout cela est banal, mais il est trop jeune. Je suis troublée. Sa voix grave et douce me pénètre.
Sa personnalité parfois juvénile m'attendrit et quand elle me le fait sentir homme cela me trouble.
Mais je sens qu'il peut lire en moi et s'il pense que je vais me trahir avec un mot... il se trompe. Il a déjà essayé mais je sais m'esquiver.
Comme :
- Est-ce que tu te sens bien ?
- Oh, je n'ai pas l'air d'aller bien ?
- Oh. C'est peut-être moi...
- C'est que j'ai bu un café à 15h30 et ça m'a rendue nerveuse. (pas vrai)
- Ah.... (ouf.. en plus il « portait attention » à ma réponse... zut il fallait me croire, pourquoi mentirais-je ?

Enfin je ne peux pas mettre un mot sur le lien qui nous unit, mais il sait que je suis là pour lui. C'est tout et ce sera pour toujours un roman inachevé que je garderai dans mon cœur. Mais il n'en saura rien. À quoi bon ? Même si nous étions tous deux libres, encore une fois... trop jeune...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lolabelle, 35 ans, Paris
J'avoue que nos regards qui se croisent avec insistance lors de cette réunion, ce fut pour moi un bouleversement physique, psychologique et ... professionnel !
J'avoue que j'ai été étonnée que tu prennes contact avec moi après notre rencontre et que j'ai adoré nos échanges par mail durant des mois.
J'avoue que durant notre premier rdv, je n'attendais que cela, que tu m'embrasses et tu l'as fait et bien fait...
La suite, on la connaît...
Tu me manques terriblement...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Z, 28 ans, Quimper
J'avoue : il y a quelques temps, ma belle-sœur, mon beau-frère et leurs enfants sont venus passer le week-end à la maison. Ma belle-sœur est jolie, bien faite, et elle a environ 10 ans de plus que moi. Je ne la connais pas depuis très longtemps.

Nos chambres respectives étaient côte-à-côte. Ma compagne s'est levée tôt, ainsi que mon beau-frère. J'étais seul dans ma chambre, et ma belle-sœur également. Sachant cela, une pulsion m'a envahi : je voulais absolument qu'elle me voie complètement nu, et que je puisse observer sa réaction à ce moment-là.
J'ai donc discrètement ouvert les volets de ma chambre, pour que la lumière emplisse la pièce, j'ai ouvert la porte de ma chambre aux trois-quart, et comme nos deux portes de chambres respectives formaient un angle, je pressentais qu'en sortant de la sienne, elle allait fatalement regarder dans la mienne.

Je dormais sur un matelas posé à même le sol, et je me suis mis nu, la couette savamment disposée pour qu'elle ne couvre qu'une de mes jambes, et que le reste de mon corps lui soit complètement exposé. Je voulais qu'elle me croie endormi et dénudé par inadvertance, et qu'elle puisse ainsi m'observer tant qu'elle le souhaitait, puisque je n'en avais pas conscience. Je me suis ensuite légèrement masturbé en pensant à elle, de manière à gonfler mon sexe, sans aller jusqu'à une érection complète, mais pour qu'il paraisse encore au repos, mais bien gonflé.

Il est vrai que j'ai un sexe de belle dimension, et je voulais qu'elle le voie, comme "par accident". J'ai attendu dans cette position jusqu'à entendre son lit faire du bruit, moment où elle se lève enfin. J'ai tourné légèrement la tête sur le côté, et gardé les yeux presque clos, juste assez pour voir l'encadrement de la porte où elle n'allait pas tarder à se présenter.

Là, sa porte s'ouvre doucement, je la vois sortir lentement dans sa nuisette blanche au décolleté plutôt profond, pieds nus, ce qui la rendait très sensuelle... Et là, comme je l'espérais, elle tourne la tête vers ma chambre, et elle me voit sur mon matelas, par terre, entièrement nu et à 2 mètres d'elle. Elle a d'abord regardé si je dormais, et ensuite son regard est descendu sur mon sexe, qui s'était un peu plus gonflé que prévu sous le coup de l'excitation, mais sans qu'il paraisse en franche érection. Elle est resté environ 10 secondes à me contempler, avec l'air de ne pas comprendre tout de suite ce qu'elle était en train de voir, elle s'est ensuite dirigée vers l'escalier, m'a regardé une dernière fois avant de descendre, puis elle partie.

J'avoue, peut-être que je passe pour un pervers exhib, mais mon fantasme s'est réalisé, elle m'a vu nu, et elle sait que j'ai un gros sexe. Et à chacune des occasions où l'on se voit dans l'année, je sais qu'elle se remémore mon joli sexe en me faisant la bise... Et je suis descendu 10 minutes après elle, et l'ai regardé dans les yeux, elle au milieu des 8 personnes présentes. J'avoue, j'ai adoré ça !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Bellerive, 44 ans, Lyon
Mon amour de mari,
J'avoue, malgré tout mon amour que j'ai pour toi, lors du séminaire à Paris en Janvier avec ma société, le soir à l'hôtel, je n'ai pas résisté à trois jeunes commerciaux, qui étaient là aussi en séminaire. Émoustillée par les bons vins, on s'est tous retrouvé dans ma chambre après le repas du soir : en toute discrétion tout de même. Là, oubliant tout et tous, ne cherchant qu'à prendre et à donner du plaisir, je me suis exhibée, offerte à tous les trois...

Jamais je n'avais fait cela, mais aussi, jamais de ma vie je n'ai connu un tel plaisir... Jusqu'à épuisement total, avec des préservatifs ils m'ont prise, et reprise dans toutes les positions, tous les endroits de ma chambre... Au plus fort de nos ébats, j'ai même adoré, que l'un d'eux m'urine dans la bouche deux secondes... J'étais follement excitée d'être traitée de pleins de noms d'oiseaux..., de mots des plus crus, qui ne faisaient qu'augmenter mon excitation. Au petit matin alors qu'un seul était resté dans ma chambre, sans beaucoup de prémices, sous la douche par derrière il m'a prise dans les fesses, sans ménagements. Là réellement, je désirais que tu sois là pour entrevoir ton épouse comme elle se comportait. Je pense que tu aurais été fière de me voir aussi docile...
Maintenant je te l'avoue : tu le voulais..., j'ai osé, et je suis fière d'être ton épouse quelque peu coquine..., cochonne...., salope !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Candesart, 44 ans, Lyon
Mariée, bien dans ma tête et mon corps, j'avoue prendre beaucoup de plaisirs, à sortir entièrement nue sous mes robes ou jupes...
J'avoue adorer quand mon mari me demande en tous lieux d'ôter mon string..., de m'exhiber ainsi en toute discrétion...
J'avoue adorer, le provoquer, l'exciter, stimuler ces folles envies....
J'avoue prendre beaucoup de plaisir quand je lui suis très « docile », en toutes circonstances, lieux... !
Oui, oui, dernièrement je lui ai avoué que j'adore lui être coquine, cochonne et même s... lors de nos ébats.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lajolie, 31 ans, Bergerac
Depuis quelques mois j'ai changé de lieu de travail et suis maintenant entourée d'hommes de tous âges en uniforme. J'avoue qu'ils sont quelques uns à me faire comprendre que je ne les laisse pas indifférents et si je pouvais, je ne dirais pas non à 2 ou 3 d'entre eux.. Un en particulier, depuis le jour où je l'ai vu je ne cesse de penser à lui et à ce qu'on pourrait faire tous les deux, au détour d'un bureau ou d'une place de parking.
J'avoue, j'ai une attirance très forte pour lui malgré qu'il ait 10 ans de plus que moi, d'habitude seuls les hommes de mon âge m'intéressent. Mais lui, il y a un truc entre nous, physique, je ne veux rien d'autre de lui que son corps, sa bouche, j'ai envie de lui dès que je le vois.

J'avoue que je ne suis pas célibataire et que je ne peux pas trahir mon mari mais je ne sais pas comment je vais tenir face à cette irrésistible envie. J'avoue que sa jalousie et suspicion excessives me retiennent énormément, rien qu'un baiser échangé ou même la simple envie, il le saurait ! Il sait tout, il devine toutes mes pensées... je ne peux rien faire.

J'avoue que je vais encore m'endormir ce soir en fantasmant secrètement sur lui. Pourvu qu'un jour cela se réalise...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Madone, 36 ans, Paris
J'avoue me demander sans cesse comment j'ai pu en arriver à ce statut de seconde.
J'avoue avoir des principes et je ne pensais pas que ça m'arriverait, tellement droite que je suis.
J'avoue ne pas assumer et culpabiliser.
J'avoue ne rien demander sur ta famille pour ne pas avoir à encore plus culpabiliser.
J'avoue que tout nous sépare et j'avoue que tu n'étais pas du tout mon style d'hommes, pas du tout celui que je pouvais trouvais intéressant, ni sur lequel j'aurais pu poser mes yeux. J'avoue ne pas comprendre ce qui se produit.

J'avoue avoir aimé ta séduction, tu t'y est pris avec brio.
J'avoue te trouver merveilleux, à l'écoute, tendre, présent.
J'avoue que la femme qui partage ta vie a sacrément de la chance
J'avoue que si je t'avais connu avant, j'aurais été plus que partante pour faire un bout de chemin avec toi.

J'avoue trouver tout cela troublant et déstabilisant : pas besoin de communiquer pour se comprendre, échanges de sms, mails au même moment.

J'avoue avoir conscience que tout ça n'est pas bien mais qu'il y a une partie de moi qui me dit oui et une autre non.
J'avoue que quand je te demande d'arrêter de me séduire et de partir, j'en pense le contraire.
J'avoue que je suis impatiente à chaque fois que je sais qu'on va se croiser

Toi et moi, c'est une histoire impossible mais j'avoue penser qu'on a qu'une vie et que désormais, au vu de mon vécu, il faut en profiter.

J'avoue ne rien attendre de toi et surtout pas que tu changes de vie.
J'avoue trouver une sorte de complémentarité avec toi, un apaisement, une douceur.
J'avoue aimer quand tu me prends dans tes bras.

J'avoue que quand je te repousse, c'est pour me protéger et te protéger toi aussi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Zaï, 33 ans, Suisse
J'avoue que je suis dans le même pétrin que toi : J., 35 ans, Paris, et ce depuis une année... Oui j'avoue que je n'arrive pas me sortir de la tête ce collègue, lui aussi plus jeune, lui aussi en couple et lui aussi qui a l'air de s'en foutre royalement ! Et bientôt une année que ça dure...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Melle l., 23 ans, Paris
J'avoue qu'il me plait.
J'avoue qu'il m'a couru après il y a de ça trois mois au métro pour m'avouer qu'il me désirait depuis des mois sans jamais me le dire, mais qu'il craquait.
J'avoue que je me suis rendue compte instantanément que moi aussi, ça durait depuis des mois.
J'avoue que ça n'allait pas avec mon chéri.
J'avoue même avoir passé de supers moments avec lui.
J'avoue une nuit avec lui.
J'avoue des matinées entières avec lui.
J'avoue tous ces regards au boulot.
J'avoue qu'il est mon patron.
J'avoue qu'on a 15 ans d'écart, mais que je m'en fous.
J'avoue que j'ai quitté, puis me suis remise avec mon chéri en un mois de temps.
J'avoue que je ne pense qu'à lui quand on fait l'amour, que je ne pense qu'à lui le soir dans mon lit.
Dès qu'il est là, je sens quelque chose monter en moi.
J'avoue qu'il me rend complètement dingue, malgré un caractère de FEU, je n'ai jamais vu ça.
J'avoue ne pas comprendre, il a quelqu'un, j'ai quelqu'un mais il m'a déjà dit qu'il serait le plus heureux du monde s'il pouvait m'avoir.
Je ne sais pas comment lui faire comprendre que je suis dingue de lui, mais plus fort qu'il ne se l'imagine, car j'ai peur de lui dire tout simplement.
J'avoue qu'on continue de bosser ensemble parfaitement bien, on fait la part des choses, réellement, inimaginable, mais vrai.
J'avoue que je n'ai jamais eu autant envie de quelqu'un.
J'avoue que je n'ai jamais autant merdé avec quelqu'un qu'avec lui.
Il me fait perdre tous mes moyens.

J'avoue que je ne sais plus quoi faire, mais j'avoue surtout que j'adore ça.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Babygirl, 28 ans, Lyon
J'avoue coucher avec mon collègue chaque semaines depuis 2 ans.
J'avoue que c'est mon meilleur coup, un vrai dieu au lit.
J'avoue que c'est toujours si torride entre nous...
J'avoue que nos collègues s'en doutent mais qu'on a toujours nié.
J'avoue être folle de lui et que je ne laisse rien paraitre.
J'avoue que ça me rend dingue de savoir qu'il se tape d'autres filles.
J'avoue bien me venger de mon côté avec plein d'autres hommes.
J'avoue que mes sentiments commencent à être trop lourds à porter.
J'avoue lui avoir dit la vérité et avoir mis un terme à cette relation pour ne pas souffrir davantage.
J'avoue qu'il l'a mal pris, qu'il n'a pas cherché à me retenir et qu'il m'ignore totalement au boulot depuis.
J'avoue avoir envie de pleurer dès que je l'aperçois mais que je le cache bien.
J'avoue vouloir tellement l'oublier mais comment faire ?!
J'avoue attendre et espérer secrètement qu'il revienne et qu'il m'offre une vraie histoire d'amour...
J'avoue, ça fait du bien d'avouer !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
X, 23 ans, Paris
J'avoue que tu me perturbes, depuis des mois.
J'avoue que pendant quelques mois, je ne faisais pas attention à toi, du tout.
J'avoue qu'aujourd'hui je ne sais plus comment t'oublier, passer à autre chose.
J'avoue que je me suis quasiment remise avec lui disons que ça ne devrait pas tarder, pur confort, et que je n'arrive pas à te le dire.
J'avoue que si toi et moi on s'était rencontrés dans une autre vie, je n'aurai eu d'yeux que pour toi.
J'avoue que l'âge entre nous me dérange et en même temps, j'adore ça.
J'avoue que je suis mauvaise, je suis invivable, et incroyablement sans cerveau.
J'avoue que tu me fais fondre, complètement.
J'avoue aussi que je ne sais pas quoi faire.
Je me sens perdue, si tu savais à quel point.
Tout lâcher ? J'en suis capable, c'est juste tellement injuste de pas passer le cap sous prétexte qu'on a peur.
J'adore ces moments, j'aime tellement, j'aime tout court ces moments, avec toi, tes baisers, tes regards, nos corps l'un contre l'autre, il se passe quelque chose.
Je n'arrive pas à me passer de toi.
Je n'arrive pas à me passer de lui.
Je ne me sens pas amoureuse de toi, mais je me sens terriblement attirée, aimantée, folle, tu m'excites, tu m'énerves, tu me perturbes, tu as bouleversé ma vie.
J'avoue que je ne sais pas comment faire.
Comment me sortir de cette situation, comment me libérer de tout ça.
Tu ne seras jamais à moi complètement, et je ne serai jamais à toi entièrement, on ne peut pas le montrer, on ne peut pas le dire, et on ne tiendrait pas, au quotidien.
J'avoue que je ne peux pas m'empêcher de penser à toi, trop souvent, depuis ce jour au métro.
J'avoue qu'il faudrait que j'arrête, mais je n'y arrive pas, j'adore penser à toi. J'adore te voir, te rejoindre, nos cafés, nos clopes, nos regards. Bref, j'avoue tout.
J'avoue, j'aimerai plus que ça encore, je n'ai pas de cerveau : je n'arrive pas à te dire que j'aimerai plus, moi aussi, ne jamais me remettre avec lui, et être avec toi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lilix, 19 ans, Toulouse
J'avoue être différente. J'avoue me sentir en décalage. J'avoue ne jamais rien faire comme les autres. J'avoue avoir des fantasmes et des envies brutales. J'avoue être une garce. J'avoue adorer manipuler les hommes. J'avoue de jouer de mon corps pour les séduire, en user, en abuser pour mon plaisir et les rejeter quand ils ne me sont plus utile.
J'avoue rechercher toujours plus de plaisir et de pouvoir sur des hommes généralement bien plus âgé. J'avoue faire tourner en bourrique mon prof de droit loin d'être insensible à mes charmes. J'avoue adorer que l'on me désire, que l'on me flatte.
J'avoue avoir rencontré un homme différent. J'avoue que je le hais de l'effet qu'il me fait. Je hais qu'il me connaisse autant, qu'il sache ce que je suis, ce que je fais. Et en même temps je dois avouer que ça me soulage de ne plus porter le fardeau de ma différence seule.
J'avoue ne pas vouloir changer. J'avoue me complaire dans ma différence. J'avoue être une image, une apparence normale. J'avoue que cela boue en moi. J'avoue avoir peur de retirer mon masque. J'avoue avoir peur d'être simplement moi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lap'tite, 44 ans, Trois-Rivières - Canada
J'avoue avoir les sangs chauds.
Mon ex étant beaucoup plus âgé que moi n'arrivait pas à me suivre. J'ai eu l'occasion de rencontrer quelqu'un de charmant (du moins, je le croyais) pendant ma recherche d'information pour partir mon entreprise.
Un jour, j'étais sur la piste de danse et je retrouvais cet inconnu. J'ai fini par le rejoindre. Il s'est avéré le pire goujat que j'ai pu connaitre mais ce moment d'égarement me fit comprendre que c'était fini avec mon ex.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Zvia, 35 ans, Marignanne
Mon cher mari, je t'aime mais je t'en veux.
Je t'en veux car je deviens sensible au regard d'autres hommes (et d'un en particulier en ce moment) depuis que tu as pris notre union pour "acquise" et que tu pantoufles devant l'ordinateur le soir et les week end, nous nous éloignons au jour le jour par la routine, le manque de piment et les difficultés...

