Recherche

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

11 aveux trouvés
Nous sommes sur la page 1 / 1

Melle_printemps, 24 ans, Paris
J'avoue que j'ai toujours autant de sentiments pour toi, peu importe ce qu'il s'est passé. J'avoue que malgré ça, je continuerai toujours de croire en nous car je trouve ça magnifique et tellement rare...
J'avoue j'ai envie de pleurer tellement je trouve ça magique quand on est ensemble.
On a beaucoup changé depuis qu'on se connait, surtout moi.

J'ai beaucoup grandi, évolué. Je sais ce que je veux vraiment aujourd'hui. Et ce que je ne veux plus. Et j'avoue ne pas cesser d'espérer.

J'avoue que quoiqu'il arrive, tu es et tu resteras celui que j'aime incontestablement.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle_printemps, 23 ans, Paris
J'avoue que ça faisait longtemps que je n'étais pas venue sur Javoue.com
J'avoue que j'ai plein de choses à avouer !

J'avoue me poser beaucoup de question sur mon ancien collègue avec qui je suis devenue depuis "amie". Je dis "amie" car cette relation est vraiment étrange : je dors chez lui, on parle, on rigole, on manque de déraper... mais en fait non. Et il ne se passera jamais plus que ça (et c'est très bien comme ça)... mais son attitude me laisse perplexe. Et la mienne aussi : il me trouble énormément, il y a une espèce d'attirance, c'est très étrange.

J'avoue que ma vie amoureuse ressemble à un série en ce moment (des exs m'ont rappelé à une semaine d'intervalle).

J'avoue que c'est LUI dont je parle dans chacun de mes aveux et pour lequel j'ai toujours des sentiments depuis fort longtemps qui a voulu me parler. Heureusement il ne m'a pas posé LA question qui tue, à savoir si j'ai retrouvé quelqu''un et ne m'a pas dit s'il était encore avec sa "copine" dont il se fout royalement (deux ans avec quand même, ben dis donc, si c'est ça en avoir rien à faire des gens...).
J'avoue qu'à chaque fois que je vois un espoir de passer à autre chose, il s'effondre et ce n'est pas faute d'avoir fait des efforts pour t'oublier. J'avoue que tu m'as dit être content de me revoir mais j'avoue que je vais continuer à t'ignorer pour me protéger !

J'avoue que j'ai quand même très envie de le serrer fort dans mes bras... (et pas que !)
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle_printemps, 23 ans, Paris
J'avoue je n'en peux plus de le voir toutes les semaines et me rappeler cette histoire. J'avoue que je suis toujours bloquée et enchaine depuis les échecs relationnels. J'avoue que mes sentiments pour lui sont toujours là, quoique je fasse...

J'avoue être dans une phase transitoire de ma vie professionnellement, j'avoue que c'est très difficile et je remercie les gens qui me sont proches de me soutenir dans ces épreuves. J'avoue que j'espère en sortir plus forte et dans une situation stable et enfin pouvoir commencer à penser à l'avenir. J'avoue que j'ai hâte d'avoir enfin le diplôme et l'emploi qui va avec tant attendus même si ça me fait un peu peur !

J'avoue que j'ai envie de sortir me changer les idées en mangeant à l'extérieur ce soir en compagnie de quelqu'un de proche mais que je ne le ferai pas car il faut que je me couche tôt !
J'avoue que ça faisait longtemps que je n'étais pas venue sur javoue.com et qu'on retrouve vite les petites habitudes !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle_printemps, 22 ans, Paris
J'avoue que moralement je me débrouille maintenant mais que LUI me manque toujours... IL s'est trouvé une "copine" dont il "se fout complètement" et a continué de me faire des avances (alors qu'il était avec elle depuis un bail) jusqu'à ce que je mette un gros stop en lui faisant remarquer. Mais il dit s'en ficher de moi, c'est très ambivalent comme attitude : dire quelque chose et faire l'inverse. J'ai tenté de me disputer avec lui pour passer à autre chose mais je suis toujours bloquée et ne veux que lui...

Sinon j'ai un stage et je poursuis toujours les études mais j'ai une peur bleue de rater mon année car j'ai du mal à travailler et rester concentrée avec tout ce qui s'accumule autour de moi...
Problème de famille, de voiture (toujours), et même d'amitié.

En effet, j'avoue je me sens en décalage complet avec mes amis depuis un moment. Ils sont tous plus âgés que moi mais je trouve leurs centres d'intérêts puérils pour la plupart. Je ne dis pas que je me sens supérieure, c'est plutôt que je n'ai pas vraiment le temps de faire "des choses de mon âge"... Et que je ne supporte pas qu'on essaie de me changer ou qu'on m'oblige à faire des gamineries ou m'intégrer dans un groupe (je suis plutôt solitaire).

J'avoue je suis toujours un peu perdue et j'aimerais juste m'évader et partir voir la mer.
J'avoue, je devrais revenir plus souvent sur j'avoue.com
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle_printemps, 22 ans, Paris
J'avoue, on a parfois l'impression que le ciel nous tombe sur la tête. Depuis nos multiples "je t'aime-moi non plus", j'ai l'impression de stagner. Je suis sortie quelquefois avec quelqu'un dont au final je me fous complètement, uniquement parce que je pense à toi, à toi et toujours à toi. Du coup je l'ai quitté.

Puis tu es revenu avec ce fameux "J'ai toujours des sentiments pour toi". On a parlé très longtemps et je t'ai encore cru. Sauf qu'à chaque fois tu fais de pire en pire. Et tu es de plus en plus lâche. Je n'aime pas souhaiter du mal aux gens mais j'avoue que tu m'y as fait penser....

J'avoue, je dois aussi chercher un stage, prendre des rdv partout et j'avoue, vraiment, je ne fais rien. Je n'ai envie de rien. Par dessus ça, ma voiture a quasiment rendu l'âme donc il faut que j'en trouve une assez rapidement.

J'avoue il va falloir que je me bouge, que je trouve la force d'avancer malgré tout. J'avoue, J'ai eu cette p***** de licence que j'attendais depuis si longtemps et une acceptation en master, je ne peux pas me permettre de tout gâcher.
J'avoue j'ai beaucoup de chance mais je ne sais pas le reconnaître. Non pas que je me plains, mais je n'arrive pas à me détacher du passé, des choses que j'ai perdu.

J'avoue les choses qu'on perd qui font le plus mal sont les personnes. Les pires chez moi sont mes neveux, toi et tes enfants. J'avoue, tout ce petit monde me manque. J'ai l'impression que c'est ça qui me donnait la force de tout combattre. Y'a rien de plus beau que le sourire d'un enfant. surtout de ceux-là....

J'avoue, vivement que je revois mon psy.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle printemps, 21 ans, Paris
J'avoue il s'est passé tellement de choses depuis que je t'ai quitté. J'avoue, quand tu m'as rappelé quelques semaines plus tard, complètement désespéré, je suis venue.
Tu me l'as reproché. Mais n'importe qui recevant un texto comme ça serait venu, même ton pire ennemi. Question de conscience morale.

J'avoue j'étais sûre de moi, je t'avais prévenu qu'il ne se passerait rien. Mais tu as insisté, et insisté pendant des heures que j'ai fini par craquer. J'avoue j'ai été faible. Mais tu m'as dit tellement de belles paroles et j'y ai -encore- cru.

J'avoue "mon p'tit chat" que je pensais vraiment pouvoir te faire confiance maintenant, vu ce qui s'était passé et ce dont on avait parlé. J'ai passé le noël le plus magnifique de toute ma vie, jusqu'à nos 1 an c'était le bonheur.
"Attends-moi" tu disais. Je n'ai fait que ça. Et puis quoi ? Tu me largues comme une vieille chaussette en me disant que tout est de ma faute ? J'avoue, là, c'est plus possible. J'avoue tu as un réel problème.

Et le comble, c'est que tu viens me parler comme si de rien n'était une semaine plus tard... Et tu m'en veux de mal réagir ?! Mais b*****, ça fait un an que tu agis mal, la seule chose dont je suis fautive c'est de t'avoir laisser faire et d'être tombée amoureuse de toi !
Dans un couple, on est deux, celui qui n'a jamais assumé tout ça, ce n'est pas moi !
Alors au lieu de me dire de me regarder dans un miroir fais le toi-même !

Tu n'es même pas capable d'être franc avec moi. J'avoue, tu ne te rends juste pas compte de la portée de tes mots. Comme un enfant. Tu ne peux pas dire à quelqu'un qu'il devient important pour toi si ce n'est pas le cas. Essayer de la convaincre qu'elle a tort quand elle dit 'Mais si tu n'est pas amoureux de moi, ça ne s'appelle pas faire l'amour ça s'appeler b*****', la retenir quand elle veut partir, la rappeler à chaque fois, utiliser 'NOUS' alors qu'elle disait toi et moi parce qu'elle n'y croyait pas. Tout faire pour qu'elle s'accroche pour au final la laisser tomber. Pourquoi faire tout ça si au final tu ne le penses pas vraiment ? Surtout quand tu es capable de dire des choses tellement horrible ensuite 'Je n'ai jamais voulu être avec toi', 'bah vas-y jette-toi d'un pont tant que tu y es !', 'je sais que tu as mal, ça s'appelle grandir, ce n'est que le début tu en verras d'autres !', et j'en passe...

J'avoue je n'en peux plus de t'entendre dire une chose puis son contraire. Tellement de belles choses (que j'aurais soit disant imaginé) et tellement de mauvaises aussi (lesquelles bizarrement sont passées inaperçues).

J'avoue j'ai l'impression de crever à petit feu.
J'avoue j'ai mal. J'avoue Tu me manques. Malgré tout, je t'aime quand même. Mais plus jamais revivre ça. Le problème reste encore que c'est moi qui souffre et pas toi. J'espère qu'un jour, tu te rendras compte de ton attitude vraiment *********** avec moi.
J'avoue, c'est peut-être mieux ainsi pour toutes les raisons qu'on connait si bien. L'avenir que nous n'aurons pas ensemble ce ne sera pas à cause de toutes les complications environnementales (notamment la différence d'âge et nos passés respectifs assez conséquents) mais bien de ton attitude pas constructive du tout. Je trouve ça écœurant que tu n'aies même pas fais l'effort d'essayer. J'avoue que tu as agi comme le pire des s*****. Et que tu es persuadé que tu as raison. C'est triste. J'avoue, Je préfère ne pas m'étendre davantage pour ne pas dire des mots qui dépassent ma pensée.

J'avoue, de toute façon c'est trop tard maintenant.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle_printemps, 21 ans, Paris
J'avoue que ça fait maintenant deux semaines et demi que je t'ai quitté 'dé-fi-ni-ti-ve-ment'. Je dis ça parce que je n'ai pas encore réalisé. J'avoue, ça fait des mois que tout le monde me dit de le faire parce que tu ne me respecte pas. Il parait que je te cherche toujours des excuses.

J'avoue, j'ai 'rencontré' quelqu'un par hasard (vive la magie des numéros inconnus et de l'emprunt de téléphone), avant même de te quitter. J'ai senti son odeur en lui disant bonjour pour la première fois, et j'avoue avoir pensé 'pourquoi l'ai-je quitté et qu'est-ce que je fous là avec ce mec ?'. J'avoue, je crois qu'il espère quelque chose de plus que de l'amitié et j'ai peur qu'il soit déçu, car ce n'est pas mon cas.
J'avoue, après l'avoir rencontré le premier jour, juste après s'être dit au revoir, je me suis mise à pleurer. En rentrant, je suis passée devant chez toi et je n'aurais voulu qu'une chose c'est me glisser dans tes bras. Je crevais d'envie de t'envoyer un texto "Tu me manques" mais je ne l'ai pas fait.

J'avoue, je lutte chaque jour pour ne pas t'appeler. Je me demande ce que tu fais, où tu es, avec qui. Heureusement, mes amis sont là pour m'empêcher de recommencer, mais moralement, je suis presque à bout. Il suffirait de pas grand chose pour retomber dans tes bras, mais je vais bien me garder de te le dire. J'avoue, je n'arrive pas à m'empêcher d'espérer.

J'avoue, je ne peux pas voir mon psy pendant plus d'un mois, alors merci Javoue.com de le remplacer un peu !
J'avoue aussi, à la fac, on est surchargé de travail, et je ne bouge pas mes fesses pour le stage.
J'avoue, je suis fautive mais je remets toujours tout au lendemain et fait tout à la dernière minute, c'est un de mes défauts. J'avoue, j'espère que ma situation matérielle, professionnelle et amoureuse va s'améliorer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle_printemps, 21 ans, Paris
J'avoue que je ne sais plus quoi penser en ce moment (oui, ça m'arrive tout le temps).

J'avoue que je ne sais pas si je pourrais continuer longtemps cette 'liaison' (puisque ce n'est pas une 'histoire'). Tu le sais que je suis amoureuse de toi, et ça depuis des mois, qu'est-ce qui cloche ?!
J'avoue tu m'as vraiment fait du mal. J'en viens à me demander si je n'ai vraiment pas une piètre estime de moi-même pour rester dans cette situation. Mais j'avoue que j'ai récemment découvert des choses insoupçonnées chez moi avec toi et que j'ai pas envie que ça s'arrête, peu importe l'avis des gens, peu importe ce que tu m'as dit (oui, j'espère encore que ça change, je n'arrive pas à me dire que j'espère pour rien).

J'avoue, tout le monde est en train de me tourner le dos. J'avoue je m'en doutais. Je ne sais pas comment ça va finir cette histoire et ça ne me fait même pas peur.

J'avoue mes cours, j'ai vraiment la flemme. Je sais qu'il faut que je sois sérieuse mais certains profs abusent un peu. On n'est pas tous dans la même situation matérielle, professionnelle etc. rendez-vous compte !

J'avoue j'ai envie de rester seule ce soir, mais une copine m'a demandé de venir la chercher et j'ai accepté. Je n'ai qu'une parole, ça ne se fait pas de se désister à la dernière minute (mais ça me fait bien c****, pardon.).

J'avoue j'ai envie de me défouler sur la première personne qui va me chercher. Depuis cette histoire avec ma sœur je suis très susceptible.

Enfin, j'avoue qu'on ne dit jamais assez qu'on les aime aux gens à qui on tient vraiment. J'avoue j'ai failli te le dire tellement de fois mais j'ai peur de le faire.

Merci Javoue.com, ça fait du bien de dire ce qu'on ne peut pas dire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle_printemps, 21 ans, Paris
J'avoue que je revois mon psy, et que ça n'a pas l'air de m'aider plus que ça.
J'avoue qu'il m'a dit que j'étais un peu trop dans les extrêmes, avec moi c'est tout ou rien. Je veux bien admettre que j'étais comme ça avant, pourtant je ne pense plus l'être, ou plus autant.

Tout ça pour laisser apparaitre le fameux sous-entendu "Vous l'aimez trop, vous vous accrochez et vous ne devriez pas".
Alors, mettons les choses au point : Oui, je l'aime trop, mais non je ne me m'accroche pas. Même s'il y a toujours cette lueur d'espoir de le retrouver un jour, je ne tente pas désespérément qu'on se remettre ensemble.

J'avoue, oui, je préfère souffrir de l'aimer en silence que de le lui dire, ou de couper les ponts, ou je ne sais quoi d'autre. Pourtant, je ne suis pas masochiste.

J'avoue je ne sais juste pas aimer à moitié. Mais me demander de passer à autre chose maintenant c'est au-dessus de mes forces. Quand on aime vraiment, on garde des marques indélébiles dans notre cœur. On peut essayer de les dissimuler mais elles seront toujours là ; et selon la force de l'amour porté, elles sont plus ou moins profondes... On empêche pas un cœur d'aimer.

Tous autant que vous êtes, famille, amis, etc., sachez que je ne dis jamais tout ce qui se passe dans ma vie. Alors, acceptez-moi comme je suis et arrêtez de me juger.

Merci Javoue.com de me laisser m'exprimer !
J'avoue, j'aimerais tellement que ça se passe autrement...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle_printemps, 21 ans, Paris
J'avoue que je ne sais plus comment agir. Avec toi, avec les autres. Je dis à tout le monde que ça va, mais dès que je suis seule, je ne fais que pleurer. J'avoue que personne ne m'a jamais manqué à ce point là, j'avoue que je n'ai jamais aimé personne comme ça.

J'avoue que je ne comprends pas pourquoi je n'arrive pas à te parler malgré tout ce que j'aimerais te dire. Tu penses que "c'est mieux comme ça" mais j'avoue que je n'arrive pas à m'y faire... J'ai tout le temps envie de te câliner dès que je te vois, c'est tellement difficile de ne pas le faire !

J'avoue que même si je le voulais, je ne peux pas me passer de toi, de nos discussions, de nos câlins...
Le peu de personnes avec qui j'ai voulu en parler m'ont dit "ça passera blablabla..."
Mais j'avoue que je ne vois pas très bien où la vie peut me mener sans toi. C'est con je sais, mais je t'aime et je n'y peux rien. Tu me manques tellement...
Quoiqu'il arrive, je pense que jamais plus je ne vivrais quelque chose comme ça (Je ne suis pas fataliste, juste réaliste, quand on casse un objet et qu'on essaie de le réparer, il ne retrouve pas exactement son aspect de départ, on voit les marques...).

J'avoue que je fais ma vie en essayant de ne pas penser à ce qui pourrait arriver, je ne m'attends plus à ce que tu reviennes...
Mais j'ai tant besoin de toi, j'avoue que j'aimerais qu'on reste très proches...

J'avoue que je suis complètement perdue mais tant qu'on sera là l'un pour l'autre, ensemble ou pas, je m'en fous complètement.
J'avoue que même si ne plus être avec toi me rend malheureuse, je suis vraiment contente de te connaitre, d'avoir la chance d'être là pour toi, et j'espère pour longtemps.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Melle_printemps, 20 ans, Paris
J'avoue que petit à petit, tu as pris une place très conséquente dans ma vie. J'ai mis du temps à réaliser et aujourd'hui j'ai tellement peur de te perdre...
J'avoue que j'aimerais vraiment que tu arrêtes de douter de toi, et de nous, parce qu'on s'en fout des autres et de ce qu'ils peuvent penser. (surtout une certaine personne en particulier...)

J'avoue qu'on n'a pas choisi la facilité mais que je n'aurais pas peur tant que je serais à tes côtés. J'avoue, je t'aime. Je ne pensais pas qu'un amour pur et sincère comme celui-là pouvait exister. Et j'espère vraiment que toi et moi, c'est pour longtemps. Très longtemps.

J'avoue, j'aimerais que si un jour tu lis ce message, tu te rendes compte que je ne veux aucun autre que toi. Merci d'être qui tu es.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -



Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2017 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou