Recherche

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

22111 aveux trouvés
Nous sommes sur la page 1 / 885

Mmk, 21 ans, Paris
J'avoue que j'ai envie de crier. Je t'ai revu et j'ai eu envie de pleurer. Je suis paumée, est-ce que tu me manques ? Est ce que c’est de la nostalgie ? Je sais pas. Mais j'ai mal. Est ce que tu penses à moi comme je pense à toi ? C'est malsain de penser à toi alors que c’est moi qui ai rompu et qu'on est dans une nouvelle relation maintenant.

Je suis jalouse pourtant de la fille qui est avec toi, je suis triste. Et pourtant mon nouveau mec je l'aime, tellement. Toi c'est tellement différent. Je t'aimerais toujours, toujours, vraiment. Je sais pas ce que je dois penser. Qu'est ce que je dois faire ? J'avoue que je veux te demander si je te manque, mais je ne le ferais pas, parce que c'est malsain. J'ai envie de crier, crier et pleurer une bonne fois pour toute. Et que tout s'en aille après, même si c’est 4 mois après notre rupture. J'en ai marre de penser.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Nico83610, 19 ans, Hannut
Jill,
il y a deux ans, lorsque nous nous sommes rencontrés à Paris, je ne pensais pas en arriver là. En effet, j'ai d'abord pensé que tu étais une personne hautaine qui ne pensait qu'à soit... Mais au fil du temps j'ai découvert quelqu'un de formidable avec tant de qualité et quelques petits défauts tout aussi attachant.
Au début, je ne voulais pas m'attacher à toi mais lorsque j'ai vu cette photo, j'ai eu un déclic, c'était toi... Oui c'était toi qu'il me fallait pour être heureux et rien ne pouvait me faire changer d'avis !
Depuis, la vie a continuée et notre relation est restée simple, amicale, avec des hauts et des bas de temps en temps.
Mais sache que depuis c'est deux années où j'ai appris à te connaitre, mes sentiments, eux, n'ont pas changer, je suis toujours autant amoureux de toi que ce soir du 10 mai 2015 lorsque tu m'as envoyé cette photo, tu es partout en moi, j'arrive à t'entendre quand tu ne parles pas et à te voir lorsque tu n'es pas là.
Chaque seconde qui passe me rend plus malheureux de ne pas être au près de toi.
Je donnerais tout pour toi, pour tes yeux, ton sourire, pour ton coeur.
Sache que je serai toujours là pour toi, je t'attendrai, je ne changerai jamais !
Malgré toutes ces belles paroles, je suis incapable de t'avouer mes sentiments, j'ai peur de tout détruire, de te perdre un peu plus.
Je chéri ce jour où je trouverai la force de te dire tout ce que j'ai sur le coeur, de t'avouer mon amour !
En attendant, j'écris ces lignes pour toi, pour que le Monde garde une trace de moi, de toi...
Alors Jill, pour finir, je ne dirai qu'une chose:
Je suis amoureux de toi Jill !

Nico
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Rhumananas, 27 ans, Genève
J'avoue avoir besoin d'être constamment flattée ces derniers temps. Avoir rencontré tellement de filles, toutes plus fades à mes yeux les unes que les autres, juste histoire de sortir le grand jeu et les voir pétiller, pour ensuite disparaître, aussi rapidement que je suis arrivée.

J'avoue jouer sur plusieurs tableaux, et le leur dire en pensant être quelqu'un d'honnête, sans les préserver, alors que je ne dis pas tout.

Et puis je t'ai rencontré... J'avoue que c'est peut-être parce que tu me repousses que ça me touche autant et pourtant, j'aimerais te lancer tous les arguments en ma possession, auxquels je crois profondément, pour te donner envie de me céder, ou juste d'apprendre à me connaître pour commencer. Mais rien n'y fait...

J'avoue que tu es en couple avec un homme et trop honnête pour lui être infidèle, ce qui est tout à ton honneur. Et si, pourtant, j'avais quelque chose à t'apporter ?

J'avoue que tu me fais éprouver quelque chose d'agréable et ça me change, tu sais...

Tu as coupé court mais j'avoue que j'ai bien trop envie de te connaître pour t'oublier d'aussi tôt, J.
Je te laisse tout de même mener ta vie.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Eureca14, 18 ans, Nice
Je me trouve beau dans un miroir mais très moche en vrai. On m’a déjà fait la remarque que j’étais beau en miroir et moche en vrai. J’ai envie de sortir avec une fille en couple du coup, on se parle tout le temps, on fait des choses ensemble, on s’embrasse, on a des moments très sympas mais à chaque fois on ne conclue pas et elle me recale en me disant qu’elle regrette ce qu’elle a fait car elle ne veut pas tromper son copain.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Lindtt, 23 ans, Toulouse
J'avoue. J'avoue avoir été trompée. Pourquoi je me sens honteuse vis à vis de ça ? Ne serait-ce pas à l'autre d'avoir honte ?
Le karma m'a rattrapée. Je ne suis pas une mauvaise personne, et ne l'ai jamais été. Mais, je n'ai pas été honnête avec les personnes qu'il fallait. J'ai joué, sans le vouloir, avec le cœur des autres. Sans le vouloir hein ? On dit toujours ça..
Et puis il est arrivé, et je lui ai tout donné. Mon temps, mon dévouement, mon corps, mes pensées, mon cœur... Et il m'a trompée. Je l'ai sans doute méritée vous direz. On a ce que l'on sème. Je suis lâche de toujours l'aimer, pas vrai ? Et tout ça, que c'est niais. Je me rends compte que l'on vit dans un monde où la loi du plus fort règne toujours. J'ai 23 ans, et j'avoue avoir toute l'amertume du monde.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

19am, 20 ans, Océanie
Comme vous le voyez j'en ai ma claque de tout, lui, nous m'enfin bref. En vrai je sais ce qu'il me reste à faire mais je ne veux pas le faire, j'en suis incapable (encore). Je suis retournée avec mon ex cette décision qui m'est propre n'est pas bien vue par tout mon entourage donc je n'arrive plus à me confier à eux.

Ce n'est pas eux le problème mais plutôt le fait qu'ils ne veulent pas que je reste avec lui parce que j'ai tant souffert mais un dicton que je commence à bien comprendre et que je n'apprécie pas du tout me vint souvent à l'esprit "le coeur à ses raisons que la raison l'ignore''. M'en fait je suis là parce qu'il n'a pas changé, j'y ai mis toutes mes forces, mon cœur ainsi que mon âme mais rien est fait, si le travail est entrepris par une personne extérieur que lui même comment peut on avancer. Il pique des crises sans intérêts et j'ai bien peur qu'il se retrouvera seul mais vraiment seul. Il n'a plus d'amis, les seuls qu'il a et bien il ne fait pas attention, ses parents ne peuvent plus le supporter et je comprends tous ses sentiments. Celui-ci les traites comme de la merde il se croit bienfaiteur ou je ne sais quoi. Par exemple pas plus tard qu'une heure il a pété une crise parc que son père ne voulait pas acheter ce qu'il veut, m'enfin pourquoi acheter un truc pour une personne qui te traite comme un moins que rien. De plus il me ment souvent même trop, je ne sais pas sur quoi il me ment mais je le sens. Le truc c'est que je suis encore là avec lui à l'instant présent il dort comme un con et est fâché contre moi pour aucune raison, il se dispute avec son père et j'en paye les pots cassées. Je suis encore là parce que je l'aime, cet enfoiré qui dort à côté de moi je continue à l'aimer mais à le chérir, moins qu'avant. Hier soir, j'ai pris une discussion avec lui mais on dirait bien qu'il en a rien à foutre, je ne le comprend pas. Et moi non plus. Je sais qu'il faut que je parte que je ne revienne plus quand il m'appelle mais mon cœur en fait à sa tête. J'ai la main trop lourde sur mes sentiments j'y arrive plus, je m'humilie j'en suis consciente mais je suis encore là.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Justme, 17 ans, Canada
J'avoue, j'avoue être faible face à ce qui m'entoure. Tristesse, anxiété, dépression. Une vie qui se confond telle une montagne russe. Incapable de rester seule par peur de faire face à moi même, j'avoue avoir peur. Désolé à tout ceux qui me côtoient, je sais que je suis difficile à comprendre. Je n'aime pas m'exprimer ni m'ouvrir de peur de me blesser et maintenant j'avoue voir noir sans contrôle malgré ces médicaments qui me droguent la vie puisque je n'ai pas une humeur dite normal. J'avoue être en dépression.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Éternelleindécise, 40 ans, Nouméa
Je ne suis plus célibataire après avoir traversé un long désert.
Mon chéri est adorable, a tout pour plaire, mais nous ne vivons pas ensemble...
J'avoue avoir préféré regarder toutes les saisons de Orange is the new black et de lui avoir menti sur mon emploi du temps plutôt que de passer du temps avec lui...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Als, 42 ans, Suisse
J'avoue que je trouve hyper sexy une fille de mon étage au travail. Il est très difficile de savoir ce qu'elle pense car elle cache bien ses sentiments même si ils pourraient être uniquement sexuels ! En effet, elle est mariée et moi aussi mais j'avoue vraiment que j'imagine souvent dans ma tête des scénarios avec elle uniquement pour le plaisir...
Et elle a de putains de jolis yeux.
Il faut qu'elle arrête de venir avec des habits très léger qui donne encore plus envie ! Si un soir elle restait plus tard au travail et que moi aussi... franchement ça serait difficile de résister à lever sa petite jupette et baisser sa culotte... ça serait tellement intense et vite fait... Même au travail après une certaine heure, il n'y a plus personne.
J'avoue que j'aimerai bien qu'elle tombe sur ce site... et qu'elle me réponde ça serait le TOP.
J'ai envie d'elle et elle aurait elle envie ?
Si tu me lis ici merci de me répondre S...
Ça fait du bien de pouvoir le dire quelque part. Merci javoue.com !!!
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Moi, 36 ans, Paris
J'avoue...
Je ne comprends pas comment je peux me sentir mal à cause de toi. Tu n'es jamais satisfait. Je ne suis jamais assez bien pour toi. Tu ne me désires plus. J'avoue que j'ai juste envie de te dire une seule chose : la porte est grande ouverte.
Et ne t'inquiètes pas, d'autres me trouvent attirante. Alors finalement je vais faire comme tu as fait il y a quelques années, peut-être que c'est une histoire comme ça qu'il me faut pour ouvrir les yeux comme tu dis si bien !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Ems, 24 ans, Paris
J'avoue que j'ai été étonnée quand tu es venu me parler pour la première fois sur cette application de rencontre.
J'avoue que je te trouvais mignon avant mais n'avais jamais envisagée cette relation.
J'avoue que j'avais peur de te rencontrer vu que je travaille avec ton père.
J'avoue que tu m'as dis tous les mots qu'il fallait pour que je commence à flasher sur toi. J'avoue que ça ne m'arrive que très rarement.
J'avoue que tu ne me réponds pas depuis 3 jours et que je ne sais pas quoi penser.
J'avoue que si tu ne me réponds pas je vais te bloquer sur l'application et je vais essayer de passer à autre chose.
J'avoue ne pas comprendre pourquoi tu m'as dis autant de mots doux pour qu'au final tu ne m'écrives plus.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Lostcat, 50 ans, Paris
J’avoue que j’aime mon cousin.
J’avoue que je suis sa maîtresse depuis deux ans.
J’avoue que s’il le demandait, je plaquerais tout pour vivre avec lui.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Cherry1982, 32 ans, Paris
J'avoue je suis une femme bisexuelle et que ma famille est au courant mais fait genre de rien savoir.
J'avoue que mes collègues de travail ne sont pas au courant (quoiqu'ils s'en doutent) et que ça me perturbe.
J'avoue que j'ai une double vie celle en apparence d'une femme célibataire, belle, intelligente ayant tout réussi et celle d'une femme qui se cherche encore, qui ne se contrôle plus quand elle bois, qui drague tout ce qui passe et qui est au bord de la dépression.
J'avoue qu'au lendemain des beuveries (ce qui est rare maintenant), j'ai des trous de mémoire mais suffisamment pour me rendre compte de l'état pitoyable dont lequel j'étais.
J'avoue qu'à chaque fois, je me dis que je vais arrêter mes conneries et qu'au final je recommence de plus belle.
J'avoue avoir écris à celle dont je ne suis plus tout à fait sûre si je l'aime que je voulais rompre car rien ne va plus entre nous depuis bien longtemps déjà. Par habitude, on se voile la face à rester ensemble.
J'avoue qu'elle l'a plutôt bien pris mais en même temps souhaite vivre encore avec moi et dans la même chambre.
J'avoue que je n'ai plus trop d'amis autant femme que homme parce que ma belle ex ne les supporte pas et que le seul qui reste me déçoit de plus en plus.
J'avoue que je ne suis pourtant pas compliquée à vivre, que j'ai tant d'amour à donner mais qu'en même temps j'ai honte de moi de ce que je suis devenue de mon attitude de mon physique de mon laissé allé de tout ce qui m'entoure.
J'avoue essayer de me réconforter en écrivant, de me libérer de toute ma souffrance mais tout ce que j'écris n'est qu'une partie de ma vie.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Pndrcl, 19 ans, Bordeaux
J'avoue que tu me plais énormément, quand on s'est vu la première fois je pensais pas que plus tard il y allait avoir cette énorme complicité entre nous.
Aujourd'hui on ne se parle plus trop mais on reste comme même en grand contact, et tout les deux savons que nous voulons rester proche comme avant mais nous n'en avons plus les moyens en ce moment et attendons tout simplement d'être dans le même lycée comme tu me demande si souvent. "Bon tu te décides, tu vas dans quel lycée ?".

Chaque fois, tu me poses cette question, je te jure que tu me manque terriblement j'ai jamais connu une personne comme toi je pense, on a rigolé ensemble par messages snap, toujours tu venais commencer la discussions et moi je courrais voir de qui venait le message sur mon téléphone et quand je voyais ton prénom je sautais de bonne humeur !

On se parle plus autant aujourd’hui mais je t'assure que je vois ma vie avec toi ! Toutes tes phrases du genre : "je t'aime, je veux faire ma vie avec toi", tu disais ça pour rire mais je t'assure que je prenais ça au sérieux en riant enfin, je ne sais pas trop comment décrire ça, bref je prie pour que nous deux on commence la plus belle des histoires et que nous la terminions parfaitement bien, Je t'aime. e. ♥
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Alex, 16 ans, Nancy
Alors voilà, je ne sais pas comment dire ça mais j'ai vraiment beaucoup souffert cette année, entre ma meilleure amie qui m'abandonne, nos problèmes financiers, nos problèmes de logement, mes parents qui se font vieux mais qui continuent à foncer pour leurs trois enfants...
Je ne sais plus, je me sens mal, j'ai personne à qui me confier, j'ai l'impression de porter le poids du monde sur mes épaules. Je me sens impuissante et j'envie tellement ces autres enfants de riches qui ne se soucient en rien de leur avenir ou quoi que ce soit d'autre... Je suis perdue.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Vicky, 19 ans, Nantes
J'avoue, je mens à chaque fois que l'on me demande si je vais bien, en répondant "oui" avec un grand sourire qui est pourtant faux.
J'avoue, que je suis faible et que parfois l'idée de partir de ce monde me vient en tête.
J'avoue, que je n'ai pas d'avenir même si je fais semblant d'y croire.
J'avoue, je suis amoureuse mais je n'ose pas car ça ne sera jamais partagé.
J'avoue, je me sens mal et non aimée.
J'avoue que pour moi l'avenir parait ne pas exister.
J'avoue, je suis juste une fille idiote dont personne ne veut.
J'avoue, je ne sers à rien ici.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Nataska, 29 ans, Neuchâtel
J'avoue, que de choses ont changées. Je suis maman. Je suis mariée. J'ai un amant.
Je te trompe avec ton frère. Mais c'est plus que ça. Je pensais t'aimer... je ne savais pas ce que c'était qu'aimer. J'ai trouvé mon âme-soeur. C'est ton frère. quelle dommage. Quel gâchis.
Je l'aime. Je ne me suis jamais sentie aussi bien avec toi que ce que je sens quand je suis avec lui.
Il est au chômage, ça rend nos rencontre plus faciles.
J'avoue que j'aimerais qu'il trouve un bon boulot, que je puisse envisager de te quitter... mais quoi qu'il arrive ma lâcheté est toujours là. En serais-je capable ? Et puis il y a les enfants...

Je regrette de ne pas t'avoir quitter plus tôt. J'aurais pu faire ma vie différemment.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Princess.ox, 23 ans, Québec
J'avoue que si j'avais à t'écrire, ça donnerais un truc du genre :

Ça te dirait qu’on jase, toi et moi ? Il me semble qu’il y a longtemps qu’on n’a pas rigolé ensemble. Justement, ton rire me manque… Perçant et toujours de bon cœur, j’aimais autant mieux ton rire que tes blagues je crois, quoi qu’elles étaient très bonnes tes blagues !

Je pense encore à toi tu sais. Il me manque de croiser ton regard, ou de t’observer marcher. Sans trop comprendre pourquoi, depuis quelques jours, 1 semaines ou 2 peut-être, je n’ai que toi en tête. Je repense à tous ces moments, qui, maintenant, ne sont que du vent. J’aurais aimé en profiter plus longtemps.

J’imagine que le "timing" n’y était pas. Après tout, le chemin que j’ai pris, m’a apporté beaucoup. Un emploi que j’aime, un horaire que j’apprécie et un bon salaire. J’ai mon permis de conduire maintenant, l’aurais-tu remarqué ?! J’ai eu l’accord de mon médecin pour arrêter ma médication, je suis "sobre" depuis quelques mois déjà.

Si ça va bien ? Disons qu’il me manque mon petit chez moi. Mais sinon pour le reste, ça va. Je réapprends à me connaître, je découvre que finalement, j’avais une personnalité, un caractère, et des convictions. Mais sinon toi, ça va ? Je te donne des nouvelles de moi comme si ça t’intéressais, mais moi il est question de toi ici.

J’ai envie de t’écouter parler pendant des heures, d’apprécier ta philosophie de vie, de parler de tout et d’écouter la pluie. De marcher auprès de toi dans une soirée sombre d’automne. De regarder les premiers flocons tomber, la pleine lune refléter sur nos rivières, peut-être même de faire du vélo dans les flaques d’eau.

Sans cacher que je t’ai énormément apprécié, je ne te parle pas d’amour, ne t’en fait pas... Parce que je dois te dire que, même si maintenant j’aimerais voir tes barrières tomber pour détruire ce cœur de pierre, avant de te rencontrer, j’avais été "Mindé" à me caser, voila pourquoi je me dis qu’aujourd’hui je recommencerais du début, et cette fois ci, je ne laisserais rien se précipiter… Parce que j’avais un peu pour acquis, que, si je voulais de toi, tu voulais de moi aussi… Mais bref, d’ici là, eh bien, je me dis que j’en ai appris beaucoup de cette situation.

J’aimerais te souhaiter un joyeux anniversaire, à l’avance… ou en retard, tout dépendant si j’ai eu le courage de t’envoyer cette lettre à temps.
Je te souhaite énormément de bonheur ! Nous aurons certainement l’opportunité de discuter un de ces quatre.
À une prochaine fois.

Et je signerais :

'' mon prénom ''
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Une fille qui souffre, 15 ans, Toulouse
J'avoue que je souffre énormément de mon acné et cicatrices, des problèmes financiers de ma mère, de ma misérable vie, des multiples injures que j'ai eu à recevoir depuis l'apparition de mon acné, du rejet.
Devant les autres je joue la forte et celle qui n'a pas de problèmes alors que j'en souffre tous les jours.
Je ne peux plus vivre comme ça je fais tellement d'efforts pour ma mère sans emploi et j'avoue que j'envie toutes les filles belles riches avec de vraies familles et qui ont de vraies vies. Je n'en peux plus.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Nico, 18 ans, Liège
Jill, je t'aime, je ne peux pas vivre sans toi, j'ai besoin de toi au près de moi. S'il te plaît, comprend tout l'amour que j'ai pour toi, je n'en peux plus de te le cacher !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Medhi91, 40 ans, Montgeron
J'avoue que je serais toujours nostalgique de nos rdv secrets Dyna, ces vendredi soirs ou samedi soirs quand on se retrouvait près de chez toi...
J'avoue que dès le premier soir, s'embrasser, se caresser, se déshabiller, se lécher.. J'étais fou... Sur une musique d'Alicia Keys, tu dois sûrement te rappeler de ce cuni...
Tes seins, si beaux, si énormes, il faisait chaud dans la voiture, j'en bande encore là à y penser.
Et la musique se répétait les week-ends suivants, puis sans se voir des longs mois, on se retrouvait pour se manger à nouveau.
T'es la plus belle africaine que j'ai rencontré, et tu as la plus belle peau que j'ai pu caresser...
Pourquoi ne pouvons nous plus nous contacter, pourquoi cette barrière désormais ?
Je n'ai jamais pu te masser comme tu l'avais souhaité...
Et ce mail que tu m'avais écrit quand j'avais des soucis où tu disais : "voyons-nous ce soir..." je l'ai loupé à quelques dizaines de minutes près, ayant consulté ma boite 20 minutes avant, car ayant des migraines ce soir là, je suis parti me coucher...
J'ai vieilli oui, mais tu étais mon eau de vie, et posé là à tes côtés à discuter... ça me rajeunissait, cette paisibilité...
Depuis la mayonnaise a tournée, le vinaigre a rendu tout ça amère....
Je saurai être le plus discret comme au tout premier soir... si tu pouvais me recontacter...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Isys, 25 ans, Colombes
J'avoue que je déteste qu'une personne fasse quelque chose et s'en vante alors que je sais que je ferais mieux inévitablement.
J'avoue que j'aime mes formes je fais semblant d'être gênée quand on me regarde mais en faite j'adore, je porte sciemment des vêtements qui me moule à merveille pour dégouter celle qui ne rentre pas dans du 34-36 j'adore mes fesses elles sont tellement bien rebondis avec mon ventre plat mon homme est fier de moi et moi je suis fier de lui dans la rue tout le monde nous regarde on marche dignement main dans la main au même rythme et cela inconsciemment je l'avoue et nous regardons personne à part nous même. Aaah que c'est exaltant, j'avoue que je pense que nous sommes entouré d'une aura de roi et de reine, nous ne marchons pas nous foulons le sol... vraiment.

J'avoue que je déteste quelqu'un venant se vanter face à moi j'ai envie de lui rappeler fissa tous ses échecs et ses défauts.
J'avoue vouloir être la meilleur, en tout temps la plus belle en tout temps la plus sexy en tout temps.
J'avoue ne pas supporter la concurrence.
J'avoue que mon homme ne regarde jamais les autres femmes, j'avoue qu'il est dingue de moi, j'avoue qu'il m'aime beaucoup trop, j'avoue qu'on me dit souvent que je suis trop bien pour lui même et sa propre famille .... tristesse. J'avoue que ça intensifie mon amour pour lui j'avoue ne pas trop aimer les gens.
J'avoue trouver la plupart des gens inintéressant, j'avoue ne pas avoir de copine moche mais j'avoue les sélectionner sur ce critère j'avoue être une garce diplômé belle intelligente et extrêmement chiante et énervante que les autres femmes voudraient voir chuter. J'avoue que ça me renforce j'avoue être comme ça depuis ma tendre enfance, j'avoue avoir en ce moment même un sourire sournois.
J'avoue vouloir dominer tout ce que je peux, j'avoue vouloir être adoré c'est mal je sais mais je suis ainsi, j'avoue être narcissique hautaine dans mon comportement, j'avoue que c'est la première fois que je me vante, j'avoue ne pas en avoir besoin mon allure et mon charisme naturel s'en charge déjà pour moi j'avoue intimider beaucoup de monde et franchement j'aime ça !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Amande-noisette, 23 ans, Rhone
J'avoue, j'ai un soucis niveau "sentiment".
Je suis en couple depuis 5 avec mon copain, mais il ne ne veut toujours pas vivre avec moi et dès que j'en parle il trouve des excuses, la dernière fois que je lui en ai parlé il m'a dit dans 2 ans max ce sera bon.
Ensuite par moment il est immature, dit des phrase du genre : "Ouais gros comme ma B***".
M’empêche de m'énerver lors de dispute ou refuse tout dispute.
Le deuxième soucis est que je m'aime bien voir un peu trop son meilleur ami, on s'entend tout les deux très bien, depuis peu on se parle presque tous les jours ; on se taquine, et quand je lui demande quelque chose, il le fait volontiers et il est galant (mais mon copain l'est aussi) et j'ai l'impression que par moment il me regarde quand je regarde ailleurs.
Et je me déteste de penser qu'il peut y avoir un truc être le meilleur ami et moi, je trouve que faire c'est impardonnable et juste un sentiment à ne pas avoir.
Que faire ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Celia, 37 ans, Paris
J'avoue qu'avouer en face à face est en train de remplacer l'alcool et la drogue. C'est bon et ça fait peur, et ça accélère tout.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Dr cap-cyn, 18 ans, Paris
J'avoue que j'aime les films romantiques.
J'avoue que je déteste les films tristes surtout quand la fin aurait pu être heureuse.
J'avoue que la fac de médecine est bien relou mais j'avoue aussi que c'est le meilleur truc qui me soit arrivé.
J'avoue que je suis seule au monde.
J'avoue que les vacances me manquent.
J'avoue que je veux plus que tout devenir médecin.
J'avoue que je fais une fixette sur la fac.
J'avoue que ma famille est dingue.
J'avoue que je devrais dormir ou bosser.
J'avoue que j'ai déjà fantasmé sur plein de gens mais j'avoue que je suis toujours seule au monde.
J'avoue que je suis très timide.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -


Page Suivante >

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2019 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou