Recherche

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

9 aveux trouvés
Nous sommes sur la page 1 / 1

Alivia, 21 ans, Miami
J’avoue que ce soir je suis confuse. J’avoue que ce soir j’ai peur.
Depuis mon dernier aveu concernant le DJ les choses ont plutôt évolué… plutôt bien évolué…
Il est venu me voir… plusieurs fois… il a fait à chaque fois tous ses kilomètres. Pour passer la soirée avec moi, pour juste avoir quelques verres. Jusqu’au soir où nous sommes enfin passés à la vitesse supérieure, ce qui n’a pas été chose facile à organiser à cause des colocataires… Il avait donc loué une chambre en prétextant qu’il ne voulait pas faire le trajet retour… Mmhmm j’avoue ne pas avoir hésité vraiment longtemps avant de le suivre. Même si tout était maladroit, pas franchement parfait, ni l’extase… C’était juste enfin arrivé et on s’est endormi l’un contre l’autre.
J’avoue que même à ce moment-là je ne me sentais pas si proche de lui. Juste bien quand j’étais avec lui. Jusqu’à ce weekend.
Ce weekend m’a fait réaliser que je tiens à lui plus que je ne veux le croire. J’avoue que je me mens simplement à moi-même. J’avoue que j’ai peur ; peur parce que je vais m’en aller. Ou alors peut être que je m’emballe trop… J’avoue qu’il m’a déjà dit qu’il m’aimait beaucoup… et que ben « That’s sucks ».
J’avoue que j’ai peur de ne pas obtenir ces 6 mois de plus. J’avoue que ce serait pire qu’un poignard dans le cœur si je devais m’en aller. Pas uniquement parce qu’il y a Lui. Mais pour tout ce que cette ville, cette Vie m’a apporté.
J’avoue que les larmes me montent en écrivant cet aveu.
J’avoue que mon vol retour est désormais comptable en weekend sur les doigts d’une seule main.
J’avoue que de surcroit, je sais que rien n’a changé là-bas.
Qu’une de ces raisons qui m’ont fait partir…
N’a simplement pas bougé.
Voir empiré.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Alivia, 21 ans, Miami
J'avoue que le temps passe vite. Bien trop vite.
Que je vois ma dead-line s'approcher. Que ça me fait peur.
Que je n'ai pas envie de rentrer.
J'avoue ne pas comprendre pourquoi obtenir un visa et si compliqué. J'ai l'entreprise, mon patron veut bien payer et pourtant...
J'avoue essayer de trouver une autre solution pour rester quelques mois de plus.
J'avoue que tout le monde me dit de me marier...
J'avoue que cette année a été la plus bénéfique socialement pour moi depuis... depuis absolument jamais.
J'avoue qu'ici j'ai réellement une vie.
J'avoue que le Dj Dan et moi on a notre troisième rendez-vous demain. J'avoue qu'il n'est peut être pas le type que je pensais.
J'avoue avoir peur de m'attacher...
Mais j'avoue aussi que la semaine prochaine j'ai également un rendez-vous avec un autre gars rencontre le week-end dernier. Et qui lui n'a pas attendu 5 mois avant de me demander proprement de sortir...
J'avoue que ma vie va me manquer ici et que j'ai réellement peur de mon retour en France...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Alivia, 21 ans, Miami
J'avoue que je crois que tout arrive pour une raison bonne ou mauvaise.
Tout ce qui arrive nous mène quelque part et pour quelque chose. On apprend toujours, même de la façon la plus difficile.
J'avoue que Miami était mon dernier choix sur la liste de toutes ces villes aux USA. Je n'avais même pas postulé pour un job ici, c'est le job qui m'a trouvé.
J'avoue que je suis passe du "rien" au "tout" ici.
Mais j'avoue que parfois je m'ennuie aussi. Je pense que c'est un de mes problèmes principaux. Je ne peux pas me contenter de ce que j'ai même si je l'ai voulu pendant plusieurs années.
Une fois qu'on a testé, qu'on a fait le tour j'ai besoin de voir autre choses, comment c'est ailleurs ?
J'avoue que rester à rien faire le weekend chez moi, excepter sortir le soir parfois ça me sort des yeux.
Je pourrais être à tellement d'endroit qu'ici.
J'avoue que je n'arrive pas a garder les gens autour de moi. Probablement parce que je veux être partout a la fois.
J'avoue que je n'ai jamais eu de relation amoureuse, j'avoue que je n'ai jamais eu de relations amicales sérieuses, excepté ici où j'ai trouvé des gens formidables qui, eux, ont fini par partir.
J'avoue que parfois tout cela me rend triste et puis je me dis : La vie continue. Seule ou accompagnée.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Alivia, 21 ans, Miami
J'avoue qu'une chose m'a très surprise.
Mr DJ fait des apparitions par sms... J'avoue ne pas comprendre mais toujours lui répondre. Jusque la c’était simplement pour savoir comment ça allait.
Et puis... "I am Djing at C*** on friday"...
Hum hum vraiment ? Suivi d'un :
Même si tu ne peux pas venir j'aimerai danser avec toi très bientôt... ou en apprendre plus à propos de ce French kiss dont tu parlais...
J'avoue que je ne sais pas pourquoi on a continué à s'envoyer des messages depuis toutes ces semaines. Et particulièrement lui Mr I don't care if you don't text me...
J'avoue que j'avais vraiment envie d'y aller. Une amie qui me dit "mais oui vas y même toute seule" et une autre qui me dit "mais ça va pas ? tu vas faire quoi l'attendre à rien faire ?"
Finalement changement plan je m’éloigne le plus possible de ce club et vais carrément à Downtown.
N'ayant pas répondu à ces derniers messages je lui répond vers 3h30 du matin que je ne peux pas venir.
Il me dit que tout est ok et qu'il aimerait me voir ce soir si possible.
Après quelques messages pour s'indiquer respectivement où l'on est mais que finalement même s'il aimerait qu'on se rencontre plus que tout il va rentrer et a la fin j'ai eu le droit a un... "<3".
J'avoue qu'est-ce que les gars ne sont pas prêts à faire pour parvenir à leur fin.
J'ai l'air si idiote que ça ? Voyons Mr Dj...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Alivia, 21 ans, Miami
J'avoue j'ai obtenu ce que je voulais.
Mon patron vient de me proposer un visa de travail, c'est à dire vivre aux USA pour au minimum 2 ans et demi encore… et puis par la suite green card…
J'avoue que ces quelques mots : "nous sommes prêts à vous sponsoriser" sont la fin d'un long but à différentes étapes.
Les études, le travail, l'argent, les heures passées dans les transports, les grèves, les exams, les cris, les pleurs, se faire traiter comme de la merde... Tout ça a pris fin hier !
C'est incroyable.
Cette sensation de flottement... comme si je venais de finir d'écrire un livre... un livre poids lourd qui m'empêcher de respirer à plein poumon.
Le chemin de retour sur mon vélo était finalement remplacer par un tapis volant et au supermarché j’errais dans les rayons toujours dans les étoiles… car ce chapitre de ma vie est désormais clos.

J'ai eu ce que je voulais à 21 ans quand tout le monde me disait d'arrêter de rêver avec les USA.
J'avoue que je suis fière de moi, de mon parcours. Que tout ce que j'ai, c'est uniquement grâce à l'effort et à l'amour inconditionnelle de cette personne qu’on appelle maman.
J’avoue que la cerise sur ma pièce montée c’est mes 30 kilos de perdus.
J’avoue que j’ai l’impression d’avoir brisée mes chaines, j’avoue place à l’amusement maintenant…
Oh j’avoue que maintenant il faut le dire à la famille… et qu’il faut trouver un nouveau but…
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Alivia, 21 ans, Miami
Un weekend totalement imprévu que le weekend dernier…
Vendredi décision est prise demain on part pour 4 heures de route vers les keys entre filles.
Les keys des mois que je devais y aller, visiter et explorer.
J’ai exploré…
4 – c’est le nombre de gars que j’ai embrassé en une soirée.
3 – c’est le nombre de gars que j’ai embrassé en l’espace de 30 minutes les uns en face des autres.
2 – de ces 3 gars ne parlait pas un mot d’anglais ou de français.
1 – de ces 4 gars c’est celui que j’ai rencontré dans un autre bar et avec lequel j’ai fini dans une voiture main dans la main…
1 – c’est le regret que j’ai d’être partie sans l’avoir réveillé parce qu’impossible de dormir et ne voulant pas inquiéter mes amies.
Parce que celui-ci n’était pas comme ces gars de Miami... parce que j’ai passé une très bonne fin de soirée à ses côtés parler, rire, jouer, s’embrasser… le fait qu’il soit français a sûrement beaucoup aidé à cette connexion rapide… parce qu’avec les autres je jouais ce soir-là car j’avais décidé d’abandonner de trouver… jamais je n’avais agis comme ça, encore une fois alcool aidant. Et puis toi à la fin de la soirée qui me demande de le serrer fort, de l’embrasser et de le regarder droit dans les yeux. Toi qui m’embrasse en me caressant les cheveux et me demande de lui donner la main.
Toi qui ne me réponds pas.
Comme j’ai dit donc j’abandonne.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Alivia, 21 ans, Miami
J'avoue que cette soirée n’était à la base pas prévue comme ça... Comme à chaque fois que l'on va là-bas.
Monsieur est Dj, rencontre deux semaines plus tôt dans un autre club. Un sms pour dire "Tu donnes ce nom à l'entrée et toi et ton groupe pourront rentrer sans problème"
C'est là que le jeu a re-commencé ce soir là.
Sobre au début, discutant de tout et rien. Puis un premier verre au bar. Direction la piste de danse... Un second verre... La danse s'intensifie... Il tente sa chance. Me dit que je suis le diable en personne car je refuse toujours. J'adore toujours autant avoir le contrôle.
Non Mister Dj tu n'auras pas ce que tu veux encore une fois.
On s’écarte de la piste pour "mieux s'entendre parler" un autre verre a la main.
Je lui demande pourquoi il ne va pas voir une autre fille : "C'est celle-là que je veux".
Tout en me répétant : "I don't care if you don't trust me". Alors pourquoi te justifier ?
La danse continue tard dans la nuit...
Besoin de calme... on sort du club... Il m’emmène manger selon lui le meilleur petit déjeuner du Hard Rock Café.
Il n'a toujours pas obtenu ce qu'il souhaitait. Continuant de parler, de se justifier mais toujours en disant "I don't care if you don't trust me".
On demande l'addition.
Sur le chemin il finit par m'attraper et me dire "I am sorry I have to do that".
Parce que résister c'est bon, finir par céder l'est aussi. Même s'il n'a pas eu tout ce qu'il voulait. Ben oui "je dois aller rejoindre mon amie, elle m'attend"
Mais mister Dj est un vrai c**... et je le savais déjà avant...
Ne jamais oublier qu'ici tout est faux et éphémère... Le cycle recommence chaque weekend...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Alivia, 21 ans, Miami
J'avoue que depuis que je suis arrivée ici j'ai eu pas mal d'occasion… Bien plus que je n'en ai jamais eu…
Probablement mon changement physique, ma façon de penser différente, ma façon d'agir différente, bien plus provocante et surtout pourquoi avoir peur ? La vie est faite pour être vivre, sans regret !
Il n'empêche qu'ils ont beau eu essayé pas un seul n'a réussi...
J'avoue que j'aime ça, ce pouvoir de mener la danse, se sentir désirée... dire non mais avoir envie de dire oui… passer au suivant…
J'avoue qu'à chaque fois que je me réveille le matin j'ai à la fois un goût de frustration car je n'arrive pas à comprendre pourquoi je dis non, pourquoi je n'arrive pas encore à me laisser aller vers un total étranger… et en même temps je revis cette soirée et je me demande si je ne vais pas trop loin, cette façon d’agir n’étant tellement pas moi. L’alcool aidant probablement mais je ne regrette jamais.
J’avoue que j’ai été soule pour la première fois à 21 ans. Mais jamais à en vomir.
J’avoue que j’en ai récupéré des numéros… qu’il suffirait d’un message pour qu’ils rappliquent…
J’avoue que néanmoins j’en ai rencontré un qui me plait bien, et j’espère qu’il deviendra ce genre d’amis particulier avec avantages…
J’avoue que j’aime ma vie ici.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Alivia, 21 ans, Miami
Je le savais 2012 sera mon année. Pleines de promesses, de nouveautés, de changements, de découverte. Bientôt 3 mois qu’elle a commencé et je ne veux pas qu’elle s’arrête.
Le changement, mon changement, a commencé il y a plusieurs mois quand j’ai pris cette décision de me prendre en main pour de bons et d’avancer.
Cette nouvelle vie ici, ce nouveau job, ces nouvelles personnes. Cet environnement si différent a finalement réveillé la personne que j’ai toujours été, mais que je ne pouvais être.
Être éloigné de vous est finalement et probablement ce qu’il me fallait pour m’épanouir réellement. Avoir un océan qui nous sépare, savoir qu’ici personne ne sera là pour juger car personne ne sait qui je suis. Éloignée de tous ces drames qui m’ont tant touché et heurté ces dernières années. Ne vous détrompez pas, je vous aime. Mais cela n’est pas assez parfois.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -



Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2019 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou