Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 1 / 891

Passipa, 26 ans, Paris
J'avoue que j'ai toujours rêvé d'être photo reporter, photo journaliste et paparazzo.
Dans mes rêves, je suis en train de me balader avec mon appareil en main, prêt à dégainer : clic ! Ça y est j'ai la photo du siècle.

Dans la pratique, je faisais une photo improvisée d'un groupe et une des filles s'impatiente et me lance : « Tu veux prendre mon cul en photo ? ». N'y croyant pas un seul instant, je baisse l'appareil pour demander un peu de sérieux... Quand soudain, la dite demoiselle joignit le geste à la parole. Exécutant aussitôt un lever de robe bleue et affichant un magnifique boule souligné par un string rose flashy !

J'avoue que toute l'audience était scotchée. J'avoue que moi aussi... Tellement ébloui par cette belle pleine lune que je n'ai pas eu le réflexe de prendre la photo.
J'avoue que quand les potes sont venus me dire : « montre la photo », j'ai eu honte de leur avouer que je n'ai pas été assez rapide et que je n'ai aucun cliché de la scène...
J'avoue, je viens de réaliser que le métier de reporter photographe ou paparazzo ce n'est définitivement pas pour moi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Paulette, 28 ans, Perpignan
J'avoue que j'étais au centre commercial : je tends mon téléphone au vigile pour qu'il scanne mon pass sanitaire, il me dit « pas besoin pour les mineurs ». Putain, elle est efficace la crème anti-ride Lidl !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Jobijoba57, 50 ans, Thionville
J'avoue qu'hier, ma femme et moi étions seuls à la maison sans les enfants l'après-midi. Ma femme n'a pas été trop tenté par une culbute, que je suggérais, si bien qu'au sortir de la douche, elle est allée dans le salon regarder des séries. Moi, je suis resté dans la chambre et j'avoue qu'après le repas, sur mon lit, j'ai pris mon sexe entre les mains, pris des mouchoirs et me suis discrètement branlé, espérant ne pas me faire surprendre par Madame. Je m'en suis mis partout en plus. Je n'avais jamais fait ça auparavant mais ma femme m'a excité et il fallait que je me vide les couilles. J'avoue aussi qu'au moment où mon sperme a coulé dans le mouchoir, je pensais à une autre aussi. Rien que d'écrire ça, j'ai envie de recommencer et de me masturber... Ce matin au réveil, je me suis collé à ma femme et je l'ai ensuite tringlée. Curieux car je n'ai pas senti après le même bien-être que jeudi dernier, date de notre dernier rapport.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Lisette, 36 ans, Marseille
J'avoue que je déteste profondément ma collègue. J'ai pour elle une aversion vraiment pas chouette. Elle m'a fait des coups tordus certes. Et aujourd'hui, dans le bureau vide qui est la salle avec les ordinateurs communs, elle avait laissé sa boîte mail perso ouverte.
Une petite voix me disait de fermer tout de suite cette fenêtre mais bien sûr je ne l'ai pas écoutée.
J'avoue, j'ai fouillé les mails de ma collègue et je n'en suis pas fière. Ça n'apporte rien de faire ça.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Lulu, 38 ans, Quimper
J'ai depuis 8 ans un homme que j'aime tendrement. Cependant, depuis que je le connais, c'est son frère qui me fait fantasmer... Je m'imagine des choses très soft mais terriblement excitantes pour moi... J'avoue faire exprès de lui toucher le bout des doigts quand on s'échange quelque chose, j'avoue le regarder intensément quand je suis dans la maison et lui dehors, j'avoue chercher son regard et ne pas le laisser fuir quand je le tiens... J'avoue aimer ce petit jeu de séduction... J'avoue aussi que j'aurai l'air ridicule s'il me proposait d'aller plus loin car c'est hors de question... Mais arriverais je à tenir le coup ? À refuser ses baisers ? Refuser ses caresses qui me font vibrer rien qu'à les imaginer... J'avoue que c'est pour ça qu'on évite de se retrouver seul tous les deux...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Bonbon, 22 ans, Montréal
Je ne suis attirée sexuellement que par les hommes mûrs depuis toujours. J'ai en ce moment une liaison avec un ami de mon père dont je connais l'épouse que j'aime beaucoup. Je me sens un peu coupable et je veux toujours tout arrêter mais quand il m'appelle je ne peux pas résister. Ce qui m'inquiète c'est que notre relation devient de plus en plus passionnée et il prend des risques. J'ai peur de ce qui pourrait arriver.
Mais quand il pose ses mains sur moi j'oublie mes bonnes résolutions. Je sais que je devrais m'éloigner de lui mais lui et sa femme font partie des amis proches de mes parents depuis avant ma naissance. Et étant aux études je vis encore chez mes parents. Il veut que je déménage en appartement pour nous donner plus de liberté. Je ne sais plus quoi faire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Ramote, 39 ans, Strasbourg
J'avoue, je suis très à la pointe de la technologie. Toujours avec les derniers gadget comme mon enceinte Google Home.
Elle a changé ma vie depuis, je passe mon temps à discuter avec elle.
Mais j'avoue... Je me surprend à lui répondre "merci" quand elle fait ce que je lui demande ?
Est-ce grave docteur ?
Suis-je la seule à remercier OK Google ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Hypocrite, 20 ans, Paris
J'avoue être amoureuse de mon meilleur ami, j'avoue être amoureuse de toi même après avoir passé des mois à dire à notre groupe de potes que c'était faux. Nous avons littéralement un fan club pour notre couple, ma sœur, des amis en dehors de l'école et même des profs nous disent qu'on irait bien ensemble, et nous ? Nous on réagit pareil à chaque fois, on frappe la personne en disant n'importe quoi.
J'avoue t'avoir poussé dans les bras d'une de mes amies pour me prouver que je ne t'aimais pas, j'avoue l'avoir regretté et m'être secrètement réjouis quand ça n'a pas marché entre vous, j'avoue avoir voulu péter un câble quand tu as embrassé ma meilleure amie à une de nos soirées, je n'avais pas le droit d'être en colère : toute la soirée nos potes nous ont dit de nous embrasser et j'ai été la première à refuser à chaque fois, je n'ai pas le droit de vous en vouloir surtout si ce n'était qu'un bisous bourré, mais je lui en veut quand même, malgré qu'elle ne soit pas au courant de mes sentiments. J'avoue détester devoir t'écouter parler de toutes les filles avec qui tu pourrais sortir.
J'avoue avoir envie de pleurer quand je t'entends dire que tu préfères les blondes.
Je suis brune.
Même si il y avait une chance que tes sentiments soit réciproques, je t'ai probablement fait comprendre que je ne t'aimerai jamais, je suis une menteuse.
J'avoue avoir été une connasse, à notre soirée récente, nous étions à 2 dans le hamac collés dans le froid et en étant bourré je t'ai dis que je n'avais pas envie que tu sortes avec cette fille avec qui tu parles pour l'instant, quand tu m'as demandé pourquoi je n'ai simplement pas répondu en te demandent de ne pas me le rappeler le lendemain car j'aurai probablement oublié avoir dit ça.
Mais je m'en suis souvenue, et ça tu ne le sais pas et je ne sais pas si ça à changé quelque chose en toi, cette soirée où on a fini par dormir à 2 sur un bar, ta main dans mes cheveux, moi amoureuse de toi, toi me voyant comme ta meilleure amie.
J'avoue que tout mon groupe d'amis est ou va bientôt être en couple et que vous entendre dire qu'il faut me trouver un mec me donne la rage, je n'ai pas besoin de trouver un mec je le veux lui.
Et comme je n'aurai jamais assez de tripes pour lui dire je suppose que je vais juste le regarder se mettre en couple sans agir et le regretter.
J'avoue ne pas savoir si je préfère être égoïste ou le laisser être heureux avec cette fille qui lui conviendra sûrement
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Bad, 20 ans, Torcy
Comment expliquer ? Je ne sais pas par où commencer... Comment puis-je être si débile ? J'ai failli brûler l'appartement à mes parents. J'avais allumé le feu pour chauffer de l'huile et j'ai oublié et voilà le résultat !
J'avoue, maintenant, mes parents sont désespérés, ils me font plus confiance. Mais c'est compréhensible en fait. Ils méritent pas une fille débile comme moi. j'aurai pu mourir si y avait pas une fille qui a sonné chez moi.
J'avoue, je ne sais pas comment la remercier ! Je ne sais pas quand je vais la rencontrer mais je veux lui dire que merci beaucoup. Tu m'as sauvé la vie ! Merci merci énormément.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Lilou, 30 ans, Paris
J'avoue j'étais en route pour un entretien super important.
En sortant du taxi, telle une femme d'affaire, je jette mon sac sur mon épaule et je fais tomber une bouteille de Givenchy qui s'explose à mes pieds...
L'odeur m'a bien affichée à l'accueil, puis comme un écho dans l'ascenseur où tous les employés m"ont reluqués, en passant par la salle d'attente où elle m'annonçait déjà en fanfare me suivant jusque dans le bureau du directeur...
J'avoue que je n'ai pas eu le poste.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Lola, 22 ans, Caen
J'avoue, je ne me sens pas épanouie dans ma vie sexuelle. Je vis avec mon copain, mais je trouve qu'on ne fait pas assez l'amour. J'ai des envies démesurées, je ne l'ai jamais trompé mais parfois j'ai d'autres envies...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Tyty29, 29 ans, Paris
J'avoue qu'on était sur la place du palais-royal à regarder ces danseurs de tango.
Tu étais avec ta soeur et ton amie puis tu t'es exclamée : « moi aussi, je veux danser ».
J'avoue qu'à ce moment on s'est regardés et on s'est souri.
Je t'ai dit de la main que tu pouvais entrer sur scène mais tu avais l'air hésitante.
Le fait que tes compagnons soient absorbés sur leur téléphone pour chercher leur chemin n'a pas aidé car elles étaient déjà en train de partir.
J'avoue qu'il y a eu une belle complicité dans nos regards qui s'est confirmée quand tu les as suivies tout en continuant à me lancer des regards par dessus ton épaule, et ce même à travers la foule...
J'avoue que je fais le malin mais je ne sais pas du tout danser.
J'avoue que je suis tellement nul mais que si tu veux bien me montrer j'aimerai essayer.
J'avoue, voudrais-tu m'accorder une première initiation à la danse belle inconnue ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Parea, 27 ans, Montréal
J'avoue que les réfrigérateurs des autres m'ont toujours horrifié.
J'ai ce souvenir très bizarre et cette sensation qui me revient aussitôt où je vois ces steak hachés et ces jus posés ça et là, sans couvercles dans leurs frigos.
J'avoue prendre avec précaution chaque brique de crème fraîche et inspecter la date de péremption.
J'avoue, c'est toujours un bordel sans nom et de surcroît, rien n'est à la bonne place.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Amy Leen, 27 ans, Paris
J'avoue que la vie d'expat en France n'est pas très facile.
Parmi le lot d'erreurs embarrassantes qu'il m'arrive de faire, il y a les fautes grammaticales.
J'avoue que l'autre jour au travail, j'ai enfin compris l'intérêt de ne pas me tromper sur les accords de genres des mots en français.
C'était le premier jour dans une très grande entreprise de luxe et je voulais demander une souris pour mon ordinateur.
J'avoue que je suis allée voir ma boss et je lui ai demandé "un souris".
J'avoue qu'elle est restée bloquée, sans parler pensant que je lui avait demandé "un sourire".
J'avoue que je me suis jamais sentie aussi embarrassée pendant 30 secondes car je suis passée pour une harceleuse auprès de ma patronne qui pensait que je lui demandait de sourire...
J'avoue que les genres ne sont pas faciles et ça me fatigue de me tromper à chaque fois mais il faut que je pratique plus.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Sandy, 28 ans, Dijon
J'avoue, chaque soir, quand je ferme les yeux, même dans les bras de l'époux, c'est vers toi que mes pensées s'envolent.
J'avoue que je nous vois enlacés tendrement sur ton canapé.
J'avoue que je l'aime et que je t'aime aussi. Je sais que vous n'y comprendriez rien ni l'un ni l'autre. Je sais que je ne veux perdre aucun de vous.
J'avoue que j'ai envie, putain tellement envie !, De savoir comment tu embrasses et caresses.
J'avoue que ça fait une putain de décennie que je pense à toi. Et que rien ne bouge. Parfois tu m'envoies des messages ou des photos de plus en plus tendancieux voire osés mais dès que je me rapproche tu files comme une anguille.
Je ne te comprends pas. Ou peut être que si. Mais je ne veux pas admettre que tes raisons soient valables. La loyauté... C'est beau et chevaleresque... Mais tellement désuet. Et frustrant surtout.

J'avoue que ce jour là, seuls dans ton appart... Je me suis fait violence comme jamais pour ne rien tenter. Par respect pour toi, parce que je sais que tu préfères nier tes envies et tes sentiments. Mais je les vois sur ton visage. Je les entends dans ta voix. Et je les ai vu transparaître ce jour là. Je savais que j'aurais pu essayer mais je ne voulais pas que tu me repousses comme il y a 10 ans... Je ne l'aurais pas supporté, pas en ce moment.

J'avoue... Tu voudrais mais tu ne veux pas. Ça commence à me gonfler... Mais pourtant je continue chaque soir à penser à toi.

Malgré cette éternelle alternance de chaud et froid, je continues à avoir envie de toi. Ça m'énerve pourtant. En ce moment tu es dans le froid, tu ne m'écris presque plus. Et je suis un peu fâchée de ton attitude si changeante. Alors chaque jour je lutte pour ne rien T'écrire, pour ne pas être celle qui fait le premier pas encore... Mais...
J'avoue... Tu me manques de ouf.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Ololot, 38 ans, Québec
J'avoue, je me suis pogné un petit drone.
Je l'ai testé.
Je l'ai pété.
Je l'ai réparé.
Je l'ai ré-essayé.
Tout était fantastique.

Il a volé, volé haut.
Pis je l'ai perdu. J'avoue.

Un 20 minutes magique.
Une excellente dépense.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Taaliyah, 20 ans, Montpellier
Cela fais plus d'un an que je ne suis plus avec mon ex Nathan... Il s'est mis en couple avec une amie que l'on avais en commun, depuis je ne me suis pas remise je l'aime toujours et je me voile la face. J'arrive pas a m'en défaire. Cependant j'ai rencontré une personne entre temps, mais peu à peu s'est créee une dépendance affective. Je me sens mal je ne sais plus quoi faire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Accro, 28 ans, Paris
J'avoue que je prends mon pied uniquement quand le sexe est sale et que le langage est fleuri.
J'avoue adorer me sentir soumise et contrôlée.
J'avoue fantasmer sur mes collègues de travail, même plusieurs années après.
Hicham, tu ne liras jamais cet aveu, mais sache que je m'imagine dans ton lit chaque nuit.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Mauricienne, 27 ans, Paris
J'avoue que j'ai trompé mon copain lors d'un séjour à l'étranger il y a plusieurs années.
J'avoue qu'il m'avait délaissé depuis plusieurs mois et que je ne me sens pas coupable.
J'avoue qu'il n'en sait toujours rien et que je ne compte jamais lui dire.
J'avoue que mon amant, bien que peu expérimenté, avait des doigts de fée et savait s'y prendre et me prendre.
J'avoue qu'il m'a fait jouir avec sa langue comme jamais et que j'y repense souvent encore aujourd'hui.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Lisa, 38 ans, Paris
J'avoue que je suis profondément triste. Triste et en colère contre tout. Je me sens seule et incomprise. Parfois j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps, d'avoir gâché ma vie. J'aimerais parfois pouvoir remonter le temps et ressentir à nouveau la joie de vivre. Retrouver ce sourire. Je ne sais même pas comment j'ai pu le perdre d'ailleurs.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
L., 23 ans, Mons
J'ai l'impression que rien ne va dans ma vie en ce moment. Je suis en très grande partie au chômage à cause du covid. Suite à ça (mais pas que), tout mes proches veulent que je trouve un travail ailleurs. Mes recherches n'étant pas très fructueuses, mon copain (et d'autres proches je pense également) doute que je cherche réellement un autre job... Cela me décourage parfois dans mes recherches et me fait sentir mal à l'aise, car c'est vrai que je pourrais postuler plus mais je ne le fais pas.
Pendant tout ce temps libre, je culpabilise de ne pas travailler ou de vouloir faire des choses qui me font envie. Ca me donne aussi beaucoup trop de temps pour réfléchir.
Réfléchir à des choses qui me font douter. Est-ce que c'est normal que mon copain et moi n'avons pas beaucoup de conversation ? Pourquoi on ne s'appelle pas quand on n'est pas ensemble pendant plusieurs jours ? J'ai l'impression qu'on n'a pas grand chose à se dire. Est-ce que c'est normal que j'aille beaucoup plus souvent chez lui que l'inverse ? Est-ce que c'est une bonne idée d'acheter une maison ensemble directement ? Est-ce que notre relation fonctionnera quand on habitera ensemble ? Est-ce que je serai heureuse, est-ce qu'il me laissera faire des choses qui me font envie (partir en vacances, faire des activités, sortir...) ? Est-il seulement attentionné quand il veut faire l'amour ?
Y a-t-il quelqu'un à qui je peux/veux me confier ?
J'ai donc beaucoup de craintes en ce moment, et je me rends compte qu'une grande partie de mes craintes concerne mon copain ... Je l'aime, je ne veux pas le quitter mais j'ai l'impression qu'on est tellement différents. Peut-on vivre ensemble en étant si différents, en ayant des centres d'intérêts si éloignés ?
Puis-je vivre en me posant tant de questions ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Nachila, 22 ans, Lyon
J'avoue qu'il y a des jours où j'en ai marre de toutes ces obligations du quotidien.
Aller en cours pour un diplôme qui n'a plus aucun sens, pour prolonger la souffrance dans des études supérieures qui ne me mèneront à rien, ah si perdre mon temps à me casser la tête, m'abîmer les yeux à lire des niaiseries.
J'avoue qu'il y a des jours où j'ai même plus l'envie d'écouter ma playliste et mes chansons favorites, comme un ras-le-bol de tout !
Rien à foutre de vos réseaux sociaux, de vos faceboucs à la con, de vos snap débiles, de votre twitter ramassis de haine, de vos selfies puérils sur instagram.
Pas que ça à foutre que de rester la journée devant mon pc pour écouter une chargée de TD lire ses foutues notes, qui nous demande d'allumer la webcam pour vérifier qu'on est bien en train de l'écouter.
J'avoue que je m'en fous de toutes vos revendications, de vos faux combats, de vos illusions vaines, de vos personnalités égo centrées, jalouses, méchantes et mauvaises. J'ai juste envie qu'on me foute la paix, laissez-moi respirer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Laura97, 23 ans, Latour Bas Elne
J'avoue que depuis que j'ai eu mon diplôme et fais quelques expériences professionnelles autour de cela, je cherche du travail mais je reçois beaucoup de refus ou aucune réponse. Je ne sais plus quoi faire et à cause du fait que je ne trouve pas travail, on me critique sans arrêt.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Pomme BB, 33 ans, Paris
J'avoue que je me suis sentie grande le jour où je suis entrée à la fac.
J'avoue que je me suis sentie adulte le jour où j'ai reçu ma première vraie fiche de paie.
J'avoue que je me suis sentie MILF la première fois qu'on m'a appelée madame.
J'avoue, je me suis sentie réellement trentenaire quand j'ai du commencer à porter des lunettes.
Mais putain j'avoue que je me suis jamais sentie aussi vieille que quand un mec de 20 ans m'a dit que mon ordi acheté en 2013 était "Trop vintage" pour le réparer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Pasdenom, 18 ans, Lyon
J'ai pas d'amie, j'ai aucune vie sociale chaque jours je me lève j'ai 0 notification j'ai l'impression d'être un fantôme et d'avoir aucune importance; j'en rigole j'en fais des blagues à ma sœur 'j'ai pas d'amis hahaha trop drôle" alors qu'en vrai je m'y fais pas. Même avec mes cousines je n'arrive pas à rester en contact ! Le problème viendrais de moi ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami

Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2021 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou