Recherche

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

20 aveux trouvés
Nous sommes sur la page 1 / 1

Kerlane, 25 ans, Paris
J'avoue, j'ai fini par faire un choix. Il y a trois mois j'ai pris un peu de liberté dans mon couple et j'ai passé du temps avec J. Et je pensais déjà, à ce moment là, tout laisser tomber et reprendre ma vie avec lui... Et puis, je ne sais pas vraiment ce qu'il s'est passé, peut-être ce qu'on appelle un électrochoc ? Toujours est-il qu'au bout de deux jours, j'ai dû quitter définitivement J après ses dix années à le garder près de moi ; en prenant la décision de poursuivre ma vie avec M.

Trois mois se sont écoulés... Je pense à J vingt fois par jour, je ne peux m'empêcher d'imaginer ce qu'aurait été ma vie avec lui aujourd'hui.
Et pourtant, je continue de faire ma vie avec M, d'acheter une maison, de parler de bébés...

Je les aime. Tous les deux. Et je pense que se sera comme ça longtemps. Mais j'ai choisi celui qui me fera le moins souffrir et me rendra le plus heureuse (l'instinct de survie ?).

Pourtant, j'avoue, même si je suis vraiment heureuse avec M, je ne peux m'empêcher de penser qu'un jour ce bonheur s'en ira, et que J sera toujours là pour moi... Et que je finirais avec lui. Finalement, c'est ce que j'ai toujours pensé depuis ces 10 ans.
Seulement, je ne pense pas que ça marcherait pour nous aujourd'hui, alors je préfère risquer de le perdre à jamais, être heureuse avec un autre, et, qui sait, être heureuse avec lui plus tard pour le reste de nos vies.
Et j'aime penser que c'est pareil pour lui, qu'il finira par s'en remettre et être heureux sans moi, jusqu'à ce que se soit "notre temps".

J'avoue, ma perception de l'amour à bien changé depuis mes 15 ans, j'ai fini par comprendre qu'il n'y a pas qu'un seul amour dans une vie, mais qu'il faut savoir apprécier chacun d'eux en son temps, et saisir le prochain quand le précédent se meurt.

Je n'oublierais pas que c'est la souffrance qui nous permet de reconnaître et savourer le bonheur.
J'avoue, je vous aime tous les deux.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 25 ans, Paris
J'avoue qu'à l'heure du bilan je me sens tiraillée. Je viens d'avoir 25 ans, je vis depuis plus d'un an avec M, qui me rend si heureuse, et pourtant... Pourtant, depuis quelques semaines, il y a un manque dans ma vie. Je passe mon temps à penser à J. Ah J...! Tu es dans ma vie depuis 10 années et tu n'as jamais le même rôle ! Tantôt amoureux, tantôt ami, tantôt amant... Et maintenant ?

J'ai tout ce que j'ai toujours voulu dans ma vie, un homme parfait avec qui je me sens vivre, un travail génial, un appart au top dans une ville que j'adore. Et pourtant... Pourquoi m'as-tu créé ce vide, J ? Pourquoi je pense à toi depuis plusieurs semaines ? Pourquoi tu me hantes ?
Je restes convaincue que tu ne m'apporterais pas la moitié de ce que je désire et de ce que j'ai dans ma vie actuelle, et pourtant, "le coeur à ses raisons que la raison ignore...". Je te veux toi autant que je l'adore lui.
Que m'arrive-t-il ?
Pourquoi même quand je suis heureuse il y a un problème ?
Tu me manque J, et je t'adore M. Je suis désolée du mal que je nous fait à tous les trois.
J'avoue, je ne sais toujours pas quoi faire, mais j'espère savoir vite...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 23 ans, Paris
Il y a plusieurs mois, j'avouais être sans cœur et sans sentiment. J'avouais avoir peur d'être si insensible.
Et puis il y a eu M. M, qui m'a plu dès le premier jour et je n'ai rien tenté. Après plusieurs mois à lui tourner autour, j'ai fini par l'avoir.
Il m'a tellement fait évoluer... J'ai laissé tomber J., mon plan cul, pour lui, pourtant ce n'était pas simple, je suis restée plus de cinq ans avec lui et il était devenu mon meilleur ami. Mais les sentiments... Ah ! J'avais entendu dire que ça ne se contrôle pas. Maintenant, je le sais.
Après huit mois de bonheur longue distance avec M, plusieurs vacances ensemble, on a fini par sauter le pas, on a emménagé ensemble... Moi, l'indomptable, la solitaire, j'ai fini par m'engager avec quelqu'un ! Après un mois de vie commune, il n'y a rien a regretter... Je vis un bonheur sans faille.

Alors aujourd'hui, je viens tout vous avouer. Rien n'est éternel. Le piment d'une vie existe toujours, il suffit de le trouver.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 23 ans, Paris
J'avoue, j'ai passé plusieurs mois de pur plaisir avec mon Plan Cul. On s'appelait uniquement pour du sexe, on passait la nuit ensemble, on riait, fumait, baisait. Il savait être tendre et sauvage. Le bonheur.
J'avoue, j'ai fini par dire à M. qu'il me plaisait beaucoup. M. qui vit à 300 kms de moi, et surtout, qui est un très bon ami à N., mon ex...

Je ne pensais pas que ce serait réciproque, et encore moins qu'il se passerait quelque chose.
J'avoue que trois semaines après, il est venu à Paris et on est allé au restau ensemble, puis à l'hôtel... Et depuis, on est ensemble. On se voit toutes les deux semaines.
J'avoue qu'on est ensemble depuis à peine un mois, et je pars déjà quelques jours en vacances avec lui à la fin du mois.

J'avoue que pour la première fois depuis J. , je me sens bien avec un homme, et ca fait un bien fou.
Dommage que ma complicité avec J. me manque tant...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 22 ans, Paris
J'avoue avoir quitté N. Et merde, si j'avais su plus tôt que je serais mieux célibataire qu'en couple, je l'aurais fait depuis longtemps !
J'avoue me sentir libre, revivre, indépendante. Ne plus devoir rendre de compte à qui que ce soit, c'est le pied.

J'avoue avoir envoyé un message à J. pour lui proposer qu'on couche ensemble, et qu'il a accepté. J'avoue, c'était hyper bizarre au début... Revoir son ex avec qui on est resté plus de cinq ans, et qu'on a pas revu depuis plus d'un an, juste pour du sexe...
Mais putain ce que c'était bon ! Même en étant bizarre, c'était agréable d'être avec lui, et aucune ambiguïté sur ce qu'on voulait.

J'avoue, j'ai un Plan Cul Régulier, et je me sens revivre.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 22 ans, Paris
J'avoue, mon état d'esprit est le même depuis mon dernier aveu...
J'ai quitté J, celui avec qui je suis restée 5 ans, et je suis sortie avec A, pendant 1 an. Et maintenant, je suis avec N, depuis 7 mois. N, mon meilleur ami depuis 4 ans. N, que je n'aime pas, mais qui m'a posé l'ultimatum d'être avec lui, ou sans lui.
J'avoue, je ne ressens toujours rien, ni pour lui, ni pour personne. Une vie sans amour, sans haine, sans tristesse, sans joie, sans colère... c'est long.

J'avoue, N est amoureux de moi, alors je vais le quitter, en mémoire de notre amitié et du respect que je lui dois.
Pour la première fois depuis 7 ans, je vais me retrouver célibataire, vraiment. Sans rien devoir à personne...
J'ai hâte de vivre ça.

J'avoue, je l'ai eu ce putain de diplôme, en Juin, et j'avoue, je suis heureuse d'avoir trouvé un boulot qui me plait ! Aimer ce qu'on fait, ce n'est plus donné à tout le monde...

J'avoue, ça fait un bien fou d'avouer de nouveau !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 21 ans, Paris
J'avoue être totalement indifférente.
J'ai quitté mon copain, avec qui j'étais depuis 5 ans, parce que je ne ressentais plus rien pour lui. Je pensais que se serait mieux.
J'avoue, cela fait maintenant plus de 6 mois qu'on est séparé, et que je ne suis toujours pas plus heureuse. Pas plus malheureuse non plus, cela dit.

J'avoue, il m'a rendu indifférente. Il m'a détruite. Je suis devenue incapable de ressentir de l'amour, de la haine, de la compassion, de la pitié, ou de la peine.

Deux de mes proches sont décédés à un mois d'intervalle, et je n'ai même pas été triste. Ca ne m'a rien fait. Deux de mes meilleurs amis m'ont avoué qu'ils étaient amoureux de moi, et ça non plus, ça ne m'a rien fait. Ni pitié, ni compassion, ni tristesse. Rien du tout.

Mon petit ami actuel m'a dit qu'il m'aimait, et ça ne m'a rien fait. Je l'ai quitté, il a pleuré en face de moi, il m'a insulté, ça ne m'a rien fait. Je lui ai menti, je lui ai dit que je l'aimais, il a pleuré de joie, et ça ne m'a rien fait.

J'avoue, je mens continuellement à tout le monde. Je mens sur ce que je ressens. J'agis comme si je ressentais quelque chose, alors que je ne ressens rien. Je dis seulement ce que les gens s'attendent à entendre, sans pourtant ne rien penser. Le pire, c'est que ça fonctionne. J'ai des amis, qui m'aiment, sincèrement, et qui sont là pour moi ; et pour qui je suis également là.

J'avoue penser que je suis devenue un monstre. Sans cœur. Et même ça, ça m'est devenu égal...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 21 ans, Paris
J'avoue, je suis restée 5 ans et demi avec lui. 5 ans et demi à mon âge, ca paraît long. J'avoue que les 4 premières années étaient merveilleuses, et malgré toutes les engueulades, le bonheur les surplombaient largement. J'avoue, cela faisait déjà plusieurs mois que je m'interrogeais sur mes sentiments envers lui.
En Septembre dernier, j'ai rencontré quelqu'un d'autre. Il ne m'a pas forcément plu, mais il m'a rappelé à quel point c'était bien lui et moi, au début. Oui, au début. La routine s'est installé, et il s'en foutais. Je me sentais mal, et il s'en foutais. Je m'ennuyais avec lui, et il s'en foutais.
Je l'ai quitté. Il a fini plus bas que terre. Il a pleuré, il m'a harcelé, il m'a supplié, il m'a menacé de se tuer. Je suis revenue avec lui parce que j'avais peur qu'il le fasse. Mais ca n'a pas duré. Il n'est pas parvenu à faire renaître en moi la flamme du début. J'ai arrêté de l'aimer, et même avec tous les efforts qu'il a fourni, je n'ai pas pu recommencer à l'aimer. Je l'ai quitté. Pour de bon, cette fois.
Cela fait quelques temps que je suis avec celui de Septembre, celui qui m'a fait réagir. Il n'y a pas d'amour, mais lorsque je suis avec lui je suis heureuse, et ca me suffit, après cette relation avec lui.
Il dit souvent que tu m'as rendue indifférente, que plus rien ne me fait réagir. Il n'a pas tout à fait tort. Avec lui, j'ai appris à devenir indifférente pour fuir le malheur.

J'avoue, tu ne me manque plus. Je garde uniquement les bons souvenirs. J'ai aimé ces 5 années avec toi, et, dans un sens, je t'aime quand même pour tout ce que tu as pu m'apporter. Jamais je n'aurai pensé pouvoir être aussi heureuse et comblée grâce à quelqu'un. Tu as rendu ça possible. Merci J. J'avais besoin de le dire, et, si tu lis ça, tu sauras à quel point tu peux rendre heureux ceux qui t'entoures.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 19 ans, Paris
J'avoue, ça me gonfle de, tous les 31 décembre, entendre la même blague "allez, à l'année prochaine !".
J'avoue, ça me gonfle aussi de devoir acheter des cadeaux à mon entourage pour Noël alors que, Noël, je veux pas le fêter moi.
J'avoue, je ne veux pas me lever demain matin à 6h pour faire du baby sitting.
J'avoue aussi, lorsque j'avais 6 ans, on m'a collé sur les genoux du Père Noël pour "la photo". Ce même Père Noël, après avoir entendu ma liste de cadeaux, m'a dit à l'oreille "toute façon, j'suis un faux, ça existe pas le Père Noël, t'auras pas tous tes cadeaux !".
Oui, j'avoue, après cette révélation, je lui ai fait volontairement caca dessus, en prétextant être malade.
Et j'avoue, le soir même, j'ai fait pipi dans mon lit pour me venger de mes parents et leur horrible mensonge.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 19 ans, Paris
J'avoue, je compte entrer en BTS l'année prochaine et j'ai besoin de notes parfaites en biologie et physique chimie... J'avoue que je suis une brelle, oui, une brelle, c'est le mot, en physique-chimie. Mais hier, pour le premier contrôle du trimestre, j'avais appris comme une forcenée. Et j'ai réussi...
J'avoue, mardi et aujourd'hui, mon lycée était en "blocus". Demain, j'ai un contrôle de biologie énorme, j'ai rien glandé, 20 pages à apprendre, et je prie en cachette que le blocus se poursuive...
J'avoue, chéri, il m'arrive parfois d'espérer que tu finisses vite ce que tu fais, parce que j'ai autre chose à faire...
J'avoue, j'ai 19 ans et j'ai toujours mon doudou avec moi, même quand chéri dors à la maison...
J'avoue que oui, c'est moi qui ai inondé la salle de bain, en voulant noyer un moustique, mais que j'ai accusé mon petit cousin, qui s'en ai pris plein la tronche.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue, je soutiens RasLeBol, 21 ans, de Paris, dans son dernier aveu.
J'avoue qu'il y en a marre des gens dans les magasins qui prennent un objet, et le repose ailleurs, ou pire, font tomber un objet sans le ramasser sous prétexte que "des gens sont payer pour ramasser". Non ! Les gens sont payés pour ranger les nouveaux arrivages, et renseigner, pas pour ramasser vos crasses !
J'avoue, j'ai raté mon permis. Et je trouve que j'aurais dû l'avoir, parce que l'excuse du "elle avait trop confiance en elle, ça peut être dangereux", je la trouve bidon. J'avoue que je vais le repasser dans quelques jours, mais que payer 200 euros pour ça, ça fout les boules. J'avoue que si je le rate une fois de plus, pour une excuse bidon, je me ferais un plaisir de lui montrer sur ses pneus à elle, que 200 euros, c'est pas rien quand on est étudiante.

J'avoue, moi aussi j'aime mon chéri, et je pense que si un jour je le trompais, je m'empresserais de le quitter, par respect pour lui, et si j'envisage de le tromper, je le quitterais avant.

J'avoue que tous ces couples qui trompent, avec ou sans scrupules, me dégoûtent. Ca existe pas la véritable histoire d'amour sans adultère ?!
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue, j'ai un stresse monstre en moi. Après plus d'un an de permis accompagné, je passe enfin mon permis... Demain. On pourrait m'envier, je m'envie moi même d'ailleurs, 9 jours pour avoir une date, alors que dans d'autres auto-école le délai peut atteindre plusieurs mois... Un an que j'attends ça, que j'attends enfin cette indépendance. Et puis, mon moniteur m'a emmené sur le terrain de passage... Ca craint. J'avoue, je suis persuadée que je vais le rater, et c'est pas ça qui m'emmerde, mais les tarifs... Rien que pour reprendre 4 heures de conduites plus l'inscription au permis, j'en ai eu pour près de 270€ ! J'avoue, si je le rate, je doute que je veuille à nouveau repayer ça pour retenter ma chance...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue avoir fouillé dans les mails de mon copain, mais pas dans l'idée de lui trouver une "maitresse". J'avoue être tombé sur ce mail de "Sophie", et l'avoir ouvert. J'avoue avoir été écœurée de voir qu'elle tenait un site d'elle, avec des photos et vidéos pornos. J'avoue avoir eu un haut le cœur lorsque je l'ai vu, elle, connectée dans ses contacts msn. J'avoue avoir tout de suite pris mon téléphone, et l'avoir quitté. J'avoue, je regrette. J'avoue, je lui en veux car maintenant je m'imagine pleins de scénarios, comme, par exemple, qu'il fantasme sur elle en faisant l'amour avec moi. J'avoue avoir perdu toute confiance.

Mais, j'avoue, malgré que je lui en veuille vraiment, je n'arriverais pas définitivement à le quitter, et c'est encore moi qui m'excuserait...

J'avoue, pour moi, la vie est vraiment injuste.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue, je commence à me demander si le merle qui court devant ma tondeuse quand je la passe fait ça pour me narguer.
J'avoue, je n'ai pas envie de partir, pour la troisième année consécutive, en vacances, sans mon chéri.
J'avoue, je passe mes journées à ne rien faire, et je suis de plus en plus fatiguée.
J'avoue, je n'arrive pas à mettre de lentilles car j'ai peur que mon doigt traverse l'oeil ou que la lentille tourne autour de l'orbite, même si je sais ça impossible.
J'avoue enfin, c'est moi qui ai écrasé le chat de la voisine involontairement, mais que, depuis, plus aucune griffures sur ma porte ni de crottes dans mon jardin. J'avoue, ça fait du bien de l'avouer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue, il y a 2 ans, m'être fait surprise dans un champ, avec mon copain, nus comme des vers, par un vieux monsieur et son chien. J'avoue ne pas avoir osé réclamer mon boxer à ce chien qui courrait.
J'avoue, c'est moi qui ai échangé le contenu du tube de dentifrice avec celui de la crème solaire l'année passée.
J'avoue, lorsque Mr X, pendant que je le lavais dans cette maison de retraite, s'est vanté des performances "encore intéressantes" de son joujou, je n'ai pas pu m'empêcher de rire.
J'avoue, j'ai donné plus de 30 CV et lettres de motivations en février pour bosser ce mois ci, sans aucune réponse.
J'avoue, c'est moi qui ai mis une souris morte dans ton lit, J, après l'avoir trouvé dans le mien.

J'avoue, ça fait du bien de le dire !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue, ce jour là je n'étais pas très réveillée ; comme d'habitude en fait. Je prenais donc le bus de 7h43 pour aller travailler. Il était plein, mais je m'installe à la seule place libre : devant un très séduisant jeune homme...
Mais là, comme à mon habitude, je m'endors pour les prochaines 40 minutes de trajet. Ah ! Quel acte je n'avais pas commis là ! A mon réveil, j'avais un long filet de bave qui dégoulinait sur ma poitrine, et une énorme trace rouge sur ma joue pour m'être endormie contre la vitre...
Et encore, cette honte aurais pû passer si tout le monde était descendu ! Mais non, c'est ce fameux jeune homme séduisant qui était en face de moi, esquissant un sourire, qui me réveilla...
J'avoue, ce jour là, j'ai perdu toute ma féminité...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue, après avoir lu quelqu'un sur internet, je doute : pourquoi, de nos jours, les pantalons sont-ils trop longs pour les personnes "petites"?

Quand j'achète des hauts les manches ne sont pas trop longues donc je n'ai pas besoin de retrousser mes manches.... Pourtant mes pantalons sont trop longs...

Alors je me demande :
"suis-je difforme: petites jambes, grands bras ?" ou bien "Sont-ce les personnes de grandes tailles qui le sont : grandes jambes, petits bras ?".
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue, si je clique plus de 10 fois par jour sur mon lien de javoue.com, c'est certainement pour admirer cette belle brune et son petit bout de sein qui dépasse que l'on trouve sur la page d'accueil...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue, ce matin, je me lève débordante de joie en criant a tue-tête "c'est mon anniversaire !!! J'ai 18 ans !".
Toute fière de ces 18 années que j'ai réussi à affronter... Et là, un gros dérapage sur mon carrelage m'a valu de m'effondrer sur la première marche de mes escaliers que j'ai fini sur les fesses.
J'avoue, quand ma mère est sortit en trombes de sa chambre et m'a vu, encore sonnée, m'a dit "Ca ne t'arrange pas de vieillir toi..." et elle est repartie se coucher.
J'avoue, je me suis sentie bien conne. J'avoue, j'ai mal aux fesses mais je ne dirais rien et l'an prochain, je reste couchée...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Kerlane, 18 ans, Paris
J'avoue, je ne me rends souvent pas bien compte tout de suite de la bêtise que je suis en train de dire.
J'avoue que j'ai mis cinq bonnes minutes à comprendre pourquoi tout le monde riait lorsque j'ai dit à un de mes professeurs qui faisait l'appel : "monsieur vous m'avez sauté !".
J'avoue que ce genre de gaffe m'arrive souvent...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -



Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2017 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou