Recherche

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

22081 aveux trouvés
Nous sommes sur la page 1 / 884

Nolwenn, 31 ans, Belgique
J'avoue, que tu es l'homme qui a le contrôle de la situation. Nous étions devant la cheminée, ce soir, dans le sud de la France.
J'avoue que tu sais que je suis très sensible, délicate et une personne sensuelle. Tu me tiens dans tes bras, tu retiens mes bras, tu me tires les cheveux, tu fais pencher ma tête vers l'arrière, tu me maintiens fermement et m'embrasse le cou et jouis de me faire cette sensation.

J'avoue que tu m'as maintenue dans tes bras pendant un long moment, me couvrant de baisers partout, me tirant les cheveux encore.
Tu entends mon râle, ma voix sensuelle, ma voix féminine, ma voix érotique...

Tu continues encore et encore à m'embrasser partout. Tu te délectes de la douceur de ma peau et de mon odeur.
Tu ne te lasses de me regarder, d'observer mes courbes, mes rondeurs. Tu te saisis de mes mains et m'embrasse le front, ça me fait frissonner, j'en tremble encore.

Juste avant, pendant toute la journée, tu me caressais et m'embrassais non-stop. Tu tenais ma main et tu es devenu jaloux lorsque tu t'es rendu compte que tous les hommes me regardaient et qu'ils me désiraient, mais je ne m'en étais rendu compte car je n'avais d'yeux que pour toi.

Tu avais follement envie de moi et tu n'en pouvais plus, mais tu as fait durer le plaisir. Tu prenais un malin plaisir à me voir faiblir de plus en plus tellement j'en avais envie. Je suis à toi, je suis faible, j'ai envie de toi.

Tu m'embrasses et m'attrapes violemment jusqu'à ce que je te supplie de me prendre. Je te fais des compliments, j'aime ta tendresse et je te le redis : « je suis à toi ».
Tu me tiens fermement, me regardes droit dans les yeux et pénètres en moi, très doucement et précautionneusement parce que tu sais que je suis extrêmement sensible et serrée. J'aime tellement que je n'arrive plus à me retenir, je m'accroche à ton dos, je tire tes cheveux, enfonce mes ongles dans tes épaules, je te regarde dans les yeux et j'hurle, j'en pleure de bonheur, j'en tremble. J'ai tellement de plaisir que je me sens encore plus sauvage.

Je t'adore, tu le sais. Tu te sens adoré comme jamais. Tu ressens le vrai homme qui est en toi, qui a le contrôle total sur moi. Fort et puissant, aimé mais adorable et amoureux.

Tu m'embrasses et me prends follement. Tu te saisis de mon visage et me réconfortes tendrement avec ta voix, jusqu'à ce que je te sois entièrement dévouée et que je réalises que je te voulais tant puis que je n'ai jamais rêvé de quelqu'un aussi fort que toi. Je ne voulais pas que tu t'arrêtes, je ne voulais pas que ça s'arrête.

J'avoue que je ne sais pas ce que je ferai sans toi, les larmes coulent mais tu me réconfortes encore plus, tu me serres contre toi fort et tous les deux nous explosons.

J'avoue, je t'aime !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Coquelicot, 25 ans, Mont-de-marsan
J'avoue, je me déteste.
J'ai été tellement stupide de croire que tu pourrais m'aimer un jour, tellement idiote de croire que tu voudrais de moi. Je t'aime depuis l'instant où j'ai entendu le son de ta voix mais toi tu ne m'aimeras jamais.
Tu as juste profité de la situation, d'une bonne opportunité. J'espère avoir été un bon coup et que tu t'es bien amusé. Tu as été l'une de mes plus belles erreurs. J'aurais jamais dû te parler. Tu m'as totalement détruite et j'ai totalement perdu l'espoir de trouver l'amour un jour.
Cependant j'espère que toi tu l'as trouvé et que tu ne lui briseras pas le cœur, et qu'elle ne brisera jamais le tien.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Mymy dcn, 23 ans, Montpellier
Il est 4h10 du matin. Comme chaque nuit je n'arrive pas à dormir. J'écoute des chansons folk au rythme doux pour meubler le silence dans mon appartement et aussi ma solitude.

J'ai envie d'avouer beaucoup de chose, mais je vais surtout avouer ma faiblesse. Je me suis toujours sentie forte, j'ai toujours tout fait moi-même, j'ai toujours refusé que l'on m'aide. C'était à la fois un choix et une obligation. Mais je sais aujourd'hui que comme n'importe qui je peux m'effondrer et que mon corps peut lâcher. Aujourd'hui j'essaye de prendre mieux soin de moi. Mais j'admets qu'un peu d'aide ne serait pas de refus. Une épaule sur laquelle me reposer, un peu d'écoute et puis une présence tout simplement. A 23 ans je sais que je ne dois pas rester seule.

C'est un peu un appel à l'aide que je lance. Si une bonne âme, une oreille ou même un chevalier (on peut toujours espérer, ça ne coûte rien!) vient jusqu'à moi je saurai que les miracles existent encore dans cette galaxie.
Je souhaite à tous de trouver et de garder cette personne qui vous soutient et qui est là quand tout va mal et tout va bien.
Bonne nuit à tous !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Agent secret j, 37 ans, Paris
Tatiana, je repense à notre à notre saint valentin un midi au bout du square du vert galant. A la rose que je t'ai offerte attachée par un ruban à cœur que nous avons attaché au saule. Tu sera toujours dans mon coeur, amie, amante, enivrante.
Ce message virtuel, éphémère, tel une bouteille à la mer n'a d'autre sens que celui de libérer mes pensées.
Je le sais, peu importe où la vie nous a mené. Au fond de moi ça ne m'a jamais quitté...
Je t'aime.

J'espère que tu te souviens aussi parfois de cet amour et qu'il continue de briller quelque part au fond de toi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

World, 23 ans, Paris
J'avoue... j'ai pensé à toi tous les jours depuis qu'on s'est rencontré. Tous les jours lorsque je pensais à nos délires. Lorsque j'entendais ta voix ou que je te voyais sur la caméra, je pensais à quel point je voulais te voir vraiment.

Quand je t'ai vu les seules fois où cela est arrivé... J'aurai voulu que l'un de nous sois plus téméraire... qui sait ? On se serait peut être embrassé. J'aurai voulu un jour savoir ce que cela fait de t'embrasser. T'avoir dans mes bras.

Tu m'obsèdes, j'en ai marre de penser à toi, marre des regrets des doutes et des remords. Je suis désolée de t'avoir fait attendre pour rien... Je t'aime, j'en ai marre de t'aimer. Dis-moi de t'oublier, de couper les ponts ou dis moi de t'aimer, bats-toi pour moi. Je ne sais pas ce que je veux. Je veux juste pouvoir vivre sans me torturer l'esprit et je suis désolée d'être aussi égoïste et de ne pas pouvoir te voir dans les bras d'une autre. Je ne m'y résout pas. Je suis jalouse, et complètement obsédée par un homme que j'aurais pu avoir.

Tu sais tu as de l'humour, tu me fais rire, tu me fais plaisir et tu me fais du bien, rien qu'en te parlant je souris, je me sens mieux. Tu ne m'as jamais déçue, ou même fait pleurer. T'es trop bien pour moi. T'es beau, mignon, gentil, attentionné et marrant. La seule chose qui a décidé pour nous c'est le courage qui nous manquait...

Je m'excuse pour t'avoir fait souffrir si c'est le cas. Je m'excuse si j'ai été égoïste sans le savoir, et de l'être aujourd'hui consciemment. Je m'excuse de pas t'avoir choisis alors que maintenant je me tords dans le doute.
Ta déclaration a été la plus belle de ma vie... Je la relis bien trop souvent, je la connais par cœur.
Merci, je sais qu'il faut que je te laisse, que je t'oublies. Mais je te remercie de l'amour que tu m'as porté. Je porterais mon amour pour toi, quitte à me faire du mal pour ça, mais tu t'es laissé de côté pour mon bonheur, et je dois en faire de même puisque tu dois l'être maintenant, heureux.
J'essaierais de me taire, promis j'essaierais. J'espère que je tiendrais.
Je t'aime sache-le, je pense que je n'arrêterais jamais de t'aimer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

World, 21 ans, Paris
J'aime deux hommes. Je suis en couple avec le premier et le second est aussi en couple avec une autre.
Ça fait 4 ans que j'aime les deux, 4 ans que l'autre m'aime aussi et récemment il s'est mis en couple. Je n'arrive pas à l'oublier. Qu'est ce qu'il se serait passé si on avait été plus téméraire ?
Est-ce que j'aurais une chance avec lui un jour ? une occasion ? Est-ce que je serais obsédée toujours par lui ? Est-ce que j'ai une chance d'oublier que je l'aime ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Lys, 18 ans, Montereau
J'avoue avoir pris un ou deux verre de trop lors de cette soirée.
J'avoue m'être laissée séduire par ce garçon.
J'avoue même avoir flirter avec lui.
J'avoue l'avoir touché, caressé.
J'avoue m'être fait caressé.
J'avoue avoir apprécier ses caresses, leurs douceurs.
J'avoue avoir dit à la cousine de ce garçon que ce garçon était tout ce que je détestait avant la soirée.
J'avoue avoir menti à cette fille lorsqu'elle m'a demandée ce qu'il c'était passé avec lui lors de cette soirée.
J'avoue avoir voulu recommencer.
J'avoue avoir menti à mon copain quand il m'a demandé ce qu'il c'était passé à cette soirée.
J'avoue lui avoir dit avoir oublié ce qu'il c'était passé alors que je me souvenais encore de chaque caresses échangée.
J'avoue avoir détesté mentir.
J'avoue m'être promis de ne jamais plus avoir à faire avec ce garçon.
J'avoue avoir reparlé et flirter avec ce garçon.
J'avoue m'en vouloir amèrement.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Mon p'tit bout, 29 ans, Ardennes
J'avoue qu'après pas loin de 6 mois d'abstinence pour cause de célibat, je me décide de céder a un plan cul. Il me demande ce que j'aime, je lui ai dit que j'aime quand c'est sauvage, j'avoue que j'aime quand ça claque.
J'ai eut à faire a un mini chaton au lieu d'un tigre. Si je vous dis que ça a duré 5min, que c'était plutôt une coquillette qu'un macaroni...

J'avoue qu'il m'a dit je vais te démonter et que la seule chose qu'il a démonté c'était mon moral, et ma conviction de dire adieu à mon orgasme potentiel
J'avoue qu'en un an et demi de célibat c'était la deuxième fois que je cède au plan cul mais j'avoue que ce sera la dernière.

Ahhh ma misère sexuelle...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Elodou01, 18 ans, Lyon
J'avoue, j'en ai assez, assez de me sentir brimée, de ne pas pouvoir avancer comme je le pourrais à cause de gens qui n'en valent pas la peine.
J'en ai marre d'avoir l'impression d'être toujours dans la retenue, pour ne pas blesser, ne pas vexer, ne pas empêcher les autres de faire ce qu'ils souhaitent, j'en ai marre de ne jamais faire ce que je souhaite vraiment, marre de toujours faire en fonction des autres et de leurs états d'âme qui ne me concernent pas.
Je suis en prépa, je suis majeure et je m'estime mature.

Et pourtant ?

Je ne me gère qu'à moitié, je n'ai que la bride à moitié lâchée, alors que je pourrais être tellement autonome !

Mes collocs m'empêchent de faire ce que je veux de mes soirées (musique ma passion, du sport, ou même travailler tranquillement), mes parents me poussent à travailler toujours plus alors qu'ils n'ont même pas une seule idée de ce que c'est que la prépa, ils ne savent pas que quand je leur dis "oh, je n'ai pas beaucoup travaillé ce soir !" Ça veut dire "Cool j'ai travaillé que 2h sur les 3h30 habituelles !"

Et puis quoi encore ?

Je prends mes rdv chez le médecin, j'arrive à me débrouiller pour trouver absolument tout le nécessaire pour un traitement allergologie et ils arrivent encore à me dire de patienter 2 ans que j'aie un frigo parce qu'ils n'ont pas la capacité de m'en acheter un petit pour l'internat... Soit, ils ne peuvent pas, mais alors qu'ils me laissent pouvoir commander ce que je veux sur internet avec MES sous que J'AI gagné en travaillant !

J'en ai assez, tellement marre, je pourrais faire tellement de choses si ils me laissaient gérer mes économies moi même !
Et encore, je ne parle pas du fait que je ne peux plus jouer de la musique qu'occasionnellement, pareil pour le dessin, et même mes recherches pour préparer mon concours d'ingé son sont compromises par absolument tout le reste.

J'avoue, j'aimerais tellement être seule, totalement seule, parfois, pouvoir me retrouver avec moi même, hurler un coup, courir, arrêter de tout intérioriser, travailler quand je veux, réussir ma prépa, mon école... Si seulement je n'avais pas tous ces boulets à traîner derrière moi, toutes ces barrières que je dois franchir et qui ne sont dues qu'aux autres...

J'avoue, j'en ai marre.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

N.s, 18 ans, Belgique
Cher Jill,
J'écris ici car je ne sais comment te le dire en face, cela va faire deux ans qu'on se connaît et presque autant que je suis tombé amoureux de toi. Tu es la personne la plus merveilleuse que j'ai pu rencontrer, tu es belle, drôle, souriante, bref parfaite !
Quand je vois tes yeux, je ne peux m'empêcher de me noyer dans leur bleu, ta présence m'aide à me sentir tellement mieux dans ma peau que parfois j'en oublie la réalité et je n'arrive plus à descendre sur Terre, j'oublie que j'ai peur, que je vais mal.
Malheureusement, ce que je viens de dire plus haut, je n'arriverai peut-être jamais à te le dire et tu sortiras de ma vie aussi vite que lorsque tu y es entrée. Cette idée m'effraie tellement que rien que d'y penser me rend triste.
J'ai peur de te le dire car j'ai peur de ta réaction, depuis qu'on se connaît on a toujours été proches mais ces derniers on s'est quelque peu éloignés. Tu me donne l'envie de devenir quelqu'un de meilleur, je serais prêt à tout pour ton sourire ravageur !

Mais si aujourd'hui tu es revenue, j'ai peur que lorsque j'avouerai mes sentiments, tu repartes à nouveau me laissant seul comme je l'ai été depuis le début de ma vie. De plus je ne sais pas ce que tu penses réellement de moi, quand tu es là tu es tellement proche qu'on dirait que tu me fais une place dans ton cœur mais une fois partie j'ai l'impression que tout cela n'est qu'un jeu pour toi et que tu m'oublies vite, aussi tu caches tellement ta vie que je ne sais même pas si tu as quelqu'un d'autre !

Alors si il existe quelqu'un ou quelque chose qui pourrait m'aider à tout t'avouer, et bien qu'il se manifeste et me donne la force et la possibilité de le faire, c'est peut-être mon unique et dernier espoir.

Voilà, je viens de jeter cette bouteille à la mer, pourvu que j'y arrive !

A demain Jill, enfin je l'espère du plus profond de mon cœur
Nico
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Blackligjr, 14 ans, Paris
J'avoue être victime d'une timidité maladive, qui m'empêche de vivre au quotidien.
J'avoue être ce genre de fille tapie au fond de la classe qui payerait tout l'or du monde pour devenir invisible.
J'aimerais que personne ne me voit, et d'ailleurs je m'habille en conséquence : pulls amples, couleurs sombres comme tout le monde pour me fondre dans la masse.
J'avoue exprimer un profond respect pour toutes ces personnes qui ont la force d'être qui ils veulent, d'assumer leur style vestimentaire et leur personnalité.
J'avoue que j'aimerais qu'on me sourie, qu'on me fasse des compliments, mais j'avoue que je prends peur des que quelqu'un tente de m'approcher.
J'avoue que je me méprends à haïr ces filles qui hurlent pour se faire remarquer, mais que tout le monde aime.
J'avoue que j'aimerais bien aborder un garçon gentil qui partage mes centres d'intérêts, mais j'avoue ne pas savoir comment faire.
J'avoue que personne ne prend mon problème au sérieux, et qu'on me voit juste comme une fille bizarre.
J'avoue qu'être comme ça devient une réelle torture dans la vie de tous les jours.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Mikael, 40 ans, L'hay-les-roses
J'avoue que j'ai fait envoyer de la documentation à des personnes de mon entourage à leur nom sans demander leur autorisation. Beaucoup de gens se plaignent de mes envois postaux sans permission. J'ai fait cela parce que je ne peux pas m’empêcher d'envoyer des plans de métro aux autres sans leur permission. J'ai la manie d'écrire pour les autres. Je demande pardon à ceux qui s'en plaignent.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

R22, 22 ans, Paris
J'avoue avoir su que tu étais en couple lorsque nous nous parlions. J'avoue, que tu m'écrivais alors même que tu étais dans le lit à côté d'elle. J'avoue penser encore à toi alors que je n'ai plus eu de tes nouvelles depuis quelques mois... Mais je ne peux te sortir de mon esprit.
Je suis fatiguée de ne penser qu'à toi.. tu me rends triste et tu le sais sûrement.
À partir d'aujourd'hui c'est fini.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Lullaby, 33 ans, Antibes
J'avoue que je t'aime mon amour mon bébé mon coeur mon chéri... Mon plus grand amour... J'ai juste pas le choix de partir après ce qui s'est passé. Sinon je vais juste passer mon temps dans la peur que ça se reproduise...
J'en peu plus d'encaisser ton mal-être, que je peux comprendre, mais que je ne peux plus porter... J'en peux plus de recevoir une rage qui ne m'est pas destinée...
Tu as fait de moi une femme autant que tu m'as bousillée... Tu me manques, c'est horrible, j'ai l'impression de m'amputer...
Tu me manques...
Tout me rappelle toi... TOUT... Pourquoi as-tu tout envoyé valdinguer en si peu de temps... Tant de temps et d'énergie à construire... Et en un souffle tu as détruit tout espoir d'avenir pour nous deux...
Je t'aime mon amour et je te quitte...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Moi, 36 ans, Lille
J'avoue, j'ai un conjoint avec lequel je suis depuis 3 ans. Au lit, tout se passe plutôt très bien et nous innovons souvent. Récemment nous avons fait l'acquisition d'un gode ceinture avec lequel nous prenons beaucoup de plaisir tous les deux. Sauf que hier je suis rentrée alors que mon chéri ne s'y attendait pas et je l'ai surpris avec le gode dans les mains, perdu il voulait le cacher mais n'a pas eu le temps. Le pire de tout c'est qu'il nie ce que j'ai vu... je ne sais comment réagir et j'avoue que cette image me hante..
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Sansidee, 22 ans, Paris
J'avoue j'ai cherché un site pour parler, même si j'suis bien entourée.
J'avoue j'vais pas être très marrante aujourd’hui.
J'avoue que j'déprime, que malgré que j'sois entourée j'ai l'impression d'être la personne la plus seule au monde, que y a personne à qui je peux parler.
J'avoue que j'ai l'impression qu'mon mec m'aime plus, qu'il s’en fou.
J'avoue que j'ai mis des lunettes pour que personne voit mes larmes ce week, j'veux pas être cette bouffonne qui pleure.
J'avoue que j'me sens profondément délaissé, mal aimé, inintéressante.
J'avoue que je suis la non fumeuse qui à un paquet à coté d'elle.
J'avoue m'être renseigné sur les troubles de la personnalité cette après midi.
J'avoue avoir l'impression de devenir folle et déprimé.
J'avoue que j'suis pommé.
J'avoue j'ai b'soin d'en parler.
J'avoue j'sais pas si c'est le meilleur endroit.
J'avoue ça devait être marrant ça l'est pas.
J'avoue j'avais juste besoin de sortir quelque chose de moi.
J'avoue je ne m'aime pas.
C'est ni pitié ni compassion que je recherche là.
Peut être un ami dans l'anonymat.
Peut être juste me libérer j'avais besoin, vous dire ça.
J'avoue j'sais pas si j'suis HS.

J'avoue, j'crois que j'ai b'soin d'aide.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Nna, 49 ans, Tours
J'avoue, j'ai changé de boulot après un ras le bol.
Nouveau boulot, nouvelles responsabilités, nouveau stress... J'avoue, je ne suis pas à la hauteur. Mon moral est au plus bas, je pense sérieusement à en finir. Avec tout.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Moi, 36 ans, Paris
Je n'ai qu un seul regret dans ma vie, c'est de ne pas t'avoir quitté lorsque j'ai appris que tu me trompais.
J'aurais dû te laisser partir pour elle et ne jamais accepter que tu reviennes.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Loul, 14 ans, Bruxelles
J'ai une double personnalité schizoïde, et je ne l'ai pas dit a mes proches... pour ceux qui se demanderaient ce que c'est, c'est un mélange de deux maladies. Pour faire simple, je suis normalement sociable, heureux, joueur, etc. mais j'ai développé une deuxième personnalité, qui a remplacé la première, et qui est schizoïde (aucun attrait pour la vie sociale, peu ou pas d'amusement, bref une vie fade). Si j’étais juste schizoïde, ce ne serait pas gênant, mais à cause de la présence des 2 personnalités, il est vraiment dur de vivre...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Jiji, 28 ans, Paris
J'avoue,
Je suis en couple avec ma copine depuis 4 mois je suis fou amoureux d'elle et elle aussi.
Ma copine habite à 80 kilomètres de chez moi et je la vois une fois par semaine.
Le problème c'est qu'elle occupe entièrement mes pensées et je suis jaloux lorsque je n'ai pas de nouvelles de sa part.
Pouvez-me donner des conseils afin de moins me prendre la tête et m'éclairer afin de savoir si une relation a distance et possible ou je devrais lâcher afin de moins souffrir.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Daffodil Lament, 30 ans, Paris
J'avoue que les femmes sont menteuses, mauvaises et manipulatrices.
J'avoue que quelque chose ne tourne pas rond dans leur tête.
J'avoue que quand elles veulent un homme, ce dernier n'en a que faire... J'avoue que quand c'est l'homme qui la veut, cette dernière au mieux s'échappe, le fait souffrir ou l'abuse et le trompe.
J'avoue que tout ce que je voulais c'est être amoureux, honnête et vivre cette histoire avec toi Pénélope.
J'avoue que j'ai été trop bon.
J'avoue que je t'ai tout donné, parce que j'y ai cru.
J'avoue, tu m'as trompé, tu m'as quitté après tout ce que j'ai fait pour toi.
J'avoue que tu m'as dis que tout allait trop vite.
J'avoue, je ne suis pas con, je sais que tu en vois d'autres.
J'avoue, que ça me peine énormément. J'essaie de ne plus penser à toi, mais tu hantes encore mes rêves.
J'avoue que je me fais du mal. Mal en voulant revenir vers toi et te pardonner.
Mal, car tu ne me rappellera jamais et que tu n'en n'a rien à faire de moi.
J'avoue que j'avais envie de me battre mais qu'après ce que tu m'as dit, j'ai perdu tout espoir.
J'avoue que je crois que l'amour est mort aujourd'hui !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Orsik, 21 ans, Aix
J'avoue que je suis à bout.
J'avoue qu'avec toi j'ai perdu mes repères.
J'avoue que je m'en veux terriblement, mais que la faute t'incombe aussi.
J'avoue, je te déteste, mais que j'ignore comment me détacher de toi.
J'avoue que j'en fou plus une depuis que t'es partie, que je suis une pure loque et que j'ai pas l'énergie d'avancer.

Vis à vis de ça, c'est de ma faute et qu'il faudrait que je me foute un énorme coup de pied au cul, même si j'en vois pas l’intérêt.
J'avoue que je pleurs encore ton départ, qui commence à remonter dans le temps. Je ne crois plus en moi, j'ai l'impression que c'est de ma faute.

Je sais plus quoi faire de ma vie maintenant que tu l'as laissée en plan et ça me fait mal au cul. J'en peux plus, j’attends un signe, car dans ces conditions-là ça va pas pouvoir durer longtemps.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Cat, 16 ans, Paris
Je t'aimais en silence mais à la différence de toi, tu l'as avoué à voix haute mais c'était grâce à ta sœur qui t'a énervé. Aujourd'hui tu es moi, je croyais qu'on était lié qu'on aimerait toujours... J'ai eu tort tu t'es mis en couple.
J'avoue j'ai pleuré. Moi, une fille qui ne pleure jamais car je ne suis jamais tombé amoureuse même envers les autres, je ne comprenais pas cette larme soudaine peut être que c'est ça l'amour quand celui-ci nous échappe, on est triste.
Bref, en plus j'ai déménagé... que ta vie soit heureuse, tu le mérites même si ça me fait tellement mal.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Mikoo13, 36 ans, Marseille
J'avoue me masturber souvent, d'avoir trompé ma femme juste pour le sexe, d'avoir eu une maîtresse qui aimait être dominé, je pouvais la dirigeait comme bon me semble.
Des fois je lui demande de laisser la porte ouverte et de m'attendre à quatre pattes, en costume de soubrette, elle adorait que je la tire par les cheveux pour me sucer que je la force aller plus loin en lui maintenant sa tête bien fermement après je la baisai en lui tirant les cheveux en lui disant qu'elle était ma chienne, qu'elle était à ma disposition pour la baiser et cela la faisait jouir.
Je ne la revois plus car je me suis fais chopé, mais des fois quand je suis en manque j'ai trop envie de revenir son maître après j'aime ma femme et je ne veux plus lui refaire de mal.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -

Princesse, 29 ans, Nantes
J'avoue je t'aime toujours. J'avoue que cela fait un an que c'est terminé. J'avoue avoir envoyé deux textos sur ton ancien numéro, j'avoue m'être fait envoyé sur les roses par le nouveau propriétaire du numéro. J'avoue penser à toi chaque jours. J'avoue que c'est dur ma douce. J'avoue espérer que pour toi aussi ce le soit. J'avoue que je donnerai tout pour te retrouver. Je t'aime.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -


Page Suivante >

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2018 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou