Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 2 / 891

Ben, 31 ans, Liège
J'avoue, je dois te dire merci pour certaines choses. Merci à toi d'être toi. Merci de m'avoir écouté, merci d'avoir cette honnêteté et cette franchise, merci d'être toi tout simplement.
J'avoue que je suis tombé sous ton charme et j'ai du mal à me dire que ça ne sera pas possible de t'embrasser, de te serrer contre moi, de sentir ton parfum, de tenir ta main, de passer du temps à te regarder de face ou de dos.
Tu n'es pas libre, je ne le suis pas non plus et pourtant je brûle d'envie de t'emmener avec moi au bout du monde.
Je suis désolé, je ne devrais pas te raconter tout cela et je n'arrive pas à t'expliquer pourquoi je ressens cela, peu t'importe mais rationnellement c'est difficile. Pire que l'historique de la fougère.
J'ai une boule au ventre en pensant à toi et j'ai bien peur que celle-ci ne fasse que grossir.
Difficile dans un texte de mettre de l'intonation alors je vais simplement te dire...Oh bordel tu me plais !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Cassandra3101, 25 ans, Roanne
J'avoue qu'il y a plein de choses que je n'aime pas chez moi, à commencer par mon poids. Je prends, je reperds... C'est un mal être surtout vis-à-vis de mon homme car je me sens moche. Et j'ai peur de ne plus lui plaire. Ensuite des cicatrices depuis toutes petite qui elles aussi me dérangent. Je manque aussi de confiance en moi.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Lunatic, 23 ans, Saint-Denis
J'avoue que je mens beaucoup à mes parents, je dépends d'eux financièrement vu que j'étudie dans une autre ville, je bois je fume je sors beaucoup la nuit et je perds de l'argent par-ci et par-là.
J'avoue que je prétend être malade à chaque fois que j'ai besoin d'argent j'ai même menti à propos du loyer je me sens mal et je n'arriverai jamais à leur dire vraiment car je sais qu'ils seront très furieux et déçus.
Dernièrement j'ai eu un rapport non protégé avec mon copain et je n'ai pris aucune contraception, maintenant je retourne chez mes parents pour plus d'un mois et j'ai peur de tomber enceinte déjà ils ne savent même pas que j'ai un petit ami et faire l'amour est quelque chose qui pour eux est interdit avant le mariage. Pour préserver cette image de la fille innocente, je mens beaucoup et ça me fait mal.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Stéphanie, 32 ans, Barcelone
Pourquoi j'aime ce mec ? Parce que oui.
J'avoue que je n'ai pas pu répondre précisément ou sortir une réponse parfaite du genre : "il est beau, il est intelligent, il prend soin de moi, il m'écrit de beaux sms... "

J'avoue, je ne peux pas le dire parce que je l'aime. Cela va au-delà de l'entendement.
- Parce que tu l'aimes ?
- J'avoue, je ne sais pas pourquoi... Désolé de ne pas répondre à tes questions stupides, je l'aime point barre.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Hommeinfidèle46, 53 ans, Lyon
J'avoue que lorsque j'en ai l'occasion, je rencontre des escorts. J'en ai vu des formidables, qui faisaient l'amour de telle façon que je me sentais aimé. La dernière m'a permis une sodomie de folie. J'ai pu la pilonner presque sauvagement, et pourtant je l'avais prévenue que cela pouvait lui faire mal vu la taille. Puis, nous nous sommes masturbés mutuellement, et elle a joui aussi, ce qui m'a fait plaisir. Elle embrassait goulûment, bougeait divinement bien. Quel pied. Je lui suis reconnaissant. Merci Chloé
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Mia, 22 ans, Le Perreux-sur-Marne
J'avoue que j'ai failli reprendre un pack de lait au supermarché parce qu'hier il m'en manquait pour faire une soupe de monstres, j'étais super déçue d'ailleurs... Et là je me suis rappelée que c'était dans Zelda que j'avais voulu faire cette recette... pas dans la vraie vie...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Virginie, 35 ans, Nanterre
J'avoue me poser des questions de savoir si je me suis pas trompée en retournant vite vers quelqu'un, même si on s'était dit "plus de contact quand tu trouveras quelqu'un", ayant encore des sentiments pour toi (c'est fort probable que j'en ai, sinon je réagirais pas comme ça).
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Ninie, 35 ans, Nanterre
J'avoue ne pas pouvoir m'empêcher de reparler avec mon ex (étant en couple depuis 6 ans et demi), ce faisant 6 ans et demi qu'on a rompu officiellement. Est-ce que ce court écart entre la rupture avec mon ex et la rencontre avec mon conjoint (environ 2 mois d'écart) a une incidence ?
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Tristessa, 30 ans, Montréal
J'avoue que j'ai envie de pleurer.
J'avoue que ma vie de couple est un échec, malgré tout mes efforts. Pour une raison obscure, il a décidé de s'enfermer dans sa chambre, de m'ignorer. Bien oui, il a sa chambre pas parce que je le voulais, mais parce qu'il voulait avoir son espace à lui.

Je suis là ne sachant plus quoi faire. Je suis découragée, triste et ne sait plus comment améliorer la situation. Je travaille 5 jours semaine. Il ne travaille pas depuis 9 ans. Il reste à la maison. Il reçoit un petit revenu. Je paie la plupart des choses. Je dis rien. Il a un problème d'alcool. Je fais avec. Malgré tout mes efforts, ce n'est jamais assez. Il est habitué d'être très à l'aise. Moi, j'ai un revenu correct sans plus. J'arrive à payer mes choses et les siennes. Il apprécie, mais il est très critiqueux. Je me sens jamais assez bien.

Pourtant, j'en met de l'eau dans mon vin pour ne pas réagir à ces sottises. Il me demande beaucoup de patience. On a changé d'appartement, jeudi, on signe un nouveau bail. Il dit vouloir qu'on en parle. Je marche sur des oeufs. J'aurais voulu que ça fonctionne. Je me sens comme si je faisais tout les efforts. Monsieur reste là assis pendant que je fais le ménage. Je cuisine pour qu'on mange bien. Je m'assure qu'on ne manque de rien. Pourtant, ça ne semble pas suffisant. J'abandonne, je ne peux pas faire plus. Je laisse cette situation dans les mains d'une puissance supérieur. Je ne peux pas faire plus. Je vais essayer de dormir. Il est tard. Je me lève dans 3 heures.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Banane triste, 36 ans, Montréal
J'avoue que ça faisait quelques semaines que j'étais avec ma blonde et je lui demandais de me faire une petite gâterie.
Chose qu'elle refusait systématiquement.
Un soir, où je ne m'y attendais pas, où j'ai rien demandé, elle me fit pour la première fois une fellation.
Soudain, je l'entends me dire : "ah bon ? et bien c'était la première et la dernière fois que je te suce".
J'avoue que je m'étais endormi, et elle l'a très mal pris.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
4:20, 20 ans, Bordeaux
J'avoue qu'on a craqué hier soir, qu'on devrait pas, c'est une liaison interdite. Mais ça la rends encore plus désirable, tu m'attires vraiment énormément.
J'avoue avoir quelque problème de santé que je ne parle pas. Mais hier, grâce à toi, je me suis endormie sans la boule au ventre. Tu as apaisée mes maux, et je n'attendais pas à au temps de douceurs de ta part. Merci.
J'avoue qu'il faut vivre ça vie, car on en a qu'une.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Ta.ia, 18 ans, Montmagny
J'en ai marre que ma mère me voit comme un démon, une punition. Marre de devoir cacher ce que je ressens, marre de mon corps. J'ai l'impression que ma vie ne m'appartient plus. Parfois il m'arrive d'avoir si mal au cœur que je veux crier et tout casser. J'ai l'impression d'être vraiment devenu ce démon que mes parents disent ; un monstre incapable d'aimer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Sun95l, 17 ans, Louvain la neuve
J'ai 17 ans et je vis avec des parents géniaux. J'ai une vie à quelque détails prêt parfaite mais il y a un trou noir à tout ça. Je n'ai jamais vraiment eu de relation sérieuse parce que en même temps je ne sais pas pour qui je dois ressentir quelque chose. Je suis complètement perdue. Je ne suis pas lesbienne mais je ne crois pas être hétérosexuelle non plus. Je suis perdue entre tout. Je n'ose pas en parler avec mes parents mon père est pas très réceptif pour ce genre de chose. Parfois ma vie est comme une attraction. Un moment je suis comme une reine en haut et un autre moment je suis au bout du rouleau. Je ne sais pas ce que je dois faire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Banane62, 34 ans, Beux
J'avoue que je ne devrais pas attendre de ses nouvelles, de regarder toujours si je n'ai pas un mail de lui qui me ferait penser que je lui manque.
J'avoue je ne devrais pas car ce n'est pas mon mari, on s'est juste rencontré, vu trois fois, envoyé 10000 sms, fait des déclarations d'amour, embrassé comme pas permis, se toucher sans jamais dépasser cette limite.
Lui qui ne voulait pas perdre le contrôle car il a une femme.
Qu'elle c... que j'ai été de croire en tout ce qu'il m'a raconté, de croire à ses mots doux... A croire en lui.
Trop bête d'être tombée amoureuse de lui.
J'aurais pu tout quitter pour lui...
Et là il me laisse sans nouvelles de lui, sans rien. J'aurais espéré qu'il craque et me dise que je lui manque, qu'il pense à moi.
Mais je suis tombée bien bas à attendre des choses de sa part.

J'avoue Mathieu je t'en veux énormément et tu n'es pas le mec bien que tu prétends être.
Tu es un lâche qui a peur de son ombre. Un menteur...

Je rêve de te mettre une gifle pour ce que tu m'as fait subir. Ces sentiments pour toi que tu as fais naître en moi pour les piétiner après...

Sache que je suis une femme déçue et en colère.

J'avoue tu me manques...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Regrets, 30 ans, Paris
J'avoue, j'en peux plus en fait je crois. J'en suis sûre. C'est trop. Enfin, comprenez ! Réalisez un peu !
On ne m'autorise plus à travailler, danser, partager, créer, rigoler, baiser, rencontrer, serrer les gens dans mes bras (alors que je ne le fais pas), leur dire que je les aime, boire des shots avec eux, ou juste n'importe quoi, vibrer, ressentir, espérer, aimer, m'élever, tomber, me relever, et j'en passe... Non. Tout ça m'est interdit maintenant.
Bonne ou mauvaise cause, je ne suis pas décisionnaire et ne souhaite pas l'être...
Mais voilà, en ce même temps, oui, en ce temps où l'on me demande de faire abnégation, où l'on arrête une manifestation pacifique faite en musique, (je laisse les termes à chacun), où l'on se fout royalement de la représentation populaire de la culture globale, dans les rues, chaque semaine; dans ce même temps je disais, on autorise publiquement, en rassemblement, des gens à me traiter de meurtrière.
On m'oblige, alors que je n'ai pas le droit de faire entendre de musique de mon balcon, à regarder passer ces manifestations légales (elles oui !!!). Que dis je, Ô pardon ?! Ces rave party (le mot rassure il paraît), ces réunions de bien pensant, de simples d'esprits, d'étriqués, de mal baisés, de simple connards qui osent dire de moi, que je suis une femme trop faible pour m'être défendue contre le grand méchant Loup, que je suis une femme bastillonnée, lâchée, perdue, que j'ai agit comme une broyeuse à poussins, (sorry pour les nuggets).
Qu'on me libère !!! Qu'on me libère de votre sombre idiotie, à tous. Qu'on m'explique pourquoi je dois vivre ça. En 2021. La légalité de la manifestation n'explique pas l'étrangeté de la chose, des priorités, de l'absence de cohérence... Rien ne va. Quand je vois ça, rien ne va. Et on confond tout. Et on me retient de faire trop de bruits, de respirer, de parler trop fort...
J'avoue, fallait pas me le dire deux fois. Je crie, je m'exclame, et je hurle : j'avoue, je vous emmerde. Royalement. Simplement.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Moloi, 33 ans, Boulogne
J'avoue, sérieusement avec vos Stories d'apéro en appart avec les potes, gardez-les pour vous. C'est déjà assez irrespectueux et égoïste de faire ça donc évitez d'agacer ceux qui respectent.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
L'inconnue, 28 ans, Tours
En couple, malheureuse. Mes pensées reviennent toujours à toi. Coup de foudre littéral tant physique qu'intellectuel, moral et sensuel. Confinée, me voilà qui étouffe. Pas seulement à cause de l'enfermement mais à cause de cette vie que je mène dans laquelle je ne me retrouve pas ou plus. J'ai envie de respirer à plein poumons, changer de vie et pourquoi pas te revoir, toi qui habites encore mes pensées mais qui n'as pourtant été que de bref passage dans ma vie...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Moi, 40 ans, Paris
J'avoue F... tu m'attires follement.
J'adore nos échanges par sms sur les maths.
J'avoue me surprendre a essayer de te draguer, te frôler.
Tu me troubles énormément.
J'ai envie de sentir ton corps sur le mien, tes lèvres sur les miennes, ta langue, t'enlever ta culotte.
J'ose imaginer que tu souhaites la même chose et cela m'excite.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Alain, 39 ans, Suisse
J'aimerai avouer une envie venue de nulle part pour une collègue de travail que je trouve super sympa ! Pas besoin d'être une top model, du moment que tu es pas trop mal et en plus vraiment sympa du coup à mes yeux tu es magnifique Ta... J'aimerai bien que tu lises ceci car j'oserai jamais te le dire mais j'ai vraiment envie de toi, il me semble que tu me regardes différemment et j'oserai jamais car une fois tu m'avais dis que jamais avec quelqu'un du travail, ce qui est bien dommage car en fait c'est encore mieux ! Avec moi ça ne se saura jamais, crois-moi.
ll te suffit de lire ce message et de me le faire comprendre et moi je ferai le reste.
On est "pris" les deux mais je m'en fous. J'ai envie d'être avec toi je suis sur qu'on s'entendrait bien..
Fais-moi signe s'il te plait, tu as toutes les occasions que tu veux surtout je me débrouille pas trop mal pour être le plus souvent près de toi lorsqu'on mange a midi.
J'avoue que je suis bien comédien mais la plupart de ce que je dis c'est juste pour amusement.
En tout cas je suis bien bien content que tu sois venue bosser dans la même boite.
J'avoue sincèrement et j'ai vraiment envie que tu lises ce message...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Dermi, 26 ans, Paris
J'avoue que je sais qu'on ne devait pas s'attacher. J'avoue que c'était mon idée, qu'on devait en profiter. J'avoue que je ne tiens plus. J'avoue que j'ai besoin que tu saches ce que je pense avant que ton odeur imprègne une nouvelle fois mes draps, pour plus de deux heures cette fois. J'avoue que je suis amoureux de ta bouche, de ton regard de ta voix. De tout ce que tu n'aimes pas de toi, qui te rend si parfaite à mes yeux. J'avoue que j'ai envie de te voir à chaque instant, de te serrer dans mes bras et te protéger. Si tu le veux, essayons quelque chose tous les deux, je t'attends et j'espère que tu me répondras.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Bunny77, 35 ans, Paris
J'avoue avoir dormi sur un canapé avec 2 bichons qui m'ont léché l'oreille toute la nuit. J'avoue avoir rêvé. J'avoue avoir douté. J'avoue avoir eu peur. Avoir eu honte. J'avoue pratiquer régulièrement l'onanisme en pensant à l'homme pour qui j'éprouve des sentiments et que j'ai blessé. J'avoue avoir dormi chez l'une de mes meilleures amies la semaine où l'amoureux est parti, avec une bouillotte qui m'a réchauffé le cœur. J'avoue avoir eu envie d'aller le rejoindre, m'être emmerdée à Amsterdam et avoir pleuré comme une madeleine le soir de Noël.

J'avoue avoir parlé de lui à mes plus proches amis qui m'ont disputé, forcément. J'avoue avoir prié mon père de m'aider pour qu'il revienne. J'avoue avoir envie de lui présenter ma fille (ce qui serait une première). J'avoue m'être attaché à lui sans m'en rendre compte. J'avoue avoir peur de m'en vouloir jusqu'à la fin de mes jours. J'avoue ne jamais avoir eu cette sensation si douloureuse d'avoir fait la pire connerie de ma vie.
J'avoue chercher des solutions, me demander si je n'en fais pas trop, analyser les signes qui pourraient m'aider à croire que je suis sur le chemin de la rédemption. J''avoue qu'il me manque. Beaucoup. J'avoue que j'aime ses mains, son sourire et son parfum. Ses petits plats et sa manière de me regarder. Son humour potache et son rire quand il est fier de son bon mot.

J'avoue l'aimer parce qu'il n'a peur de rien je crois , qu'il aime la vie, qu'il est prêt à tout, tout le temps sans fausse pudeur. J'avoue admirer sa force. J'avoue avoir envie de parcourir le monde à ses côtés. J'avoue qu'il me donne envie d'avoir envie. J'avoue adoré me blottir contre lui quand il vient de me faire (divinement) bien l'amour. Avec la délicatesse, la lenteur et la force que j'aime. J'avoue avoir eu envie, moi aussi, dans un élan de dire ces mots si intimes (et je me suis retenue stupid girl que je suis ). J'avoue avoir envie, encore,... de lui. De moi avec lui. Tout contre. De nous. Aussi longtemps qu'il nous sera permis d'y croire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Mira, 26 ans, Paris
J'avoue être toujours triste sans raison...
J'avoue parfois pleurer seule dans mon lit le soir...
J'avoue être amoureuse d'une personne dont je ne suis pas sûre qu'elle m'aime autant.
Les gens ont toujours des doutes sur moi.
Est-ce dû a mon manque de confiance en moi ?
Moi qui veut toujours tout bien faire dans les règles de l'art.
Est-ce que je me trompe ?
Je suis amoureuse d'un homme avec lequel je ne suis pas sure de l'avenir..
D'un homme sans projet professionnel stable...
D'un homme qui me fait peur ...
D'un homme qui me faisait sourire et maintenant ce n'est plus le cas
Mais cet homme vit des difficultés...
Dois-je le quitter ou laisser la tempête passer ?
Telle est mon interrogation...
Car à quoi bon tout donner si c'est par la suite perdre !
Quoi qu'il en est je suis perdue
Faut il m'acheter un GPS ?
Le seul GPS que j'ai c'est mon cœur et il me dit de m'accrocher...
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Strati, 58 ans, Bourg-en-Bresse
Je suis marié depuis 32 ans et j'ai découvert que ma femme me trompe avec un homme de 30 ans. Elle en a 54.
Cela a duré 3 mois au printemps.
Elle avait son téléphone toujours sur elle. Jamais elle ne le rechargeait en ma présence.
Une nuit je lui ai pris sur la table de nuit.
Et j'ai lu qu'elle correspondait via WhatsApp avec un homme qui apparemment lui faisait du bien. En lui écrivant des mots d'amour et en lui léchant le Minou.
J'ai pris une grande claque dans la gueule.
On s'est expliqué, on a pleuré, c'est vrai que je ne la touchais plus depuis de long mois.
D'après mon médecin je faisais une dépression masquée.
J'ai vu une psy et une sexologue.
Je me suis fait faire une circoncision, allez savoir pourquoi !
Depuis cela fait 6 mois que nous réparons les dégâts.
S'il y a une femme pour tenter de m'expliquer pourquoi on en arrive là, j'aimerais l'entendre.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Linda, 32 ans, Paris
J'avoue avoir très envie de mon voisin. J'avoue que j'ai envie qu'il me propose de venir chez lui et qu'il me fasse l'amour, que l'on garde ça pour nous. Mais je suis mariée et rongée par le remord de ces envies.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami
Laurene, 22 ans, Dijon
J'avoue être sous un arrêt de tram et avoir compté les néons au dessus de ma tête : il y en a 36.

J'avoue avoir trouvé qu'il faisait très chaud et m'être imaginé me rouler nue dans l'herbe imbibée de rosée fraîche, imbibée de rosé frais.
J'avoue avoir regardé les gens passer devant moi et m'être demandé à quoi il ressemblent tout nus en train de s'habiller le matin et à quoi ils rêvent les yeux ouverts.
J'avoue avoir imaginé être dans une autre ville, sous un autre arrêt de tram ou de bus et avoir imaginé quelles autres personnes auraient pu passer et comment elles auraient pu être habillées.

J'avoue avoir regardé les femmes marcher en mini short, en robe et en mini-jupes et m'être demandé si tout cela était normal. J'avoue m'être demandé si ce n'était pas de la faute de ce qu'on voudrait nous faire croire que j'étais devenue si impudique, à imaginer les gens nus et à reluquer des seins et des culs.
J'avoue m'être demandé si dans un pays où les femmes se recouvrent le corps, les hommes ont des pensées aussi lubriques.
J'avoue m'être demandé si c'était normal de montrer son corps à tout le monde, si c'était normal de trouver ça normal. J'avoue m'être demandé combien d'hommes me regardaient dans ma robe qui, s'il y avait eu un coup de vent, auraient tout révélé de mon intimité. J'avoue m'être demandé combien d'hommes me regardaient en se disant que j'étais une pute.
J'avoue m'être demandé combien de femmes complexées n'osant pas montrer leurs jambes trouvaient cet étalage de beaux gigots injuste.
J'avoue m'être demandé si les femmes qui s'obligeaient à dissimuler leur intimité pour la préserver enviaient parfois celles qui pouvaient se vêtir sans aucune restriction psychologique.

J'avoue m'être demandé combien de personnes dans le monde forniquaient à cet instant et combien le faisaient deux mois en arrière, lorsque les pantalons et les vestes étaient encore de mise. J'avoue m'être demandé s'il existait des statistiques prouvant qu'il y avait d'avantage de viols et d'agression pendant les périodes estivales.
J'avoue m'être demandé comment je pouvais avoir de telles pensées, moi qui étais pour les principes de la liberté de la femme et son émancipation.
J'avoue m'être justement demandé si étions vraiment libres ? J'avoue m'être demandé si on ne faisait pas exprès de nous faire croire qu'on était plus à l'aise dans un mini short en jean que dans une robe longue au tissu léger.
J'avoue m'être demandé si mon avis aurait été différent si j'avais vécu dans un pays où les femmes préservent leur pudeur.
J'avoue m'être demandé si certains hommes ne fantasmeraient pas plus sur une femme qui dissimule ses atouts.
J'avoue avoir remarqué que certains hommes me lançaient des coups d'œil comme si j'étais une pâtisserie raffinée dans une vitrine et d'autres me reluquaient comme une merguez dégoulinante de gras sur son grill.

J'avoue m'être demandé comment les mariages pouvaient durer avec autant de jolies filles en circulation...

J'avoue m'être demandé si certaines filles matent les hommes comme les hommes matent les femmes et pourquoi moi je mate les femmes comme les hommes.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami

Page Précedente Page Suivante 

Recherche
Rechercher dans : Catégorie

© 1998 - 2021 Javoue.com - tous droits réservés
- Haut de page
Développement assuré par Gilou