Les aveux ...

Avouer - Tous les aveux - Meilleurs aveux

Bêtises - Amour Fou - Multizaveux - Inclassable
Vantards - Ras le bol - Aïe - Trompé - Interdits

JAVOUE.com en page d'accueil - JAVOUE.com dans les favoris - Recommander ce site - PressBook - Un aveu au hasard

Nous sommes sur la page 1 / 887

M, 30 ans, Paris
J'avoue, j'ai complètement flashé sur toi. Je n'arrive même pas à l'expliquer. C'est la première fois que je ressens ça. Je ne mange plus, je ne dors plus. Je n'ai que ton image en tête. Ça me terrifie en même temps de perdre autant le contrôle de moi-même.
J'ai l'impression que tu as ressenti la même chose quand nous nous sommes regardés droit dans les yeux. Mais est-ce que je suis folle de le penser ? Nous allons bientôt nous revoir et je serais fixée. J'ai hâte et en même temps je redoute ce moment.
J'ai peur d'avoir le cœur brisé.
J'avoue que je me souviens du moindre détail, la couleur de tes yeux, le son de ta voix, ton sourire si envoûtant. Tellement de charme. Et je suis conquise par ta personnalité, tu as l'air de quelqu'un d'investi, humble, doux.
J'ai envie de parler de toi à tout le monde toute la journée. Mais je passerais juste pour une folle. Alors je préfère avouer ici.
Je me sens tellement bien et tellement mal en même temps. Je ne sais pas comment faire.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Xantia, 35 ans, Lille
J'avoue que j'en ai marre de tout et ça monte depuis 4 mois, crescendo.
J'en ai marre d'avoir une collègue jalouse et hystero, marre de la paranoïa de mon mec, marre de ma belle sœur qui achète toujours les mêmes trucs que nous et qui dit qu'elle ne l'a pas fait exprès, cette folle.
Aujourd'hui, j'ai pleuré comme une madeleine, j'ai fait peur à mon fils avec mes sanglots longs des violons d'automne.
Il est 2 heures du mat mais je ne dors pas parce que j'y pense encore. Je suis faible, je suis soumise, je me sens toujours moche. Mais je n'ai pas envie de mourir, je veux quand même voir la suite avec tous les nouveaux et anciens pourrisseurs de vie que je vais rencontrer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lachose, 26 ans, Paris
Il y a 3 ans, je postais ici. J'étais malheureuse, mon mari ne me regardait pas. Mes meilleures amies m'avaient trahi. 3 ans plus tard, j'ai 26 ans. J'ai divorcé et changé d'amies. Mais qu'est-ce que je suis seule ! Mon ex-mari qui m'utilise à sa guise, des amies présentes mais pas trop, une famille intéressée. Je suis seule. Désespérément seule. Pourquoi pas d'amour pour moi ? D'amitié ? Vivre à Paris, entourée de monde et être tellement seule...
Je ne veux rien pourtant, juste exister.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Littlestrawberry, 23 ans, Évreux
J'avoue que je ne sais pas où j'en suis. J'avoue que je l'aime, j'ai quitté ma région, ma famille pour lui...
Mais 3 ans plus tard, j'avoue que je suis à bout. J'avoue que j'ai du mal à supporter son mal être qui déteint sur moi, j'avoue que ça m'énerve l'entendre râler sans qu'il ne fasse rien, j'avoue que ça m'épuise de le voir déprimer... Quand c'est moi qui est au fond du trou, il me dit ne pas pouvoir prendre ma peine sur ses épaules. J'avoue que moi, je dois toujours l'aider à se relève, même si ça me fatigue. J'avoue faire des efforts, je ne sais pas s'il en fait réellement. J'avoue ne pas savoir si j'ai la force de continuer. J'avoue que si je pars, il sera dans une situation compliquée. Est ce de la pitié ? J'avoue que je ne sais pas. Je suis fatiguée.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Daffodil Lament, 30 ans, Paris
J'avoue que ça me fend le cœur quand je t'entends parler de lui ainsi.
À t'écouter, il est beau, bien gaulé, musclé, yeux bleus, blond, c'est dieu en fait ?
J'avoue que je ne suis pas jaloux. J'avoue que je suis juste dégoûté que l'être que j'aime ne me regarde pas ainsi.
Pourtant, nous sommes en parfaite harmonie tous les deux. Tu me l'as même avoué.
Mais alors pourquoi tu persistes à t'empêtrer dans les mauvais choix ?
Ta fougue, tes nombreux diplômes ou ta richesse ne devraient pas te dispenser de modestie et d'humilité. Ton arrogance, tes convictions te perdront.
J'avoue que tu as fais ton choix, la vie est faite de choix et que dans cette vie, certains choix sont irréversibles.
Comme dirait l'autre imbécile : "On ne se rend compte de l'importance des choses qu'après les avoir perdues".
Soit. Quel gâchis.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
444, 21 ans, Paris
Ma mère me dit tout le temps que je suis grosse. Elle me trouve pas assez grande pas assez fine, pas assez mince, pas assez intelligente. Je suis juste une grosse chose stupide moche à ses yeux.
C'est pour ça que j'ai toujours déteste les photos, miroir, tout ce qui était près du corps. Car je savais que j'étais moche, laide. Que j'étais pas féminin vu que je porte que des vêtements ample et des pantalons.
Lorsque j'ai des problèmes de peaux je lui dis que c'est le stress mais non elle me sort que c'est parce que je suis grosse !
En vrai j'en peux plus de cela. Je n'en peu plus de ce type de vie, où ta propre mère te juge sur ton apparence et non ce que tu es vraiment.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Lolo, 23 ans, Montpellier
J'avoue le fond de ma pensée.

Eloïse.
Je sais que je ce que suis en train de faire n'est pas la meilleure des manières de te dire à quel point tu compte dans ma vie et à quel point je t'aime. Je sais que je vais avoir l'air d'un malade mental quand tu lira ce texte... Mais je ne cherche pas à te donner une bonne image de moi. Je veux juste vider mon sac. Je veux t'avouer la force de mon amour. Et puis même si ce n'est pas réciproque, au moins je te l'aurai avoué.

Je n'ai pas de mots pour décrire la force de l'amour que je ressens pour toi. On pourrait dire que c'est de l'attachement mais je t'assure qu'il n'en est rien. Je n'ai jamais ressenti quelque chose de la sorte. Je n'ai jamais à la fois autant aimé et autant souffert de ma vie.
Tu joues un rôle capital dans mon existence, tu es la personne qui m'a purgé de mes souffrances, qui m'a fait mûrir, grandir, réussir...

Je ne sais pas comment tu vas réagir à la lecture de ce message. Peut-être que tu vas mal réagir, et que tu vas avoir peur, parce que l'amour est une chose effrayante. Peut-être que tu vas pleurer : de joie, d'amour, de reconnaissance ... parce qu'il est difficile de se confier, de dire aux personnes qu'on aime qui on est vraiment. Ou peut-être que tu vas simplement ignorer ce message, parce que la vie est impitoyable, et que nous devons être plus dur qu'elle pour survivre dans ce monde.

Je voudrais commencer par te dire : Merci ! Merci d'avoir croisé mon chemin, merci d'avoir eu la curiosité de intéresser à moi, merci d'avoir sacrifié une partie de ta vie pour moi, merci d'avoir été près de moi, merci de m'avoir donné des défis à relever, merci de m'avoir mis dans la difficulté, merci d'avoir eu les forces que je n'ai pas eue, merci d'avoir été forte et dure quand j'en avais besoin, merci de m'avoir donné ton amour inconditionnel, merci de m'avoir admiré, merci d'être qui tu es, merci d'exister...

A travers toutes mes crises et mes difficultés, à travers toute ma haine et ma peur, je renferme un amour infini, un amour que je protège, un amour que j'entretiens, un amour que je chéris. Cet amour c'est le tient.
Ta force de caractère m'a fait comprendre que l'amour est beaucoup plus important que n'importe quelle autre chose dans la vie. Et j'ai compris que je veux vivre pour toi. Réussir ma vie pour réussir avec toi...

Aujourd'hui, grâce à toi je n'ai plus peur de rien. Je n'ai plus peur de rater mes études, de ne pas avoir de travail, de ne pas avoir de logement, de ne pas avoir à manger... J'ai compris que la seule peur qui m'anime et celle pour laquelle je vais évoluer toute ma vie, c'est la peur de ne plus être aimé, et de ne plus aimer.
Tu m'as fait me rendre compte à quel point je suis une personne matérialiste, et finalement tu m'a fait changer. Tu m'as fait me rendre compte que l'amour est le plus important. Et qu'à la fin de ma vie la seule chose que je pleurerai c'est la souffrance que je vais faire aux personnes qui m'aiment et que j'aime.
Mais pourquoi il faut que je me rende compte de tout ça au moment ou tu n'es plus là ? Sois rassuré, je ne t'en veux pas du tout d'être partie faire tes études, au contraire, je suis vraiment heureux que tu puisse te construire une vie, un avenir. Avant que tu t'en aille, j'étais une personne égoïste, je n'en voulais que pour moi et ma personne. Mais par la force des choses tu m'as appris à être heureux pour les autres, même quand ça ne va pas pour sois-même.
Alors crois-moi je ressens du bonheur et de l'espoir pour ta réussite future, même si le chemin est encore long, et même si je ne te le montre pas au quotidien.
Je ressens tellement de choses différentes pour toi. Et ce qui me fait souffrir c'est de ne pas savoir pourquoi je les ressens. De ne pas pouvoir les maîtriser, d'être obligé de me laisser aller à mes émotions. C'est encore quelque chose que tu m'a appris.
Quand tu m'a connu, tu m'as dit que j'avais la maturité d'une personne de 40 ans. En deux ans tu m'as encore fait gagner 20 ans mon cœur. Grâce à toi je suis en avance sur mon temps, et bientôt je serai prêt à affronter les choses les plus difficiles que l'on peut. Et finalement, je trouverai le bonheur et la sérénité à l'intérieur de moi. Je te le promet. Tu finiras par t'en rendre compte...
Si je devais résumer notre relation en un mot, ce serait : grandir. Et je sais que tu es d'accord avec moi. En deux ans, j'ai découvert la vie. J'ai compris un million de choses, j'ai vécu un million de douleurs, de plaisirs, d'expériences... Plus que je n'aurais jamais pu en vivre seul.
Tu as joué un rôle fondamental dans ma vie. Dans mon existence. Tu as fait de moi un autre homme. Tu as fait de moi un homme.

Je n'ai pas envie de m'arrêter d'écrire parce que dans le fond j'ai tellement de belles choses à te dire. Mais je vais finalement de dire une seule chose. Merci.

Merci d'avoir été qui tu es. Dans ta beauté, ta joie, ton intelligence, ton ignorance, ta colère, tes problèmes de santé, ta confiance en toi, en la vie, tes objectifs, ta vision du monde, ton amour. Tu as été la personne qui me fallait. Et tu m'as fait plus grandir que quiconque sur cette terre.
Et en retour de tout ce que tu as fait pour moi, de tout ce que tu m'as donné, moi j'ai développé de l'amour. L'amour inconditionnel, l'amour avec un grand A, celui qui fait que tu ne veux plus vivre que pour la personne que tu aimes. Celui qui fait que tu veux plus que tout au monde, protéger la personne que tu aime, tu veux la chérir, tu veux l'élever, tu veux faire d'elle une princesse, une reine, la femme la plus heureuse du monde. Et si tu le pouvais, tu donnerais ta vie pour elle, pour qu'elle soit heureuse, tu décrocherais la Lune pour elle. Parce tu as une dette envers elle, une dette infinie...
Voilà mon amour ce que j'ai sur le cœur. Je te dis des choses que je pense et que je cache profondément au fond de moi. Aujourd'hui c'est facile pour moi de te les dire, tu me l'a dit toi aussi, j'ai besoin de vider mon sac. Alors je te montre la part qui te revient.
A mes yeux tu es la femme de ma vie. Je donnerai toutes les forces que j'ai pour toi, je serais prêt à n'importe quoi pour toi. Je suis là, je te protège. Mais tu as le contrôle total sur moi, parce que je te dois l'infini.

Dans le bonheur comme dans la souffrance tu m'as fait grandir. Je ne l'oublierai jamais, tu es devenu ma raison d'exister.
Pour toi je décrocherai l'infini, parce que l'amour n'a pas de prix.
Je t'aime... à la vie et à la mort.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Géniefille, 52 ans, Québec
J'avoue, je suis amoureuse d'un collègue mais, lui, ne partage pas mes sentiments. C'est un célibataire qui mène une vie simple et qui ne veut pas la compliquer. J'ai un conjoint dont je ne suis plus amoureuse et nous avons deux enfants (1 ado, 1 préado).
Je me sens tellement bien en sa présence mais il me considère comme une bonne amie. Nous habitons à plus de 5 000 km l'un de l'autre, il est belge flamand.
Je devrai retourner en Belgique bientôt pour la dernière fois et j'appréhende ma réaction face à ces adieux ; j'ai peur de lui pleurer dans bras. Comme il ne partage pas mes sentiments, j'ai peur que ma réaction soit inappropriée et trop émotive alors qu'on ne partage aucune relation amoureuse ! Il est entendu que nous ferons des activités ensemble; nous l'avons déjà fait : apéro, café, dîners, soupers, visites de sites historiques, etc.
Il me manque et va me manquer encore plus après cela. Dans mon fort intérieur, je souhaite qu'il m'avoue qu'il a aussi des sentiments pour moi après y avoir réfléchi... Je me fais sans doute du cinéma mais j'aimerais tellement y croire !
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Mysterieuse, 38 ans, Nice
J'avoue avoir besoin de parler puisque je ne peux rien raconter autour de moi.
J'avoue avoir essayé d'enterrer tout ce que je ressentais pour toi.
J'avoue avoir pensé que tu m'utilisais, que tu te servais de moi et j'avoue que ça m'a profondément blessée.
J'avoue qu'il a fallu que je ravale ma fierté quand je suis venue te demander ce papier qui m'aiderait.
J'avoue avoir été très étonnée que tu me le fasses, moi qui pensais n'être qu'une chose à tes yeux.
J'avoue avoir été très touchée quand tu as demandé un appui pour moi.
J'avoue que tu m'as dégoûtée dès le début que tu as commencé à t'approcher de moi car je pensais aux tiens.
J'avoue avoir été très très touchée et agréablement surprise que tu m'appelles le jour de ma soutenance pour savoir comment tout s'était passé.
J'avoue avoir changé totalement d'opinion suite à ça.
Ça m'a fait beaucoup de bien de voir ton visage s'illuminer à l'annonce de la bonne nouvelle que je t'annonçais, vraiment !
J'avoue t'aimer malgré ce que je montre quand je te vois.
J'avoue penser être amoureuse de toi.
A chaque fois que tu t'approches de moi, que tu m'embrasses ou que tu me touches, j'ai l'impression qu'on a 18 ans.
Je ressens enfin les sensations que tu me décrivais il y a 1,5 an.
J'avoue essayer de garder le contrôle à chaque fois parce que j'en souffre et je sais que si je cède, je souffrirais encore plus et probablement toi aussi.
J'avoue m'être retenue cette semaine, de ne pas te dire ce que je pensais : dommage qu'on ne se soit pas rencontrés avant.
Tu m'as dit que j'étais un amour, tu t'es excusé, j'ai fait l'idiote mais toi aussi, tu es un amour, tu es même merveilleux avec moi mais je ne peux pas, on ne peut pas ni toi, ni moi.
J'avoue que depuis que tu m'as fait ce papier, je me lâche, tous mes doutes concernant la potentielle manipulation que j'imaginais de toi, sont partis.

J'avoue penser à toi souvent.
J'avoue que tu ne corresponds pas à du tout à mes critères physiques et n'imaginais même pas que ce qui arrive puisse m'arriver.
J'avoue espérer que tu ne te rends pas compte de mes sentiments même si je crois que si... Je crois qu'on ressent la même chose.
J'avoue que moi non plus, je n'arrive pas à te laisser partir.

J'avoue vraiment regretter de ne pas t'avoir connu avant.
J'avoue ressentir de la jalousie quand tu parles des collègues en les décrivant physiquement.

J'avoue avoir contacté mon ex dans le but qu'il me détourne de toi et de cette passion qui nous anime.
J'avoue me demander si je suis normale de ressentir ces sensations bizarres, qu'on ressent quand on est amoureux, je suis attirée vers toi comme un aimant, j'aime quand tu me sers contre toi, quand tu m'embrasses, quand je sens ton souffle sur ma nuque, c'est délicieux.
J'avoue penser tout le temps à arrêter et j'imagine comment on se comportera après, j'espère que ce sera simple.

J'avoue ne rien attendre car je ne veux rien changer à nous ou à vous, surtout pas.
J'avoue malgré moi que je pense toujours à comment ça se serait passé si ton statut marital n'était pas le même et que je t'avais connue avant.

Ça me fait du bien d'avouer.
Voir les autres aveux de cette personne - Envoyer cet aveu à un ami -
Roséjoy, 15 ans, Montréal
Aujourd'hui, je croyais que j'allais passer la meilleure journée de ma vie.
J'ai pris la décision de enfin aller parler au gars qui m'intéresse depuis un bon moment, le plus dur était le fait que comme il est plus grand que moi, je ne connais rien de lui, mais j'ai essayé quand même. J'étais presque, mais j'ai pris peur et je suis partie.
Je voulais retourner à l'école car une de mes amies pensait que deux de mes amies et moi ont n'allait pas bien, en fait j'ai très mal agi envers elle, à cause du fait que je voulais parler au gars.
Elle était plus là et elle ne répond pas à mes messages. Je suis retourné à la maison en pensant que ma mère est allée travailler, mais non elle avait bu et ne voulait plus y aller. J'ai tellement de pensées, mais c'est trop long à tout exprimer.
Voir les autres aveux de cette personne -