Je me suis promise de ne jamais te tromper mais pas de ne jamais te quitter alors... Réveilles toi s'il te plait avant qu'il ne soit trop tard car le danger se rapproche et je ne pourrai pas ignorer plus longtemps les regards de cet homme bien décidé à me séduire... Sans relâche depuis plusieurs mois...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Breizhelia, 32 ans, Paris
J'étais au boulot tranquille pas loin des vacances et là tu t'es pointé (10 ans qu'on bosse ensemble) avec cette petite phrase : "j'ai envie de te faire un petit bisou".
J'ai tenté de résister en te rappelant que mon mari travaillait avec nous (et on sait tous les deux que tu es parfaitement au courant) et tu m'as répondu "c'est une affaire qui ne regarde que toi et moi" !!!
J'avoue que je me suis envolée quand tu m'as serrée dans tes bras tout en glissant ta langue dans ma bouche. J'avoue que j'aime trop être avec toi.
J'aime que tu m'embrasses et que tu glisses ta main dans la mienne quand on rentre...
J'avoue que j'aime mon mari et que toi, je t'adore.
J'avoue enfin qu'il est temps que tu viennes me faire l'amour parce que j'en ai marre d'attendre.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Petit coeur, 32 ans, Paris
Tu me retrouveras samedi pendant qu'il ne sera pas là. Viens vite petit ange je n'en peux plus de faire semblant.
C'est entre toi et moi et j'aime ça. Personne n'est au courant, ne sait, ne s'imagine et c'est mieux.
J'avoue que même si j'aime quand tu es en moi, je hais tout autant te faire la bise comme si de rien n'était devant lui. Je te veux jour et nuit autant que je l'aime.
Et dieu sait que je l'aime...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Pourquoi, 18 ans, Rochefort-sur-Mer
J'avoue que ma formation militaire m'a fait ouvrir les yeux sur toi. Quand je reviendrai je te dirai que je veux partager des moments avec toi et partager la peine que tu as dans ton cœur.
Je supporterai avec peine t'entendre dire que l'âge est un problème au regard des autres. Je n'ai toujours pas assez de courage pour quitter mon ami actuel.
Mais cette formation me donne la rage. La rage de te dire que mon corps tremble à la seule pensée de ton prénom... La rage de toi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lolita, 33 ans, Montpellier
J'avoue que cette rencontre était totalement imprévue et que ce coup de foudre aussi... Quand j'ai ouvert la porte à 6h du mat' la peur au ventre et que je t'ai vu, j'ai tout de suite senti un aller-retour émotionnel si fort que j'aurai dû me douter que quelque chose se tramait.
Tu t'étais trompé d'adresse mais au fond, je ne suis pas si sûre que la vie ne t'a pas poussé devant ma porte parce que c'était écrit comme ça !
Tes collègues et ma voisine l'ont vu... tu étais aussi troublé que moi et voilà. Quelques heures après tu débarques chez moi pour prendre un café et tu m'annonces que tu sais pas pourquoi t'es là. "Tu as une femme et deux enfants... et si je pense que tu es un salop tu es d'accord pour repartir..."
J'ai compris le contrat mais en ouvrant cette porte pour la deuxième fois je pourrais te répondre "OUI" pour la vie tellement, j'ai jamais ressenti ça pour personne.

J'avoue, tu es celui qui me convient, mon double, mon espèce, mon espace, ma drogue, mon soupir, mon orgasme, ma joie... celui que j'attendais !
Désolée pour ta femme, ta famille et tout le reste, je me rends compte qu'on est bien peu de chose et que si la chance et chauve et qu'elle s'attrape par les cheveux je ne peux pas te laisser partir comme ça malgré tes aveux !
Tu restes, on parle... un peu, on s'aime... à la folie ! et tu repars.

Je n'ai jamais autant aimé faire l'amour, parcourir un corps, le regarder vibrer sous mes caresses, m'enivrer de ton odeur et de ton goût !
Je te laisse repartir pantelante et abasourdie... C'était il y a deux ans et demi. On s'est revu quelques fois. Toujours aussi hagarde à ton départ et j'avoue que le fait de savoir que tu vas revenir et qu'on va recommencer m'essouffle déjà !
J'avoue que je suis un peu désolée pour cette famille qui se délite et que je ne souhaitais de mal à personne mais que je suis incapable de taire mes désirs quand il s'agit de toi !

J'avoue que je vais tout faire pour que tu aies envie de rester et que rien n'est plus doux à mes sens que toi !
J'avoue que je t'aime et qu'il est bien trop tôt pour t'effrayer en te le disant !
J'avoue que ça m'a fait beaucoup de bien de dire tout ça.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Crapulette, 19 ans, Nantes
J'avoue que je suis terriblement bien avec toi.
J'avoue que tu ne me satisfais pas sexuellement.
J'avoue avoir pensé te tromper plusieurs fois juste pour du sexe, j avoue que j'aime le sexe et que j'en veux tous les jours.
J'avoue aimer faire la coquine, j avoue me masturber régulièrement...
J'avoue que notre vie à deux ne pourra pas durer si tu continue comme ça.
J'avoue que tu me plais, tu es beau, grand, brun.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Sib076, 42 ans, Rouen
J'aime me masturber en pensant à toi, je prends un plaisir fou à le faire. J'aime quand tu me parles tout près et que je peux humer ton haleine, cela m'excite au plus haut point. Quand je fais l'amour avec ma femme, je ne fais que penser à toi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2017 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou